AccueilAccueil  Évènements  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
INSCRIPTIONFIRST EVENT.
venez vite vous inscrire à la
première mini-intrigue
aahhh
LES ZALAS1ER TOUR.
premiers awards de l'île
votez pour vos favoris
I love you
LES CLUBSTEAM UP.
créez ou rejoignez des clubs
ça va flooder en #teams
Skiip
ANIMATIONSAT.
envie d'une soirée à thème ?
viens jouer un héros
youhou

Partagez | 
 

 "Une mauvaise herbe est une plante dont on n'a pas encore trouvé les vertus."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
IGΠIS
avatar
Lulla Harkam
télépathie
Messages : 77 L'objet qui ne me quitte jamais : Un petit couteau


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: "Une mauvaise herbe est une plante dont on n'a pas encore trouvé les vertus."   Mer 28 Juin - 16:49

« T'aurais-je donné l'impression que l'interdiction que je t'avais faite, de remonter à la surface, n'était qu'un simple conseil paternel ? » Les mots résonnent dans tête. « Parce que ce n'était pas le cas ! » La foudre paternelle a frappé, réduisant à néant ses velléités de sortie. Elle a l'impression qu'il l'a enfermé dans une petite cage avant de jeter au loin la clé de sa cellule. Comment peut-il ne pas se rendre compte qu'elle étouffe doucement ? Elle ne se laissera pas faire si facilement. Si elle a pu avoir l'air de rendre les armes, ce n'est jamais vraiment le cas. Lulla a ce besoin viscéral d'aller dehors. Ça s'est chevillé dans son ventre. Parfois, ça pulse à l'intérieur, ça se gonfle jusqu'à prendre toute la place. Impossible de penser correctement dans ces conditions ! Il y a pourtant quelqu'un qui pourrait temporairement lui changer les idées, badigeonner de couleurs sa morosité. Sofeylïnn serait de bonne compagnie si leurs rapports ne s'étaient pas récemment tendus. Ça aurait pu être agréable de passer quelques heures avec elle, mais non donc...

Calmement, la jeune femme délaisse la salle commune pour remonter vers l'étage supérieur. Elle ne laisse rien paraître. Elle accorde quelques sourires polis, de ceux qu'elle pratiquent depuis des années. Passer inaperçue ici en pleine journée serait une vraie gageure. Tout l'enjeu est d'être là sans éveiller les soupçons. Elle atteint donc le niveau zéro sans se presser. Elle traverse les couloirs jusqu'à ce que la chaleur rassurante de la serre lui parvienne. Jusqu'à ce que, à mesure de ses pas, celle-ci l'enveloppe complètement comme une couverture duveteuse. Douce nostalgie. Petite, elle adorait cette endroit simplement parce que son père l'affectionnait particulièrement. Elle y courrait régulièrement pour se jeter dans ses bras, surtout si elle voulait échapper à une quelconque réprimande. Vraiment, cet endroit est charmant.

Lulla inspire un grand coup et balaie la pièce du regard. Elle s'attendrait presque à voir la silhouette droite de son père la fusillant du regard. Par bonheur, ce n'est pas le cas. S'il y a d'autres personnes, elle n'y prête pas attention. Ses yeux se rivent à la chevelure brune devenue bien trop familière. Un sourire moqueur se glisse sur ses lèvres. Suffisamment discret pour ne pas être perçue comme une offense publique. Son seul but est d'agacer son destinataire. Tenter de faire sortir Frida de ses gonds est bien le seul bénéfice à tirer de cet association forcée. Il faut bien l'admettre, la jeune Harkam n'a jamais porté cette subalterne dans son cœur. La raison en est très simple, elle n'a vraiment pris conscience de l'existence de Frida qu'au moment où elle l'a vue aux côté de Marcus. L'envie est peut-être mauvaise conseillère mais, depuis, le nom de la botaniste est inscrit en tête de la liste noire.

"Frida !" commence-t-elle, enrobant sa voix de miel, mimant la courtoisie. " Je te cherchais justement." C'est qu'elle a pris goût à ce jeu. Ça la tire de son ennui. Son sourire s'agrandit. "Nos conversations chaleureuses me manquaient. Je me suis dit qu'il fallait absolument que je te rende visite." Les propos sont fallacieux, chacune le sait. Lulla ne fait même pas l'effort de paraître sincère. Sauf qu'au fond, ce n'est déjà plus tout à fait comme avant. Elle ne cherche plus à se montrer blessante ou rabaissante. Simplement, faire naître un soupçon de colère au fond des yeux sombres de son aînées, c'est déjà susciter une émotion. Que pourrait bien lui faire l'autre de toutes façons ? Elle se sait intouchable, se croit inaccessible dans sa parure de prétention. Ce doit être pénible. La politesse voulant qu'on laisse l'occasion à son interlocuteur de répondre, la jeune femme marque un temps d'arrêt avant de reprendre. " Tes travaux avancent-ils ? Des découvertes intéressantes ?" Comme par exemple : de nouvelles variétés découvertes sur l'île ? "Je me suis dit que tu avais peut-être besoin d'aide ou envie de compagnie. Et, tu sais comme mon père apprécie mon intérêt pour tes talents." Voilà, l'attaque était lancée sans que la honte ne l'ait même effleurée. Elle espérait bien qu'après tout ça, Frida ne se sente pas d'humeur à la renvoyer directement dans ses quartiers. De toutes façons, même si c'était le cas, la petite peste a plus d'un tour dans son sac.
Revenir en haut Aller en bas
ΛΣR
avatar
Frida Nascimento
perception
Messages : 31 L'objet qui ne me quitte jamais : Mes lunettes, souvent dans ma poche, au sommet de ma tête, dans la ceinture de mon pantalon... rarement sur mon nez Je suis nostalgique de : La présence de Marcus à mes côtés


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: "Une mauvaise herbe est une plante dont on n'a pas encore trouvé les vertus."   Dim 2 Juil - 13:58


Une mauvaise herbe est une plante dont on n'a pas encore trouvé les vertus
Lulla Harkam & Frida Nascimento

Il fait chaud dans les serres, toujours. La brume rafraichit parfois, lorsqu'il est temps d'arroser les plantes, mais ni chaleur ni humidité ni lumière ne changent. Serre, effet de serre. Elle est habituée désormais, mains enfoncées dans l'humus tandis qu'elle travaille, planter et replanter. Routine, répétition des gestes, qui calme l'esprit, quasi-méditation. Les plantes sont sereines, compréhensibles, ne jugent pas tandis qu'elle repousse ses lunettes sur le sommet de sa tête dans un geste irrité, verre qui se couvre de terre humide, avant de reprendre sa tâche, concentrée sur les indications transmises par ses sens. Le monde reste trouble autour d'elle, lieu connu par cœur qui lui permet de se déplacer à la mémoire seule. A moins de délibérément placer un obstacle sur son chemin, elle ne craindra rien, et elle s'en réjouit. Rien ne peut troubler le calme de la serre, aujourd'hui. Exactement ce dont elle a besoin. Parfait. Un sourire joue au coin de ses lèvres.

Jusqu'aux sons des pas, aisément reconnaissables. Rythmés, sûrs d'eux et de leur droit d'être ici, léger et un peu maladroits encore, le corps pas encore tout à fait maîtrisé, sans cette grâce martiale des pas des membres de la brigade. Lulla, forcément, qui fait se rouler ses yeux devant son travail et rester son visage penché sur son travail. Si jeune, si irritante, qui lui fait regretter sa sortie à l'extérieur, qui fait se serrer ses doigts sous la terre, là où le geste ne pourra être vu. Une part d'elle l'apprécie, pour son tempérament, son indépendance, cette volonté d'être libre qu'elles partagent, et son intelligence dans leur chantage au secret mutuel. Une autre part, non négligeable, aimerait juste l'oublier dans des sacs d'humus et en être enfin libérée. Plus d'anxiété, plus de sourires et de mots dégoulinants de miel et de venin, plus de regards pesants de ses collègues et de questions lourdes d'implications. Ce serait si reposant. Son prénom qui brise la tranquillité de la serre ne fait que renforcer le sentiment. Elles savent toutes deux que la fille du Commandant n'a aucune raison de s'adresser à un des autres scientifiques, tandis qu'elle se contente d'un son vaguement interrogatif en guise de réponse. Pas de tête qui se relève pour l'observer. Elle ne cédera pas la première, aussi butée que l'autre brune. Tempéraments si différents qui se nourrissent l'un de l'autre et se rendent plus explosifs encore.

"Lulla." Silence brisé, enfin, sans bouger pour autant, seuls gestes qui l'animent ceux de sa tâche. La gamine apprendra la patience, ou elle partira dans une rage, ou elle partira tout court. Hormis la seconde option, qui aura ses avantages malgré tout, tout lui conviendra, qu'importe la mémoire du Commandant qui lui demande de garder un œil sur son héritière. Lui mieux que personne sait combien elle peut être épuisante, et même la patience de Frida n'est pas infinie, en l'absence d'un Marcus auprès duquel se ressourcer et raconter sa journée, son cœur battant contre son oreille. "Je te remercie de ta... délicate attention. Ce n'était en rien nécessaire, je t'assure." C'est même malvenu, sourire parfaitement poli lancé à l'héritière avant de se reconcentrer sur ses plantes, doigts cherchant la suivante, pieds et genoux la déplaçant juste assez, instinct qui la guide en apparence autant que sa vue en réalité alors que le sourire se fige une seconde et vacille, regard qui se repose sur sa cadette. C'est qu'elle en oublierait presque d'être subtile. Ou ne s'en soucie pas, on ne doit pas craindre grand chose quand on est membre du pride, quand on est destinée à être parmi les puissants. Elle se demande si elle a conscience des avantages avec lesquels elle est née. Douteux. Sa tête s'oriente à peine vers l'héritière, avant que ses lèvres s'étirent de nouveau.

"J'ai peur que mes recherches ne stagnent, difficile d'étudier de nouveaux hybrides de plantes quand on nous interdit de paraître en quête de croisements spontanés à la surface. Il semblerait que l'appréciation de ton père ne s'étende pas si loin qu'il m'autorise une expédition." Paroles blasphématoires. Elle suspecte qu'elle s'en amusera, yeux sombres se posant sur l'autre femme, étincelle pétillante dans leurs noirceurs. "Je suppose que tu es familière du problème." Elle n'est pas seule à avoir des griffes, Lulla. Qu'elle s'en rappelle, qu'importe l'humour détaché dans ses mots tandis que ses mains quitte le sol et que son corps se redresse en une ligne sinueuse, reptilienne. Les doigts terreux font retomber la monture sur son nez, les yeux clignent vaguement de constater la trace sombre, doigts qui s'en emparent pour nettoyer le verre sur sa tunique et se souiller davantage au passage. Quelle importance, ça se lavera.

"Puisque tu es là et semble prête à m'aider, tu voudrais bien m'apporter quelques sacs d'engrais pour achever le replantage ?" Et t'éloigner un moment et perdre ta voix sous le poids des sacs. Ça la musclera. Elle lui donne toujours les tâches les plus ingrates pour son bien, vraiment. Sucrer la pilule, cependant, légèrement. "Je viendrai t'aider une fois celles-ci finies." Il reste cinq plants sur sa ligne, elle survivra d'ici-là.
© HELLOPAINFUL


Revenir en haut Aller en bas
IGΠIS
avatar
Lulla Harkam
télépathie
Messages : 77 L'objet qui ne me quitte jamais : Un petit couteau


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: "Une mauvaise herbe est une plante dont on n'a pas encore trouvé les vertus."   Mer 5 Juil - 22:35

Ça l'amuse Lulla, d'engendre une telle réaction. Elle ne s'offusque pas le moins du monde, elle qui a toujours préféré une sincérité crue au miel venimeux. Ça la change. C'est un peu comme si on colorait le gris, si neutre et si poli, qui engloutit sa vie. Elle va jusqu'à pousser le vice en annonçant fièrement "Je t'en prie. Ça me fait plaisir !" Un sourire éclatant accompagne ses mots. Pendant quelques secondes, un frisson d'excitation a réveillé sa peau, chatouillant son ventre. L'ennui a été estompé. Autant ne pas s'arrêter en si bon chemin. Alors, elle poursuit, révélant son intention de rester avec Frida. Espérant souffler sur les braises pour allumer un feu. Celle-ci devrait pourtant savoir qu'on ne se débarrasse pas si facilement d'une mauvaise herbe, surtout de certaines, particulièrement tenaces.

À mesure qu'elle écoute son aînée, son sourire s'amincit. D'ostentatoire, il devient discret, secret. Ambivalent aussi, autant que ce qu'elle ressent. La colère qu'elle éprouve envers le commandant la rendrait presque complice de la critique ouverte. Ce sentiment est à deux doigts d'emporter la partie de son conflit interne Il pourrait facilement, s'il n'y avait pas cet attachement farouche, cet amour viscéral qui l'attache à son père sans tolérer aucun compromis. Si elle le blâme sans arrêt, son orgueil supporte mal qu'on le remette en cause. C'est à croire que parfois, elle est toujours cette gamine qui l'idéalise et l'adule. Peut-être un peu parce qu'elle n'a plus que lui au monde. Loin d'avoir dit son dernier mot, Frida insiste jusqu'à lui rappeler qu'aussi dorée soit sa prison, elle n'en reste pas moins une cage. Touché. Sait-elle déjà qu'elle a perdu tous ses droits d'accès au monde extérieur ? L'image de son badge réduit en miette s'impose à sa mémoire. Non. Impossible. Markus Harkam n'aurait pas pris le risque de fragiliser sa position en dévoilant les difficultés qu'il rencontre à recadrer sa progéniture. Les codes du monde politique ont parfois leurs avantages.

Ne sachant pas si elle déteste ou admire Frida pour son insolente audace, Lulla maintient son expression en demi-teinte. Masque si connu qu'il lui colle à la peau. L'autre n'aura qu'à essayer de décrypter ce qu'elle peut bien penser. Elle ne lui fera pas le plaisir de lui offrir un indice. Par instinct, elle étire sa colonne pour paraître plus grande quand l'autre se lève, victorieux serpent. Même dans des actes aussi simples, elles s'opposent l'une à l'autre. Chercher. Se jouer des limites de l'agacement. Pousser l'autre sans en avoir l'air. Frida a le mérite d'être une adversaire redoutable. Elle ne se laisse pas impressionner par un titre et un nom. Elle s'empresse de le prouver par une demande des plus surprenantes.

La bouche de Lulla frémit. Des... Sac d'engrais ? Ses yeux clairs s'arrondissent sous la stupeur. Quel toupet ! Elle fronce le nez en jetant un coup d'œil vers l'odieuse tâche qu'on vient de lui attribuer. Il n'y a pas grand chose au monde pour quoi elle accepterait de se salir les mains. Elle est tentée de suivre son impulsion en explicitant son refus. Mais, elle prend tout de même la peine de peser rapidement le pour et les contre. Cela servirait-il son but ? Il y a tout de même peu de chance pour que ce petit geste parvienne à faire naître une amitié fulgurante. Elle imagine déjà la botaniste se gausser fièrement de l'avoir rabaissée. "À vrai dire, je pensais à une autre forme d'aide." annonça-t-elle sans pouvoirs'empêcher de lever les yeux au ciel. Le mensonge est un art visant à troubler les oreilles indiscrètes. " Et puis, d epuis quelque temps, je me sens très fatiguée. J'ai du mal à me reposer convenablement. J'aurai peu de renverser les sacs en les amenant ici." Est-ce que l'image de Lulla s'effondrant dans l'engrais est suffisamment plaisante pour faire changer Frida d'humeur. "Demande plutôt à l'un de tes amis." Oups. Ça lui a échappé. "Enfin... Sofeylïnn m'a parlé d'une plante étonnante qui ne pousse qu'à l'extérieur. Elle m'a vanté ses multiples vertus dont celle d'apaiser les troubles du sommeil. Les natifs ont pour habitude de l'utiliser. C'est vraiment dommage qu'il n'y ait pas ici!" fit-elle en mimant de regarde à droite puis à gauche, plissant sa moue dans une moue enfantine. De toutes façons, même s'il y en avait, elle serait prête à les rendre inutilisables, les obligeant toutes deux alors, à envisager une excursion. "Je suis sûr que tu pourrais en faire des miracles." Que voulez-vous, on n'appâte pas les mouches avec du vinaigre, n'en déplaise au brun de malice qui fait briller son regard.
Revenir en haut Aller en bas
 
"Une mauvaise herbe est une plante dont on n'a pas encore trouvé les vertus."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES FLEURS DE L’ARREE 1ère partie
» La Mauvaise Herbe
» Mauvaise herbe ! [Attente de RP]
» Plante dangereuse
» Sidney est une mauvaise fréquentation.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: