AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 ⊹ I am tired of missing you #liko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ΛQUΛ
avatar
Naÿko I. Dethlingger
perception
Messages : 119 L'objet qui ne me quitte jamais : un tournevis et un assortiment de pinces


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: ⊹ I am tired of missing you #liko   Ven 27 Oct - 15:15

❝ I am tired of missing you . ❞
- Lito & Naÿko -
C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux.
Elle s'avance, Naÿko. Dans les premières lueurs du jour, elle déambule. Elle a quelque chose à faire, la demoiselle. Quelque chose qui patiente depuis trop longtemps. Voilà quelques jours, qu'elle n'a pas réussi à s'échapper pour aller parler avec Lito. Son mentor, son modèle, la figure paternelle qui lui reste. Elle lui raconte ses journées, d'ordinaire. Histoire monotone, racontée au travers d'une radio usée qu'elle aimerait traficoter. Mais il y a quelques jours, il y a eu un incident, et depuis, elle n'est pas parvenue, Naÿko, à s'isoler pour le rassurer. Alors à l'aube de ce jour encore frai, elle s'enfonce dans la forêt pour retrouver la caméra qui lui sert régulièrement de point de rendez-vous. Sa boîte noire. La seule chose qui la raccroche encore à la station. Le seul objet qui lui laisse un contact avec la technologie. Elle soupire Naÿko. Qu'est-ce qu'elle aimerait repartir et bidouiller tous ses engins. Mais elle est en mission, Naÿko. Elle était volontaire pour monter à la surface. Alors elle se tait, Naÿko, et elle continue ses repérages. Elle continue d'amener tout ce qu'elle peut porter par elle-même jusque à la Trappe. Leur entrée secrète. Elle continue d'espionner et rapporter les faits et gestes des survivants. Mais maintenant qu'elle a appris à les connaître, elle s'en veut Naÿko. Elle se sent coupable. Ils lui racontent leurs vies, leurs secrets. Et un à un, elle les trahit. Comme sa mère a dénoncé sa propre fille. Comme elle n'aurait jamais trahi un des siens. Désormais, ne sont-ils pas eux aussi les siens? Et pourtant.. il y en a quelques uns dont elle ne parle pas. Elle ne sait pas bien pourquoi, mais elle les tient secrets. Quelques âmes perdues dont elle ne dit rien. Il y a sa colloc', si on peut dire colloc', ici, Lizzie. Ce petit bout de femme est si sensible, si fragile à première vue, et pourtant, elle renferme des trésors à l'intérieur. Lizzie. Lizzie n'a jamais été évoquée pendant ses entretiens. Il y en a d'autres, évidemment. Ce mec qui lui a tapé dans l'oeil, lui, elle se garde bien d'en parler. Et l'autre, le grand blond avec qui elle a une relation tout à fait... insolite. Lui aussi elle le tient secret. Elle ne voudrait pas inquiéter Lito, en bas. Ou même Ludwig, ou Cal', ou Idris... Les hommes de sa vie n'étaient pas trés emballés à l'idée qu'elle quitte le bunker, mais elle est déterminée la petite Naÿko, alors elle s'est pas démontée, et à la surface s'est exilée. Qu'est-ce qu'ils lui manque à la petite. Qu'est-ce qu'elle ne donnerait pas pour retourner un peu avec eux, de temps en temps.

Quand elle s'estime assez loin dans la forêt, bien plus qu'à mi-chemin entre le camp nord et le bunker. Elle se plante debout devant le petit appareil accroché et dissimulé dans un arbre. Et la voilà qui sort sa radio, Naÿko. Elle s'assied, la jeune technicienne, face à une de ces fameuses caméras dont elle connait les emplacements sur le bout des doigts. Elle les a assez regardées, les images. Elle sait quel arbre est le centre de chaque capture visuelle. Elle les a réparés les circuits, elle connait le moindre arbre repère comme si c'était le fond de sa poche. Elle s'assied, donc, et sort des profondeurs de son sac de cuir sombre et usé, la vieille boîte noire abîmée.

Elle prend une grande inspiration, Naÿko et elle presse le petit bouton qui enverra ses paroles se balader sous terre. scrch, scrch. « Hello. C'est Naÿ. » Comme toujours, ce silence de mort qui s'ensuit, qui s'étire et se rallonge. « Salut Naÿ, c'est Lud! » Elle sert les dents, la demoiselle. Elle aurait préféré tomber directement sur Lito, il doit être terriblement inquiet après l'épisode de l'autre fois, et le fait qu'elle l'ait laissé sans nouvelles pendant plusieurs jours après ces événements. « Salut, Lud. » lance-t-elle d'une voix désabusée. Ludwig sait trés bien qu'elle déteste qu'il prenne la place de Lito. En même temps, ça lui fait quand même du bien d'entendre sa voix. Ce mec si horripilant, et qui pourtant lui ressemble tellement! « tu m'passes Lito? » Elle percevrait presque son petit sourire à travers sa voix à l'autre bout des ondes. « et le mot magique? » et malgré tout, il lui arrache un sourire. faible et tout mince, mais un sourire reste un sourire. « s'il te plait, Ludwig, passe-moi Lito. » Ah! Son rire. ça aussi, ça faisait longtemps qu'elle l'avait pas entendu! son rire communicatif, celui qui lui réchauffe les entrailles. « C'est mieux comme ça! Mais je peux pas. » Ses yeux s'ouvrent quand comme des soucoupes! et d'une voix indignée le questionne. « comment ça tu peux pas? Lud! déconne pas! » Un court silence s'installe. Elle est tentée d'insister Naÿko. « Il est... dans l'coin. Bye! » scrch. arrêt de la communication. Oh le con. « Lud! Arrête tes conneries! Passe-moi Lito! » Qu'elle lance aussi bien à la radio qu'à la caméra. « LUD! PUTAIN! » qu'elle hurle à la caméra, Naÿko. Fais chier! Elle est bien tentée de fracasser un truc, mais la seule chose qu'elle a sous la main c'est sa radio, et raisonnablement, elle se contente de serrer les poings. ça lui plait pas à Naÿko de ne pas avoir parlé à Lito. Quand soudain, une présence se fait ressentir dans les environs. Génial.... ça va quand même pas recommencer!
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 1000+ MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
TΣRRΛ
avatar
Lito Ollerenshaw
habilité
Messages : 26 L'objet qui ne me quitte jamais : Un canif, un vieux bracelet fait par Aelia

Message (#) Sujet: Re: ⊹ I am tired of missing you #liko   Sam 28 Oct - 2:47

❝ I am tired of missing you . ❞
- Lito & Naÿko -
C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux.
Quelques jours, ce n'était que quelques jours, pourtant, c'était suffisant pour que le temps s'écoule à une lenteur alarmante. Les heures s'entassent et se bousculent, mais pas aussi vite qu'elles le devraient. Le temps est trop long, beaucoup trop long, il file sans trop filer. Le temps se joue du temps lui-même. Si seulement le temps voyait la gueule que tu avais, en fait, je crois bien qu'il le sait, qu'il le voit. Tu n'es pas trop discret, il faut l'avouer. Tu le caches bien face aux autres, tu le caches bien face à ceux qui partagent ces heures si dures à supporter, mais te le cacher à toi-même, tu réussis si mal. Un regard sur cette glace et ton regard te trahi aussi tôt. Quelques jours suffissent pour te rendre fou. C'est à peine si tu oses fermer les yeux pour dormir. Le sommeil t'est devenu futile, inutile, pourtant, il fini toujours par t'avoir. Installer sur une chaise la majeur partie du temps, ou encore, tu t'effondres sur le sol de tes quartiers. Le réveil par contre, il reste pareil, rien ne change. Tu as cette couverture rose sur les épaules et un coussin de la même couleur, que ce soit sous ta tête ou sous tes pieds. Si ce n'était d'elle, tu aurais sûrement plus de courbatures que tu en as habituellement.

Les deux premiers jours, tu ramenais la radio chez toi, elle restait là sur la table et tu la fixais. Tu attendais qu'elle grince, qu'elle t'annonce que ton interlocutrice favorite te joue un sale tour de l'autre côté. Après un moment, tu t'en es lassé, tu t'es mit à réfléchir autrement. Tu t'es découvert une agressivité qui n'existait pas en toi, du moins qui existait difficilement. Tu n'aimais pas le silence de Naÿko, en fait, ce silence t'inquiétait un peu trop, ce n'était plus vraiment de l'inquiétude, c'était pire. Un simple mot, un simple signal de sa patte soulagerait un brin et plus les jours avançaient, plus tu sentais la panique qui lui soit arrivé quelque chose. Ce n'était en rien rassurant pour toi qu'elle soit la-bas et toi ici, pris sous terre à ne rien pouvoir faire. Tu te sens impuissant. Voilà. Impuissant. C'est le mot parfait, l'impuissance. Tu étais loin d'être un observateur, ce n'était pas une camera qui allait te permettre d'arriver à tes fins. Il te manquait quelque chose. Plus le temps avançait, plus tu perdais la tête. Il t'a fallu du temps, mais tu as atteint un niveau d'inquiétude suffisant pour que tu te mette en tête une idée folle. Dire que c'était sur un coup de tête, c'est mentir, c'est entièrement faux. Tu as griffonné pendant des heures, broyé du noir même, peut-être. Il t'en as fallu du temps, encore plus de temps dans cette histoire, ce n'est qu'une histoire de temps, du temps, du temps. Tu en as marre du temps, mais tu n'as aucun contrôle sur ce dernier et ça te donne la chaire de poule. Ce manque de contrôle, ce manque de réponse, ton impulsivité te ramène rapidement sur un chemin noir loin du tiens.

Te voilà, prêt à foutre le nez dehors. Comme si tu pouvais le dire à quelqu'un, comme si tu pouvais faire un effort. Elle dormait encore, cette gamine qui partageait ta vie, qui la partagera jusqu'à ta mort, tu l'avoueras. Cet enfant qui rend ta vie moins noir, moins monotone. Elle te donne une raison de rentrer chez toi, elle te donne l'envie de rester en vie. Pour elle, tu ferais tout et semblerait-il que pour cette femme là-haut, ô Naÿko, tu serais prêt à tout risquer. Tu pourrais perdre ta liberté, perdre ta vie, ou pire, perdre ta fille et pourtant, cette idée n'a fait que germé dans ton esprit et à fait de toi un être irresponsable. Tu as su surpasser les règles, tu as trouvé le moyen, le moment, pour sortir sans être repérer. Cet air était frais, différent, agréable. Tu ne t'en lasserais jamais vraiment. À chaque fois que tu sortais pour réparer une caméra, c'était un peu plus qu'un soulagement. Tu aimerais bien profiter, y aller un pas à la fois et même te surprendre à les compter, mais tu n'es pas là pour t'attendrir sous l'effluve de la nature. Tu es là, entre ses arbres pour trouver cette gamine qui t'inquiète tant depuis quelques jours. Ce serait impossible de marche sainement, d'un pas léger. Chaque pas que tu fais, ton coeur accélère, ton pas se presse. Merde, mais où est-ce qu'elle est. Une foule d'idée se bouscule dans ton esprit, des idées pas très heureuses. Tu n'as aucune idée par où commencé et montrer ton nez devant une caméra, c'est pas la meilleure des idées. Caméra! C'est à ce moment que ton cerveau s'active. Tu t'arrêtes un court moment et ferme les yeux. Tu visualises, tu réfléchis. Où est-ce que tu lui avais indiqué d'aller si quelque chose clochait. Tu prend tes jambes à ton cou et cours jusqu'à te retrouver dans le secteur désiré. Tu ralentis, tu espère qu'elle y sera, mais rien ne le garantit. Tu reconnais le terrain et du coin de l'oeil tu vois la caméra, tu sens bouger. Quelques pas de plus, mais tu restes loin du champ de vision de l'appareil. Ton coeur s'arrête un instant et les tensions semblent glisser le long de tes bras pour s'écrouler. Elle est là. Non loin de toi. Ta voix se fait faible, présente et soudainement seraine. « gamine... »
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 987+ MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
ΛQUΛ
avatar
Naÿko I. Dethlingger
perception
Messages : 119 L'objet qui ne me quitte jamais : un tournevis et un assortiment de pinces


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: ⊹ I am tired of missing you #liko   Ven 3 Nov - 4:57

❝ I am tired of missing you . ❞
- Lito & Naÿko -
C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux.
Putain, mais merde! Elle était là pour rassurer Lito, et voilà que non seulement, elle n'a pas réussi à lui parler, mais qu'en plus de sa, elle se retrouve dans la même situation que précédemment. Mais c'est pas vrai, elle a franchement le don de se fourrer dans la merde jusqu'au cou en moins de dix secondes! Un véritable don! Cette fameuse présence, elle la sent se rapprocher, et petit à petit, elle distingue de mieux en mieux.

Mais elle s'affole la demoiselle. Son coeur se met tout de suite à battre la chamade. Elle n'entend plus que ça, Naÿko. le boum boum incessant de son palpitant. Mais elle est figée par la peur panique qui lui prend le ventre, elle ne sait pas ce qui lui prend. D'ordinaire, elle est plutôt réactive, et elle se débrouille plutôt bien en situation d'urgence. Mais là. Elle est juste figée par la peur. Prends une inspir' Naÿ, qu'elle se dit. Elle obéit à ses propres instructions comme si elles venaient de quelqu'un d'autre. Une grand bouffée d'air frai, et en expirant, elle fait le vide la demoiselle à la pâle chevelure. Elle se concentre sur cette peur qui lui tord le ventre. Mais cette peur, c'est plus de l'angoisse, et surtout, ce n'est pas la sienne. Elle arrive à faire la différence. La personne qui s'approche est trés, trés angoissée. C'en serait presque effrayant, autant d'angoisse pour une seule personne. Elle se concentre un peu plus Naÿko, et elle ressent aussi une sorte de détermination. Cette personne a un but, ce n'est pas un rescapés paumé qui erre dans la forêt, c'est quelqu'un qui sait où il va.

Elle ferme les yeux Naÿko, sur cette île, il n'y a pas grand monde qui sache où il va.. à part.. les optimisés. Elle avale sa salive, et prend une nouvelle grande inspiration. Ecoute, Naÿ', écoute, qu'elle se dit encore. Mais ce n'est pas avec ses oreilles qu'elle écoute la demoiselle, c'est plutôt avec son coeur. Elle va à la rencontre des ressentis de l'autre personne. Une grande inquiétude. Et plus la personne se rapproche, plus elle les sent Naÿko, toutes ces nuances, ces détails, toutes ces subtilités qui font de chaque personne ce qu'elle est. Alors elle écoute un peu plus encore demoiselle, elle reconnait ces accents dans les sentiments de la personne. Elle parvient à discerner des familiarités dans la manière de ressentir les choses. ça fait déjà un moment qu'elle n'a pas ressenti cette personne. Mais elle la connait cette aura, la demoiselle. Elle l'a déjà rencontrée, elle est même trés familière.

« gamine... » Elle n'en croit pas ses oreilles la demoiselle. C'est sa voix à lui, mais pour une fois, ça ne grésille pas. Elle fronce les sourcils, et fixe un instant la radio qui se trouve encore dans sa main, elle fait un tour sur elle-même, scrutant les environs, jusqu'à tomber nez à nez avec lui. « Lito! » qu'elle crie dans un élan de joie avant de courir se jeter dans ses bras. ça ne lui était jamais arrivé avant, de faire ça. Elle ne sait pas trop ce qui lui prend, demoiselle, elle est juste tellement contente de le voir, tellement rassurée par sa présence, tellement soulagée de voir son visage, de pouvoir non seulement lui parler, mais aussi le ressentir, le toucher, le voir! ça fait des mois qu'elle n'avait pas vu son visage, la demoiselle! des mois qu'elle s'imagine ses expressions quand elle lui parle, la petite paumée! des mois qu'elle tente de graver dans son esprit ses traits si particuliers, ces traits qu'elle voudrait garder avec elle, mais qui, jour après jours, perdaient en précision. Et plus les mois passaient, plus il lui semblait flou, Lito.

Alors c'était sans doute pour ça qu'elle avait réagit aussi différemment de ce qu'elle aurait réagit d'ordinaire. Parce que Lito lui manquait, parce qu'elle était trés heureuse de voir son visage, parce qu'elle prent conscience, là dans ses bras qu'il a pris un gros risque en montant à la surface, parce que c'est pour elle qu'il est monté. scrch scrch. la radio s'anime entre les doigts de la demoiselle. « j'avais bien dit qu'il était dans le coin » Et dans un petit rire elle coupe l'alimentation de la radio, la petite fille. Un geste grossier lancé par une main qui dépasse dans le champ de vision de la caméra, elle envoie Ludwig s'occuper de ces affaires. Et la surprise passée, elle remet entre elle et son mentor la distance qu'il y a d'ordinaire, et d'un faux coup de poing dans l'épaule, elle fait mine de l'engueuler : « Mais qu'est-ce que tu fous là!? T'aurais jamais du sortir! Qu'est-ce que t'as foutu d'ta fille? Qu'est-ce qui va s'passer si tu t'fais prendre!? » Mais en même temps, elle est tellement heureuse de le voir, qu'elle n'y met aucune volonté, et il faut admettre qu'elle a vraiment pas l'air crédible à engueuler un homme qui la dépasse d'au moins deux-tête et qui fait facilement deux fois sa carrure..
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 900+ MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message (#) Sujet: Re: ⊹ I am tired of missing you #liko   

Revenir en haut Aller en bas
 
⊹ I am tired of missing you #liko
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» List below with people that are alive and also missing
» Danticat: Yes, Haitians are tired, but they are not defeated
» Haitian Population: Sick and Tired but Still an Asset‏
» pourquoi DSK a t il ete enferme?
» Dépotoir a images

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-

Sauter vers: