AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Rizabel + I didn’t know that I was starving ‘til I tasted you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ΛΣR
avatar
Jazabel Byers
xénoglossie
Messages : 31 L'objet qui ne me quitte jamais : Mon téléphone et un carnet dans lequel je note tout Je suis nostalgique de : la fromagerie près de chez moi... bon sang le


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Rizabel + I didn’t know that I was starving ‘til I tasted you   Dim 6 Aoû - 5:11

I Didn't Know That I Was Starving 'Til I Tasted You

feat. River&Jazabel

Jazz était assise sur le sable noir du rivage. L’île derrière elle, elle contemple l’immensité de l’océan. L’eau turquoise est calme contrastant le ciel aux teintes beaucoup plus pur. Une légère brise lui caresse la joue et elle s’appuis sur ses genoux. Vêtue d’une longue tunique blanche, un short en jeans déchiré et pieds nus. Ses cheveux longs et ondulés rassemblés dans un chignon négligé d’où s’échappaient quelques mèches rebelles. Seuls les vestiges de l’avion rappelaient le crash épouvantable. Le reste de l’endroit était aussi paradisiaque qu’inquiétant. Le bruit des vagues s’écrasant sur la rive était audible aux oreilles de la jeune femme. Jazabel rapporte son attention sur sa main, contemplant sa bague de fiançailles encore accroché à son doigt. Elle se surprend à penser à son fiancé, à ce qu’il devait vivre, à ses pauvres parents probablement alerté de sa disparition par les médias. Les pauvres devaient être dévastés. Elle soupire, sa mâchoire se crispe et elle tente de contenir ses larmes. Non, elle devait rester forte. À quoi bon s’en faire pour eux, elle allait les revoir, elle allait s’en sortir. Elle ferme les yeux et les images de l’épisode terrifiant de l’écrasement lui reviennent en tête. Des flashs de lumière, les cris, la panique… elle le revit un bref instant jusqu’au moment plus embrouillé où elle se retrouve submergé par l’eau attiré vers le fond convaincue que sa fin est proche. Elle ouvre les yeux en un seul coup alors qu’elle revoyait une silhouette. Cette expérience était plus traumatisante qu’elle ne voulait l’admettre.

Elle croyait avoir vu une personne la saisir dans l’engouement pour la sortir de l’eau et s’assurer qu’elle allait bien. Une voix lointaine et familière à ses oreilles, elle ne se souvient de rien jusqu’à son réveil sur le rivage. Ce rivage-ci. Elle soupire une nouvelle fois. Malgré la quantité de gens au campement, Jazz trouvait toujours le moyen de se retrouver seule. Elle voulait réfléchir, explorer, vivre le deuil de son ancienne vie en paix. Son travail, son appartement, ses amis, sa famille… ses restaurants favoris… même l’odeur infecte du métro lui manquait. Ses doigts se glissent dans le sable et elle joue nerveusement avec ce dernier, une larme perle et coule le long de sa joue, puis une seconde, puis une troisième et, avant même de s’en rendre compte, elle pleurait en silence. Elle avait été forte depuis le crash, mais elle venait d’être frappée de plein fouet par la réalité de la situation. Si jamais ils étaient tous coincés pour toujours? Si jamais personne n’était au courant de leur disparition? Plus elle y pense, plus la New-Yorkaise avait du mal à cesser ses larmes. Perdue dans sa propre mélancolie, la jeune informaticienne n’avait pas remarqué l’arrivé d’un nouvel individu sur la plage. Une personne qu’elle connaissait. Qu’elle connaissait trop bien d’ailleurs. Une personne en face de qui elle ne voudrait pas être vulnérable. Son ancien patron ; River Winterbottom

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
TΣRRΛ
avatar
River Winterbottom
psychokinésie
Messages : 119 L'objet qui ne me quitte jamais : son poignard tranchant. Je suis nostalgique de : de son confort.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis plutôt surchargé(e)
Message (#) Sujet: Re: Rizabel + I didn’t know that I was starving ‘til I tasted you   Ven 11 Aoû - 1:46


   

she's a rainbow
— rizabel.
Les yeux fermés, il a l'impression d'être léger, d'être sur le point de faire le grand saut et de voler, loin de cette fichue île. Les doigts qui effleurent la terre, son corps allongé sur cette large branche d'arbre, couché de tout son long, il est bien là. Le vent qui souffle sur son visage, le calme total. Cette impression que tout semble bien aller, que c'est le repos total. Le grand saut. La mort qui approche sûrement. Mais ça, c'était avant de hurler, car on venait de lui écraser le bout des doigts, foutu gosse. Il se relevant, jurant après l'enfant, parce que River, c'est un gosse de riche, personne ne le touche. C'est une habitude qu'il ne l'a jamais quitté. Des habitudes comme celle-là, il y en a pleines. Ce moment paisible s'était transformé durement en un moment de merde, comme tous les autres jours qui ont précédé, lui faisant rappeler où il se trouve. Les yeux rivés vers les gens alentour, faisant secouer sa main en jurant intérieurement, c'était trop, une journée de trop, un gamin de trop aussi.

Préférant fuir ces mouvements, ces gens, River prit le chemin vers la plage, une plage hideuse et sans saveur, mais un endroit où il y sera tranquille. Son regard froid, ses yeux froncés, il s'y aventure, il avance à grands pas. Sa détermination d'être seul, elle est grande. Il ne rendit pas compte de la silhouette, enfin, si, mais à la dernière minute, il manqua de la frapper avec ses pieds et de tomber par la même occasion. Heureusement, son corps ne balança pas assez pour que cette situation arrive. Il se recula d'un bord et puis il remarqua qu'il n'était pas tombé sur un gamin turbulent ou un autre inconnu. Jazabel, cette employée qu'il avait engagée, il y a déjà un moment, enfin, ça, c'était à New York. Là, tout est si différent. River se racla la gorge, survolant son visage des yeux, il ne put s'empêcher d'y voir des larmes. « Moi aussi, j'aurai envie de pleurer si j'étais une fille coincée sur une île. » Parce que c'est River Winterbottom, qu'il n'a pas sa langue dans sa poche, que la délicatesse n'est pas son fort. Il leva les yeux vers le ciel pour lui-même avant de s'accroupir à côté de cette dernière. « Est-ce que tout va bien ? » Questionne typique d'un mec qui ne sait pas quoi dire pour savoir s'il peut l'aider et sa façon de dire désolé, un mot bien difficile à prononcer pour sa part. Cette jeune femme, il ne la connaît pas d'hier, il a toujours eu ce pincement au cœur, et probablement ailleurs aussi, mais ça, c'est une autre histoire.
   MAY


     
   

     
Revenir en haut Aller en bas
ΛΣR
avatar
Jazabel Byers
xénoglossie
Messages : 31 L'objet qui ne me quitte jamais : Mon téléphone et un carnet dans lequel je note tout Je suis nostalgique de : la fromagerie près de chez moi... bon sang le


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: Rizabel + I didn’t know that I was starving ‘til I tasted you   Sam 12 Aoû - 17:06

I Didn't Know That I Was Starving 'Til I Tasted You

feat. River&Jazabel

Un commentaire de mauvais goût, aucun doute il s’agissait de Winterbottom. Elle ne le relève pas par contre. Elle regarde le sol rapportant ses jambes contre sa poitrine enfouissant son menton entre ses genoux. Camouflant ses sanglots silencieux et secrets. River avait failli la renversé alors qu’il avait perdu pied sur elle. C’était un classique de la part du fils à papa qu’était River Winterbottom. Un commentaire désobligeant et un sourire en coin. Parfois, alors qu’elle travaillait encore pour ce dernier, elle se surprenait à s’imaginer lui envoyer une droite dans son parfait sourire narquois. L’homme s’accroupit à côté d’elle et elle tente d’avantage d’ignorer sa présence. « Qu’est-ce que tu veux, Winterbottom? » Sa voix faible, digne d’un murmure. Il lui demande si ça va, elle est déstabilisée un instant. Prise de cours au soudain intérêt de son interlocuteur. Elle force un sourire et se tourne vers son ancien patron : « Oui, ça va… c’est des larmes de joie clairement. J’avais besoin de vacance » Bon, Jazabel ne laissait pas sa place pour le sarcasme surtout lorsqu’il s’agissait de répondre à une question stupide comme celle de l’homme à côté d’elle. Elle lève le regard et ses iris se perdent dans les yeux sombres de son interlocuteur. Elle se râcle la gorge et soupire.

« J’imagine que j’ai eu simplement une réalisation soudaine… que c’était réel… notre situation. C’est possible que l’on reste coincé ici et… j’imagine que je vivais dans le dénie… en me disant que c’était temporaire » Elle s’éclaffe faiblement à sa propre stupidité. « Stupide pour un petit génie, huh? » Elle regarde le sable ébène avant de soupirer. Déjà prête pour la leçon ou le commentaire désobligeant de son interlocuteur. River était l’une des seules personnes qui lui donnait un semblant de sécurité. Un visage connu, aussi mal-aimé soit-il, était plus rassurant qu’une mer d’inconnus dans une situation comme la leur. Alors qu’à New York ces deux-là n’étaient que débats et prises de tête, ici, elle n’avait pas envie de se battre à savoir qui était supérieur. Sur l’île, il y avait bien d’autres choses dont elle devait se soucier; Sa survie, un moyen de sortir d’ici… la liste pouvait s’étendre des heures.

Un silence s’installe entre les deux jeunes gens et, calmement, les larmes de Jazabel cessent. Son visage légèrement rougi par les larmes, elle contemple l’étendue infinie qu’est l’océan. Son menton toujours contre ses genoux. « Comment est-ce que tu t’en sors… ici… il me semble que tu n’as jamais été du genre minimaliste dans ton style de vie. » Sa voix toujours douce et lasse, elle demandait par intérêt sincère, dans le but de combler leur absence de conversation. Rarement ils passaient du temps près de l’autre sans entretenir une conversation. Jazz en était mal à l’aise, de rester près de son ancien patron, silencieuse. C’était un moyen facile qu’elle ne se retrouve à le dévisager et contempler ses traits symétriques mais froids.

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
TΣRRΛ
avatar
River Winterbottom
psychokinésie
Messages : 119 L'objet qui ne me quitte jamais : son poignard tranchant. Je suis nostalgique de : de son confort.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis plutôt surchargé(e)
Message (#) Sujet: Re: Rizabel + I didn’t know that I was starving ‘til I tasted you   Jeu 31 Aoû - 1:59


   

she's a rainbow

— rivabel
L'île ne pouvait pas les éviter. Ils auraient sûrement fini par tomber sur l'un et l'autre, c'était inévitable même. River savait bien que cela n'était pas des larmes de joie, où était le sourire ? Clairement, il ne voyait pas le bonheur sur son visage. Pas besoin d'être Einstein pour comprendre qu'elle lui cache ses désespoirs. Il ne s'attend pas à moins de sa part. River n'était pas le genre de patron qui faisait des fleurs, qui complimentait ou encore patient. Il était tout le contraire, un peu comme son propre père, mais sûrement en moins pire. Il était impatient, froid, strict, toujours à attendre le meilleur de ses employés, rien de moins que la perfection. Les vacances, ils sont présentement sur une île, on pourrait considérer cela comme telle, mais non, parce qu'il n'a pas de porte de sortie, aucun retour, aucun bon cru. « Or, ce n'est pas temporaire. » Dit-il en pétant pratiquement sa ballonne. Eh oui, lui aussi, il souhaite le contraire, il souhaite que cela ne soit qu'un cauchemar, une mauvaise plaisanterie et que d'ici demain, il sera de retour à New York. Mais c'est peine perdue, il n'y a pas d'espoirs.

Il la regarde, il la contemple d'où il se trouve, de son nuage gris, ombrageux, noir. Il détourne le regard vers la mer. Cette vue, il commence sincèrement à la détester. Il n'y a rien de beau, rien qui lui donne envie d'être heureux. Enfin. Elle est là, elle, assise sur le sable, à ignorer ses pensées douteuses. « Je fais ce qu'il doit être fait. Je prends les devants, le contrôle. » River a toujours été en contrôle, mais cette situation l'a déstabilisé au début, puis il a commencé à prendre ses marques, à respirer, à être celui qu'il devrait être, un leader, un chef. Il ment aussi, il n'a pas le choix. Il ne va pas montrer ses faiblesses, se soumettre aux autres. Il a passé un accord avec son frère, ils prendront le contrôle, ce sont eux qui dirigeront, comme autrefois. Il lui fait relever doucement la tête et il plante son regard dans le sien. « Si tu as besoin de quelque chose, d'aide.. je suis là. » Il est sincère dans ses propres. Il ne souhaite pas qu'il lui arrive malheur, il pourrait bien s'emporter, si c'était le cas. Cette fixation l'hypnotise presque. Cela devient sérieux, peut-être un peu trop embarrassant. Pourtant, il pourrait rester là, à la regarder, à vouloir plus qu'un simple regard. « Ou d'un peu de chaleur. Ma porte est grande ouverte.. ou en tout cas, ce qui me sert de porte. » Dit-il pour que la situation soit encore plus gênante, mais surtout, pour que Jazz ne puisse pas lire en lui. Il retire sa main de son menton tout en l'observant. « Est-ce que tout va bien de ce côté ? Quelqu'un t'a fait du mal ? » Il se questionne, surtout à propos de ses larmes, ou est-ce seulement l'effet de l'île qui lui fait cela. River en a vu des gens pleurer pour cela, alors, il ne serait pas surpris si c'était le cas.
   MAY


     
   

     
Revenir en haut Aller en bas
ΛΣR
avatar
Jazabel Byers
xénoglossie
Messages : 31 L'objet qui ne me quitte jamais : Mon téléphone et un carnet dans lequel je note tout Je suis nostalgique de : la fromagerie près de chez moi... bon sang le


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: Rizabel + I didn’t know that I was starving ‘til I tasted you   Mer 18 Oct - 0:37

I Didn't Know That I Was Starving 'Til I Tasted You

feat. River&Jazabel

Toute cette situation était étrange, voire nouvelle pour la jeune femme. Elle n’avait jamais vu son ancien patron être doux, voir attentif aux besoins des autres. Elle s’était, d’ailleurs, toujours fait un plaisir de lui rappeler qu’il n’était bien qu’humain comme les autres. Heureusement pour elle, elle était toujours protéger par le paternel et le frère du jeune Winterbottom alors elle pouvait s’en permettre sur sa répartie. Seulement, aujourd’hui, elle ne voulait pas se battre. Elle n’en avait pas la force. Plus maintenant. Être positive dans ce foutoir lui prenait le peu d’énergie qu’elle avait. Il parle une nouvelle fois, elle roule les yeux vers le ciel. C’était le pire gars pour remonter le moral ! « Wow… merci Winterbottom. Tu sais clairement comment alléger une situation. Vraiment. Merci. »

Elle ne le regarde pas, mais elle peut sentir son interlocuteur l’observer. River a toujours eu un regard intense pouvant transpercer quelqu’un lorsqu’il prenait le temps de les fixer. Elle le sentait sur elle. Elle sentait la chaleur de ses yeux qui la scrutait comme si elle était la chose la plus intéressante de ce monde… quoi que sur cette plage, c’était probablement le cas. Puis il détourne le regard et elle peut enfin respirer. Il parle. Elle soupire. « Avoir le contrôle ne veut pas dire que tu maîtrise la situation. Tu dois être autant, sinon plus, perdu que le reste d’entre nous… » Elle avait du mal à croire que son ancien employeur puisse réellement être apte à prendre la tête d’une situation comme celle-ci. Certes, il a toujours été celui qui semblait porter le monde sur ses épaules. Impassible et calculé comme un soldat le serait mais River n’était pas du genre a avoir des ressources sur la survie en temps de crise. Il était né avec la cuillère en argent dans la bouche. Du moins, c’est ce qu’elle croyait. Elle sent la main chaude de l’homme se poser sur sa joue glacée et elle sursaute alors qu’il la pousse à lever la tête. Leur regard se plonge dans l’autre et, étrangement, elle se sent déjà plus chez elle. Rassurée. Comme si voir un visage familier lui avait permis de se calmer. Les yeux rougis par ses larmes, elle hoche de la tête alors qu’il prend la parole une nouvelle fois. Elle ne l’avait jamais vu aussi disponible, sincère, pour qui que ce soit. Elle s’esclaffe doucement alors qu’il ajoute quelque chose au sujet de porte. « Est-ce que le grand River Winterbottom me ferait des avances ? » Elle sourit, pour la première fois depuis le début de cette discussion. Il retire sa main et soudainement l’air semble encore plus frisquet. Comme si elle s’ennuyait déjà de la sensation de sa paume chaude contre elle. Elle fait signe que non avec sa tête regardant au sol puis une nouvelle fois dans les yeux de l’homme. « Je… non, non tout va bien. Personne ne m’a touché ou fait du mal… je… je pense seulement que c’était la réalisation… que cette situation était possiblement permanente. Je… » Elle soupire. « C’est stupide mais je pense que l’idée de ne plus revoir mes amis et ma famille est plus douloureuse que je ne l’aurais cru… » Elle appuit son menton contre ses genoux. « Me dire que c’était peut-être la dernière fois que je les voyais, leur disait au revoir… » Elle rit ironiquement et rapporte son regard vers l’homme. « Tu peux te moquer si tu veux… clairement ce ne sont pas des problèmes qui t’importe. La vulnérabilité n'a jamais été ta force... »

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
 
Rizabel + I didn’t know that I was starving ‘til I tasted you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dhwani > Lahu munh lag gaya ( I've tasted blood )
» your lips tasted like strawberry, ft solty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-

Sauter vers: