AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Hey babe, take a walk on the wild side w/ Mikha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ΛΣR
avatar
Hemée Parabäsis
ubiquité
Messages : 45 L'objet qui ne me quitte jamais : un bout de vêtement, et encore Je suis nostalgique de : une vie avec mes parents


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Hey babe, take a walk on the wild side w/ Mikha   Mar 13 Juin - 0:36

Mes pieds nus gravissent les falaises Aruru, à l'est de l'île, jusqu'à être au bord de l'océan. Je me laisse tomber dans l'eau glacée; flottant sur le dos, le tremulus des vagues me berce. L'eau brûle ma blessure. Aqua me purifie, me soigne. Je sens Aer s'apaiser, devenir plus doux. Pour moi, pour ne pas que je pense à ma douleur. Plus je sens le vent caresser délicatement ma joue, mon corps nu, me former un cocon… plus ma blessure ne me semble être qu'une démangeaison sans importance.
Partie chassée sous la lumière des étoiles, je me suis faite surprendre par un sanglier. Un marcassin, plus exactement. Rien de bien méchant, même si ma cuisse n'est pas de cet avis. Malgré tout, j'ai pu grâce à ma projection attrapper un lapin. Je n'aime pas ca, tuer des animaux. Mais ces derniers jours, je me sens affaiblie. Ce dernier mois, aucune viande n'est passée entre mes mains; là doit être la raison, je dois manquer d'énergie.

Détendue, portée à la dérive, j'ouvre les yeux pour me mettre à nager en direction de ma maison. Toutefois, du coin de l'œil, je perçois une ombre sur les falaises qui attire mon attention. Un homme. Il ne m'est pas familié. Personne ne vient ici. C'est mon jardin secret, et rares sont ceux s'aventurant de ce coté des falaises où la plage est absente. Je m'imerge dans l'eau jusqu'au yeux, observant l'étranger qui ne semble pas m'avoir remarqué. Son regard est rivé sur ma maison. En un clignement, il disparait. Je ne sais pas si j'ai haluciné, mais je ne laisse pas place au doute. Une brume légère s'échappe de mon corps, jusque dans la barque amarrée aux roches. Tandis que je rentre chez moi à la nage, je ramène la barque aux pilotis avec mon moi second.
Je monte l'échelle, pendant que je m'évapore avec mon double jusqu'aux falaises, à l'abris des regards, pour guetter si quelqu'un approche. J'entre chez moi, une grande pièce unique. J'ai pris des mois à tout construire, grâce à ma projection. Ouvrant mon placard d'apothicaire, j'en sors une pate épaisse confectionnée par mes soins. Aux vertues cicatrisantes, j'en applique sur l'entaille à ma cuisse. Puis j'allume un feu dans le foyer en pierre, au cœur de la pièce, pour me réchauffer et m'enroule dans du coton pour sécher plus vite.

Lorsque je me retourne, il se tient la devant moi. Chez moi. Je fais un bond en arrière et, les pieds mouillés, je manque de glisser. Par réflexe, je m'agrippe au premier truc qui me passe sous la main. Une spatule en bois. Je vais aller loin avec ca. Mais je ne comprends pas. Cachée sur les falaises, je ne l'ai pas vu arriver. C'est impossible. Ne le connaissant pas, et à son allure dépravée, il me parrait être l'un des rescapés. Cela n'a aucun sens. Je ne suis pas de nature à prendre peur facilement. Mais face à cette situation, je vous avoue être très incofortable. Sur mes gardes. Je le fixe du regard, l'observe, me doutant qu'il ne piperait mot à mes paroles.
Qui est-il ? Comment s'est il introduit ici ? Qu'est ce qu'il me veut ?
Revenir en haut Aller en bas
ΛΣR
avatar
Mikha Harper
perception
Messages : 61 L'objet qui ne me quitte jamais : Un petit bracelet offert par ma jumelle Sara Je suis nostalgique de : des pizzas, de la joie de vivre de Sara, de mon smartphone


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: Hey babe, take a walk on the wild side w/ Mikha   Jeu 22 Juin - 10:42

❝ Hey babe, take a walk on the wild side ❞
- Hémikha ♥ -
Une sensation de mal-être s'empara de Mikha, cet après-midi là. Il était revenu bredouille de son expédition dans la forêt, pour essayer de retrouver d'autres survivants. Il était maintenant presque sûr de développer un don lui-aussi. Ses sens étaient la plupart du temps exacerbés, il pouvait sentir, voir et entendre mieux que n'importe qui sur le camp. La plupart du temps, c'était déroutant, car impossible à contrôler. Il avait souvent mal à la tête à cause de ça. Mais cela lui avait déjà sauvé maintes fois la vie. Il parvenait à éviter les mauvaises rencontres. Les rencontres tout court en fait, trop méfiant pour se laisser approcher par qui que ce soit d'autre que les survivants du Sud. L'ombre des natifs sur eux était évidente mais il refusait de se laisser dicter par la peur. Ils étaient peut-être simplement curieux. Ou alors ils étaient cannibales et ils consistaient un met de choix pour eux. Du coup, mieux valait les éviter lorsque c'était possible, non ? Mikha se précipita à l'eau, transpirant et souhaitant oublier quelques instants où il se trouvait. Il avait repéré un endroit où les vagues étaient moins fortes et permettait une baignade plus détendue. Il avait l'impression que son corps bouillonnait, sans raison. Peut-être avait-il de la fièvre ? Dans le doute, il observa sa main, blessée lors du crash. Non, la plaie avait bien cicatrisé et semblait propre. Alors d'où lui venait cette impression d'avoir été blessé quelque part ? Mikha s'émergea complètement dans l'eau, fermant les yeux. Les sons et tout le reste n'étaient plus si assourdissants, là dessous. C'était calme. C'était apaisant. Les yeux fermés, il se laissa bercer quelques instants par les vagues, son cœur battant un peu moins fort à chaque nouvelle vague.

Mais soudain, il avait les yeux grands ouverts et il ne se trouvait plus du tout dans l'océan. La sensation était vertigineuse puisqu'il se trouvait en haut d'une falaise abrupte. Mikha regardait autour de lui, paniqué, reculant rapidement quitte à tomber sur les fesses dans la précipitation. C'est là qu'il se retrouva à nouveau dans l'eau et qu'il but la tasse. Il rejoignit brusquement la surface à la recherche d'air, crachant l'eau salée qu'il venait de boire. Il battait des bras et des jambes comme s'il ne savait même plus nager, abasourdi. Mais la sensation de la terre sous ses pieds fut à nouveau là. La falaise, encore. C'était quoi encore ce truc ?! Une nouvelle faculté qu'il était en train d'expérimenter ? Son regard fut attiré par la silhouette d'une maison, en contrebas. La construction était originale et manquait sans doute de bon nombre de mesures pour en faire un habitat que l'on pouvait juger... cohérente. Mais cette sensation de cocon s'empara aussitôt de Mikha. Oui, c'était un lieu où l'on se sentait bien, il en était sûr. Il fallait qu'il aille voir. Il fallait... nager pour regagner la plage. Son cerveau était à la limite de l'implosion. Il nageait, puis ensuite il marchait, puis ensuite il nageait à nouveau ? Il y avait de quoi perdre la tête et la coordination de Mikha ne ressemblait à plus rien. Il se dépêcha de nager, espérant arriver sur la plage avant de retourner sur cette falaise ou dieu sait quoi. Son cœur s'était emballé et son souffle était court, il n'avait jamais ressenti autant d'angoisse de sa vie... hormis le jour du crash où il avait également du nager pour gagner la plage.

« Qu'est-ce que... Qui êtes-vous ? Où on est ? »

En s'échouant sur la plage, plutôt que de goûter à la sensation rassurante du sable chaud sous ses pieds et sous ses mains, il s'était retrouvé devant cette maison, devant la porte ouverte. Et il n'était pas seul. Une femme, jeune, devant un feu, observait Mikha sans avoir l'air de comprendre ce qui se passait, elle non plus. Elle ne semblait pas réel et pourtant, il avait senti le besoin de lui parler et de lui poser toutes ces questions pour qu'elle le rassure. Il aurait bien rajouté 'aidez-moi' mais quelque part, il avait encore un peu de fierté, l'île ne la lui avait pas encore prise. Mais la réaction de la femme fut normale et compréhensible : elle s'effraya et prit le premier truc sous la main pour se défendre. Quelque chose lui disait que même avec un outil de cuisine, elle était tout à fait capable de l'assommer... ou pire. Mikha recula, les mains levés et visibles pour qu'elle comprenne qu'il ne venait pas l'agresser. Mais il était vrai qu'il était entré sans frapper. C'était pas comme si on lui avait demandé son avis.

« Doucement, je... je ne sais pas ce que je fais là. Je... »

... ne vous veux pas de mal. Mikha termina ses mots sur la plage, s'adressant au vide. Il hurla sa frustration à ce même vide, avant de tomber à genoux et de prendre sa tête entre les mains. Son crâne lui donnait la sensation qu'il allait exploser.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 1144 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
ΛΣR
avatar
Hemée Parabäsis
ubiquité
Messages : 45 L'objet qui ne me quitte jamais : un bout de vêtement, et encore Je suis nostalgique de : une vie avec mes parents


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: Hey babe, take a walk on the wild side w/ Mikha   Dim 2 Juil - 0:36

L'étranger semble paniqué. Surpris par la situation, du pourquoi du comment il se trouve ici chez moi, sorti de nulle part. Je ne sais pas non plus quoi en penser. A sa voix affolée, son regard hagard, je comprends qu'il n'est pas une menace. Il lève les mains, s'affichant sans défense. Mon emprise sur la spatule en bois se détend, et je la repose sur le comptoir sans pour autant bouger plus. Il tente de dialoguer avec moi, mais je parle à peine son langage. Pour le moment. Je n'ai trouvé qu'un unique point positif à capturer ces étrangers. Grâce à certains de la tribu, on peut comprendre, traduire ce que les prisonniers disent. Alors j'essaie d'apprendre cette langue qu'ils appellent l'anglais. J'essaie d'en améliorer ma maîtrise en passant mon temps libre à les écouter parler entre eux, cachée avec ma projection.
Ainsi j'arrive à capter le sens général de ses questions. Qui ? Où ? Mais avant que je n'ai le temps de tenter lui répondre, il disparaît. Comme ca. En un battement de cils, comme sur la falaise. Pas de brume légère comme moi avec ma projection. Rien. Juste du vide. Je ne comprends pas. Je noue ma toile de coton à la taille, et vais là où il se trouvait il y a deux secondes. Se baladant, mes oreilles ont entendu dire que certains des nouveaux arrivants développent nos facultés. Mais il n'a pas don d'ubiquité. Déjà parce que je l'aurais ressenti. Et parce que ca n'y ressemble pas assez, bien qu'on pourrait s'y méprendre. Les idées fusent dans mon esprit, mais rien ne concorde.

Le revoilà. A à peine un mètre de moi. Je réponds à ses questions avec le peu de mots que je connais, m'appuyant sur la gestuelle. "Ici. Moi. Hemée." Je ne crois pas me tromper dans les mots que j'emploie, pour indiquer que c'est chez moi, ainsi que mon prénom. Sans lui laisser le temps de faire quoique ce soit, je l'attrape fermement par les épaules. C'est étrange. Quelque chose ne colle pas. Je ne décroche pas mon regard du sien, persuadée qu'il en sait plus que moi, dans son ignorance. Dans mon esprit, je sens qu'il est vrai, là physiquement, et ça paraîtrait aberrent d'imaginer le contraire. Pourtant, sous mes mains, je ressens du vide. Je ferme les yeux. Je sais que la réponse est là, sous mon nez. Je me concentre sur cet inconnu, et demande de l'aide à Aer, mon Dieu. Qu'il m'emporte à la solution.
Soudain, sans le vouloir, mes yeux s'ouvrent sur l'étranger. Mais nous ne sommes plus chez moi. Je n'ose pas retirer mes mains de ses épaules, de peur d'être de retour à ma maison. Je regarde aux alentours, éberluée, et reconnais les plages du Sud. Un coup d'œil aux environs, je n'aperçois personne. Ni une ni deux, j'envoie ma projection à sa rencontre. Je sens que je pousse mon corps et mon esprit à bout, mais je suis fascinée par la situation. Ce cadeau de l'île, d'une nouvelle faculté qui semble bien particulière. Plus qu'un mal de crâne, j'ai comme un singe qui joue des cymbales dans ma tête. Et la fatigue qui se fait de plus en plus ressentir. Je me laisse retourner chez moi, sans lui, tentant de m'économiser un peu. Je sais de toute manière que s'il ne réapparaît pas dans mon chez moi, mon double arrivera à sa rencontre dans quelques secondes.
Revenir en haut Aller en bas
ΛΣR
avatar
Mikha Harper
perception
Messages : 61 L'objet qui ne me quitte jamais : Un petit bracelet offert par ma jumelle Sara Je suis nostalgique de : des pizzas, de la joie de vivre de Sara, de mon smartphone


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: Hey babe, take a walk on the wild side w/ Mikha   Ven 7 Juil - 10:48

❝ Hey babe, take a walk on the wild side ❞
- Hémikha ♥ -
La tête toujours entre les mains, Mikha n'osait plus ouvrir les yeux. Développait-il un nouveau don ? Il pensait que le sien avait un lien avec le développement de ses sens ou son instinct, un truc comme ça. Mais pas la téléportation, si c'était bien ça ? Il n'aimait pas ça, mais alors pas du tout. Son cerveau était sur le point d'exploser. Une crise d'angoisse pointait même le bout de son nez, alors que Mikha n'en avait encore jamais connue. Pitié, faites que ça s'arrête, pensa t-il de toutes ses forces, n'osant plus bouger d'un pouce. Moins de dix secondes plus tard, il senti que sous ses pieds le sol était redevenu dur et que le sable a disparu. Était-il nouveau dans cette maison avec cette jeune femme qui voulait l'assommer à coup d'ustensile de cuisine ? "Ici. Moi. Hemée." La voix de la jeune femme lui parvint aux oreilles, mais il n'osa pas pour autant rouvrir les yeux. Il aima tout de suite cette voix. Elle était posée, douce et apaisante. Il avait l'impression que cette voix n'avait pas trop l'habitude de parler, du moins, pas dans sa langue. Elle disait s’appeler Hemée ? Deux mains vinrent alors se poser sur ses épaules. Il ne ressentit pas là un geste d'agression mais plutôt de secours. Il rouvrit les yeux et abaissa les mains pour libérer sa tête et il plongea son regard dans celui de la native. D'abord floue, elle devint de plus en plus précise et ses deux yeux magnifiques, une bouée de sauvetage à laquelle Mikha se raccrocha du mieux qu'il le put. Tant pis si elle le kidnappait au final, il voulait juste que cette expérience de téléportation cesse, tout de suite « Je... je ne sais pas ce qui m'arrive... » Il balbutiait, cherchant un sens à tout ça. Mais Hemée semblait s'interroger elle-aussi. Était-elle seulement réelle ? Ou bien était-elle le reflet de son cerveau qui tentait de l'aider pour qu'il puisse se raccrocher à quelque chose pendant une minute de répit ? Puis cela recommença, mais il n'avait pas l'impression d'avoir changé d'endroit en fait. Comme s'il avait toujours été sur cette plage et que seul son esprit s'était déplacé dans cette maison. Chez Hemée. Elle le tenait toujours par les épaules, peut-être pour s'assurer de ne plus le perdre. Il n'y avait personne d'autre qu'eux, mais elle semblait quand même inquiète. Et fatiguée, comme lui. Etaient-ils en train de se tuer à cause d'un pouvoir qu'ils ne maîtrisaient pas ? Le toucher réconfortant d'Hemée disparut soudain. « Non ne... ne part pas ! Est-ce que tu sais ce qui nous arrive ?
Hemée ?
»
Mais elle partait sans un regard en arrière. Sa longue chevelure blonde cascadait sur ses hanches, Mikha ne put s'empêcher de remarquer qu'elle avait un corps parfait.

Il détourna finalement les yeux et se laissa choir dans le sable, les poings serrés. Cette île n'avait-elle donc que ça à faire ? Tourmenter les rescapés, leur envoyer des natifs pour les kidnapper ou jouer avec eux ? Pourquoi était-il là, à subir ça ? Au moins son mal de tête s'apaisait enfin. Mais il était impossible de trouver un sens à tout ça. C'était sa première rencontre officielle avec une native de l'île. Jusque là, il les avait soigneusement évité, les observant de loin lorsqu'ils les entendait dans la forêt. Il pouvait les entendre de très loin et c'était un sacré avantage. Il se proposait même de faire le guet parfois la nuit, sur le camp, pour prévenir d'une éventuelle attaque. Mikha tourna la tête dans la direction où était repartie Hemée. Sauf qu'elle était en train de revenir. Il se releva aussitôt, méfiant. Pourquoi avait-elle changé d'avis ? Y avait-il d'autres natifs dans le coin et elle avait décidé de l'emmener avec elle, de force ? Toutes ses questions ne trouvaient pas de réponses mais surtout pas de sens. Hemée ne semblait pas lui vouloir du mal. On aurait dit plutôt qu'elle voulait comprendre, elle-aussi. Mais lorsqu'elle fut à quelques pas de lui, il ne ressentit pas la même chose que la première fois. C'était comme si elle envoyait des ondes différentes. Comme si c'était elle, sans être elle. Oh non, voilà que ça recommençait. Pourquoi les choses ne pouvaient-elles pas être simples ? Mikha inspira longuement pour se calmer. « Tu es revenue... mais c'est comme si ce n'était pas vraiment toi... Bon, commençons par le début. Je m'appelle Mikha. Hum. Moi, Mikha. » Il avait appuyé ses derniers mots en se montrant, comme elle l'avait fait pour s'assurer de bien se faire comprendre. Voilà, il fallait commencer par le début. Les présentations, par exemple. L'île seule savait ce qui arriverait ensuite.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 1144 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
ΛΣR
avatar
Hemée Parabäsis
ubiquité
Messages : 45 L'objet qui ne me quitte jamais : un bout de vêtement, et encore Je suis nostalgique de : une vie avec mes parents


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: Hey babe, take a walk on the wild side w/ Mikha   Dim 13 Aoû - 14:01

Traversant les falaises, la forêt, aussi rapide qu'un courant d'air, la brume se dissipe pour me laisser apparaître sur la plage, tandis que je cuisine mon lapin chez moi. Quelques pas, je l'observe, intriguée, assis de dos sur le sable. Comme s'il m'avait senti arrivé, il se retourne et se lève d'un bond à mon approche. Il semble ne pas comprendre la situation, être plus perdu que je ne le suis. Car j'ai l'avantage d'avoir les dieux pour me guider, me rassurer. Pour le temps que j'ai pu passer à les scruter, à entendre les dires de ceux que la tribu a capturé, leur dieu ne leur est pas très attentif. Beaucoup ne croient même pas à son existence. Ces gens ont l'air plutôt faibles et seuls. Et j'en suis triste pour eux.

À quelques centimètres l'un de l'autre, je vois son incompréhension sur son visage. Et ressens sa peur. Il tente de se calmer, face à ces événements inhabituels. Il me parle, mais je ne comprends rien. Si ce n'est son nom. Mikha. Je souris en le voyant utiliser les mêmes mots, la même gestuelle que moi pour se présenter. La communication est ouverte. J'aimerais qu'il comprenne que je ne lui veux aucun mal. Alors j'use du premier mot que j'ai demandé à apprendre dans sa langue. Les deux mains sur le coeur, je le regarde avec toute la sincérité dont je suis capable, et prononce "Paix.". Bien qu'intrigué, il semble apaisé, son corps se détend, ses muscles sont plus relâchés. Je réalise pour la première fois qu'il est plutôt bel homme, comparé à la moyenne des étrangers.

Il apparaît alors dans ma cuisine, tandis que je coupe mon lapin. C'est reparti pour un tour d'incompréhension. Mais cette fois, j'entends toutes ses inquiétudes, sans qu'il ne dise mot. Par reflex, je lache tout et me prends la tête entre les mains, je ferme les yeux. C'est désagréable. Des phrases, des sentiments fusent dans tous les sens. Et je suis épuisée. Mon cerveau n'arrive plus à supporter tous les événements. L'ubiquité, cette nouvelle faculté étrange, cette submersion dans mon esprit. Je manque de sommeil, d'énergie. Il ne comprend pas que c'est un cadeau des dieux, bien que je ne saurais y donner d'explication. Je relève la tête et plonge mes yeux dans les siens. On est de retour sur la plage. Je vois que quelque chose se passe aussi dans son esprit. Je m'adresse alors à lui sans utiliser l'anglais, ni ma bouche. "Calme toi, cesse, tout va bien." Et il me comprend, m'entend.

Je sens que je vais m'effondrer. Je tombe sur la plage. Il tente de me rattraper, mais mon corps se dissipe dans une brume à son contact. J'aperçois son visage, avant de m'évanouir sur le sol de ma cuisine, puis il disparaît en même temps que je sombre. Je ne sais pas combien de temps je suis restée endormie. Une minute, ou des heures. Mais lorsque mon esprit émerge, j'entends une voix. Et le vois lui, en me réveillant.
Revenir en haut Aller en bas
ΛΣR
avatar
Mikha Harper
perception
Messages : 61 L'objet qui ne me quitte jamais : Un petit bracelet offert par ma jumelle Sara Je suis nostalgique de : des pizzas, de la joie de vivre de Sara, de mon smartphone


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: Hey babe, take a walk on the wild side w/ Mikha   Mer 30 Aoû - 13:11

❝ Hey babe, take a walk on the wild side ❞
- Hémikha ♥ -

Son regard était si pur, s’en est presque intimidant pour Mikha, qui observait le moindre des faits et gestes d’Hemée. Il ne se sentait pas menacé, à aucun moment d’ailleurs de leur rencontre il n’avait ressenti un quelconque danger. Hormis lorsqu’elle avait brandi sa cuillère en bois, là c’était un peu flippant. Mais il y avait trop de questions et d'incompréhensions pour rester tranquille, à attendre que tout cela cesse. Il réfléchit quelques instants, complètement perdu face au petit jeu de cette île. Hemée décida alors de prendre les choses en main, pour qu’il se calme complètement et cesse finalement de lutter contre l’inévitable. Il ne pu s’empêcher de lâcher un mince sourire, alors qu’elle s’employait à le rassurer et qu’elle faisait l’effort de parler sa langue. « Paix », ce mot résonna avec force dans son coeur, persuadé sans trop savoir comment, qu’elle disait la vérité. Elle était là en paix, tout irait bien. Mikha se relâcha et acquiesça pour bien lui faire comprendre qu’il avait saisi et qu’il cesserait de lutter à présent. La fatigue était toujours là mais au moins l’angoisse s’apaisait. C’est donc plus serein que les voyages précédents qu’il se retrouva à nouveau dans la cuisine de la jeune femme.

Il ne s’attendait pas à la voir là, elle était censé être sur la plage, avec lui. Alors soit elle y était toujours et ils avaient été téléporté ensemble, soit… elle avait une jumelle. “Deux filles aussi belles l’une que l’autre, me voilà bien”, ne put s’empêcher de penser Mikha, avant de grommeler parce que le mal de tête reprenait un peu. La patience n’était pas vraiment une de ses principales qualités. Et il aimait bien trouver un sens à tout ce qu’il faisait. Ne pas savoir à quoi rimait tout ça commençait franchement à l’agacer, même si la présence d’Hemée était à la fois intrigante et rassurante. Mikha eut à peine le temps de se dire qu’il avait faim, voyant la jeune femme découper ce qui semblait être un lapin, de loin, que le cirque reprit de plus belle. "Calme toi, cesse, tout va bien." Il sursauta, de retour sur la plage, entendant cette fois la voix d’Hemée dans sa tête. Elle avait parlé dans sa langue de native, il en était certain, parce qu’il n’avait pas comprit au son. Mais il avait quand même comprit la signification des mots, alors même qu’il ne savait rien de leur langue. Voilà que ça devenait intéressant, ils pouvaient se comprendre, mentalement. C’était complètement dingue. Mais l’instant d’après, Hemée s’effondra, dans ce qu’il croyait être ses bras. Il aurait dû pouvoir la rattraper, amortir sa chute, mais ses doigts ne rencontrèrent que du vide. « Je t’emmerde l’île ! Je t’emmeeeeeerde ! » Mikha ne pouvait plus s’empêcher d’insulter cet endroit qui allait le rendre dingue, à force. Ses nerfs lâchaient, non seulement parce qu’il se sentait devenir fou, mais surtout parce qu’il n’avait pu porter secours à la jeune femme dont il avait ressenti la détresse.

Mikha était de nouveau dans la cuisine d’Hemée. Il plissa des yeux, le temps de s’adapter à la pénombre du lieu. Lorsqu’il la vit, évanouie sur le sol, il se précipita pour vérifier qu’elle était toujours en vie. Un long soupir de soulagement s’échappa de sa bouche lorsqu’il réalisa que c’était le cas. Mais là encore, il ne parvint pas à la soulever, ni même à lui prendre le pouls. Il pouvait à peine la toucher, comme s'il n'était pas vraiment là en réalité. Il ne l'était peut-être pas complètement et ce qu'il prenait pour de la téléportation ne devait être qu'une vague projection de lui-même. Et alors qu'elle était inconsciente, il avait l'impression de n'exister que par la simple pensée d'Hemée, qui continuait peut-être à le garder près de lui, de façon inconsciente.

Mikha fit rapidement le tour des lieux et retomba sur le lapin qu’elle était en train de préparer. Son ventre gargouilla pour toute réponse. Mais il attendit une bonne minute, persuadé qu’il allait se retrouver à nouveau sur la plage. Rien ne se passa. Cela confirma encore un peu plus son impression que c'était Hemée qui le retenait auprès d'elle pour qu’il veille sur elle. Du moins, c’était comme ça qu’il le ressentait. Il voulut le lui dire, alors il se concentra, fermant les yeux et prononçant mentalement : “ Très bien, Hemée. Je reste près de toi. ” Comme ça, elle pourrait se reposer pour récupérer un peu. Il aurait bien voulu la déposer sur le petit lit, dans le coin.

Il ne savait pas vraiment découper un lapin et de toute façon, il ne pouvait pas s'en saisir. Il s'approcha du bouillon qui frémissait sur le feu. L’odeur était alléchante, l’attente devint interminable. Mais plutôt que de rester là, près du feu, il parcourut la cabane de long en large pour en apprendre plus sur Hemée. La simplicité caractérisait le mieux l’unique pièce à vivre de l’endroit. Un espace ouvert et chaleureux, dont la cheminée était l’élément central. Ses réflexes d’architecte revinrent bien vite et il nota tous les éléments de construction. Du bois principalement mais aussi de la pierre, un espace circulaire tout droit sorti de la tête de quelqu’un. Il y avait tout ce dont avait besoin une personne pour vivre, un coin lit, un coin salon, un coin cuisine… Était-ce la jeune femme qui l’avait construite ? Ses doigts parcoururent des objets sculptés dont la forme était abstraite, mais aussi parfois semblaient représenter des animaux. Des fleurs fraîches et séchées dégageaient un doux parfum lorsqu’on s’approchait. Et par ici, sur une petite table de confection maison, un portrait d’une femme. Une native peut-être. Elle avait la fibre créatrice et semblait sensible à la faune et la flore qui l’entouraient. Ses yeux s’arrêtaient sur des tableaux évoquant des lieux qu’il ne connaissait pas. Mikha pensa aussitôt que c’était une belle personne, sensible et éprise de la vie. Il fut étonné de le penser d’une manière aussi certaine, comme s’il savait qu’il voyait juste, sans comprendre comment.

Mikha perçut du mouvement, du côté d’Hemée. Elle se réveillait. « Hemée ? C’est moi Mikha. Tu te sens mieux ? » Il avança doucement vers elle, se détournant bien vite de ce qu'il observait. Elle n’aimait peut-être pas les curieux. Elle semblait émerger doucement, tournant la tête dans sa direction. Ah oui, elle avait sûrement entendu mais pas compris. Il se concentra et répéta la même phrase de façon mentale, espérant que ça fonctionne toujours. Puis ne voulant pas la brusquer, il chercha de l'eau à lui donner, sentant que depuis qu'elle était éveillée, il était capable à nouveau de toucher et de prendre des trucs. Il lui adressa un grand sourire, prenant peu à peu conscience qu’un lien s’établissait déjà entre eux. Un lien entre rescapé et natif, qui peut-être pourrait faire la différence, un jour. Pour que les kidnapping cessent. Pour que peut-être, d’autres comme eux puissent se comprendre sans même ouvrir la bouche, traversant la barrière de la langue. Ou peut-être qu’ils seraient les seuls dans ce cas et qu’une énorme responsabilité venait de leur tomber dessus, sans crier gare. « Je crois bien que l’île attends quelque chose de nous… » murmura t-il plus pour lui-même que pour la jeune femme. Il posa son regard sur elle, distinguant la forme de ses seins sous ce vêtement en coton qu’elle portait. Il détourna bien vite les yeux, le rouge lui montant aux joues. Il pourrait toujours dire que c’était la chaleur du feu, si elle posait la question.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 1144 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message (#) Sujet: Re: Hey babe, take a walk on the wild side w/ Mikha   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hey babe, take a walk on the wild side w/ Mikha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» come and take a walk to the wild side ☆ 26.06, 20h31
» Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]
» Morgane O'Hara ミ Take a walk on the wild side
» Siobhan ※ take a walk on the wild side
» FELIA D. RIMENEZ ❋ Take a walk on a wild side.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-

Sauter vers: