AccueilAccueil  Évènements  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
INSCRIPTIONFIRST EVENT.
venez vite vous inscrire à la
première mini-intrigue
aahhh
LES ZALAS1ER TOUR.
premiers awards de l'île
votez pour vos favoris
I love you
LES CLUBSTEAM UP.
créez ou rejoignez des clubs
ça va flooder en #teams
Skiip
ANIMATIONSAT.
envie d'une soirée à thème ?
viens jouer un héros
youhou

Partagez | 
 

 fight for your life (elior)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ΛΣR
avatar
Noëlhyn Facëtiae
télépathie
Messages : 75 L'objet qui ne me quitte jamais : une dague fabriquée avec des débris trouvés sur l'île quand j'étais plus jeune Je suis nostalgique de : l'île avant l'arrivée des hommes du ciel


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: fight for your life (elior)   Mer 7 Juin - 18:13

EXORDIUM.
La jeune native était partie depuis plusieurs jours, peut-être une semaine, de l'antre. Elle avait besoin d'espace, et heureusement, être sur une île déserte lui permettait de prendre le large assez facilement. Noëlhyn, c'est pas une grande bavarde, pas non plus une grande patiente, alors la vie en communauté ça ne lui convenait pas vraiment. La gamine restait attachée et loyale à sa tribu, elle n'avait jamais manqué à ses obligations, mais moins elle passait de temps dans l'antre mieux elle se portait. Une âme solitaire. Elle avait passé le plus clair de son temps tapis dans l'épaisse végétation de la jungle pour observer les rescapés. Ils la fascinaient autant qu'ils la débectaient. Quelque chose en eux la rendait folle de rage, ils étaient tombés du ciel sans rien dire et maintenant ils pillaient son île, pensant avoir tous les droits sur ces terres, comme si elles leur appartenaient. Ils se trompaient. L'île avait une dimension mystique que les natifs connaissaient, ils savaient qu'elle pouvait se mettre en colère, qu'elle pouvait se déchaîner, qu'elle pouvait devenir leur pire cauchemar. Les rescapés sont des êtres désorganisés, qui se battent pour un pouvoir qu'ils ne détiennent même pas. Mais au delà de ce dégoût, Noë ressentait une certaine compassion pour eux. La plus part étaient affamés, assoiffés, ou même blessés, elle avait ressentit leur douleur et leur tristesse lorsque leur boîte en métal s'était écrasée sur l'île. Beaucoup étaient morts, et pour ceux qui restaient, ils ne ovulaient qu'une chose, rentrer chez eux. Certains de ces hommes du ciel lui semblaient presque humain, digne de confiance. Pas assez pour qu'elle baisse sa garde cependant. Elle nourrit envers eux une méfiance sans égal, elle sait très bien qu'ils sont capables du pire, peut-être même de s'entre-tuer pour s'ériger au rang de chef de camp, elle l'a vu dans leur coeur, il n'y a aucune loyauté, ils se soutiennent tant que leurs propres intérêts n'entrent pas en jeu. L'adolescente n'était peut-être pas une grande sentimentale, mais la loyauté était quelque chose d'important chez les natifs. Aveuglée par cette méfiance elle était donc restée loin d'eux, se contentant de les observer pour essayer de les comprendre. Elle n'a pas peur d'eux non, si un rescapé venait à l'attaquer elle était certaine de connaître le dénouement du combat. C'est une guerrière Noë, ne vous fiez pas à sa petite taille ou à sa maigre silhouette, elle est plus agile, plus rapide que n'importe qui, et pourrait vous tuer de sang froid en vous regardant dans les yeux si vous la menacez. C'est loin d'être la gamine qu'elle a l'air d'être, ça fait bien longtemps que son âme d'enfant n'est plus. Quand elle et sa soeur ont été retrouvées par les natifs, elle n'avait qu'une dizaine d'année, à peine plus et déjà elle savait qu'elle devait apprendre à se battre. Un feu hardant brûlait en elle, elle avait besoin de faire ses preuves, besoin d'être capable de protéger sa soeur. Alors elle a demandé à être entraînée, les guerriers natifs avaient accepté à une condition, elle n'aurait le droit à aucun traitement de faveur. C'était le deal, elle le savait, alors elle a encaissé les coups, elle s'est effondrée mais s'est toujours relevée. Elle a apprit à mettre son don à profit, anticiper les coups, les gestes, les décisions de l'ennemi. Mais ses entraînements l'ont énormément endurcit, elle n'a jamais eu de mère ou de père pour la protéger, alors elle a dû apprendre à se protéger seule et s'est construite un tempérament aussi froid que le marbre, s'étant persuadée que s'attacher c'était s'affaiblir.

Elle avait chassé toute l'après-midi, sa patience, son agilité, sa précision faisaient d'elle une excellente chasseuse. Se concentrer sur ses proies lui permettait de faire le vide dans son esprit. Après avoir abattu plusieurs petits animaux qu'elle avait attachés à la ceinture de sa tunique, elle décida de retourner à la grotte qu'elle habitait depuis qu'elle était partie de l'antre. La nuit tombait, avec elle la fraicheur du crépuscule. La forêt tropicale était un endroit effrayant pour les rescapés, surtout le soir et la nuit, ce qui assurait la tranquillité de l'adolescente pour l'instant. Mais plus elle s'enfonçait vers son refuge de fortune, plus l'impression d'être suivie la gagnait. Ses sens affutés aux aguets, elle se stoppa entre les arbres immenses de la forêt. Elle ferma les yeux, repérant les craquements, les bruissements, les cliquettements qui l'entouraient, tantôt une musaraigne qui s'enfuit, puis un oiseau apeuré qui s'envole, la présence se rapproche. Encore. Il était juste derrière elle, elle sentait son souffle, entendait les battements de son coeur. Lent. Calme. Et en une fraction de seconde elle attrapa son poignard, se retourna vers l'inconnu et plaça la lame juste contre sa jugulaire. Elior? Qu'est-ce que tu fais là? S'étonna-t-elle, alors qu'il n'avait pas bougé d'un millimètre, s'étant certainement attendu à une telle réaction de la jeune fille. La gamine baissa son poignard et le rangea dans sa ceinture avant de reprendre son chemin. Laisse moi deviner, on t'a engagé pour faire du baby-sitting? Maugréa-t-elle en taillant son chemin dans les fougères. Pas qu'elle n'apprécie pas Elior, elle lui devait beaucoup, mais elle n'aimait pas beaucoup son agaçante manie de toujours vouloir la protéger. Elle avait mille fois fait ses preuves face à son aîné, mais rien à faire, il la voyait toujours comme une petite fille, ce qui avait le don de l'agacer.





Revenir en haut Aller en bas
ΛΣTHΣR
avatar
Elior Vitalïs
psychokinésie
Messages : 27 L'objet qui ne me quitte jamais : Une dague et une gourde Je suis nostalgique de : La vie d'avant les rescapés


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: fight for your life (elior)   Mer 7 Juin - 22:53


fight for your life

Noëlhyn & Elior

Ses journées lui semblaient bien différentes depuis que cette chose s’était écrasée sur leur île, apportant avec elle d’autres personnes. Des gens différents d’eux, les natifs de l’île. Cette arrivée n’avait fait que bouleverser le quotidien du guerrier. L’homme passait ses nuits à observer les autres. Il faisait même plus, il les traquait et en enleva quelques uns quand l'ordre fut donné. Il n’avait guère envie de s’approcher d’eux, de tenter de leur parler et de comprendre la raison de leur présence. Pourquoi l’île leur avait-elle fait ça ? Qu’avaient-ils fait pour être punis de la sorte ? Elior ne comprenait pas. Il était méfiant quant à l’avenir. Ce n’était pas de la peur, juste de l’incompréhension. Il ne voulait même pas avoir d’avis sur eux et se contentait d’obéir. Aucun contact. Même s’il pouvait s’y soumettre sans trop de difficulté, il n’avait pas fallu longtemps au jeune homme pour comprendre que ce n’était pas le cas de tout le monde.

Elior avait accompli les diverses tâches auxquelles il devait se livrer dans la journée. Levant les yeux vers le ciel, il comprit que la nuit ferait bientôt son apparition. Il savait très bien ce que cela voulait dire, mais ce soir, il n’allait pas suivre les autres. Ce soir, c’est autre chose qui le poussa à s’enfoncer dans la forêt. Peu à peu, il s’éloigna de l’antre et accueillit le silence avec plaisir. Les murmures, les cris d’enfants et les divers sons du village avaient laissé place au cliquetis des gouttes d’eau sur les épaisses feuilles, au bruissement des arbres et au bruit des animaux qui s’enfuient sur son passage. Elior aimait se retrouver seul. Non pas que la présence des autres soit un fardeau, seulement, il aime pouvoir se connecter à la nature et ne pouvait le faire une fois totalement seul. Il laisse ses doigts effleurer la végétation tandis qu’il s’enfonce de plus en plus dans la forêt tropicale. Le brun aurait pu utiliser ses pouvoirs, se lier à la nature et aux éléments pour retrouver la jeune femme aux cheveux dorés mais ce n’était pas nécessaire. Il sait où aller, où chercher. A force, il avait appris à la connaître par coeur et même à deviner certaines de ses pensées. C’est pourquoi, se mettant sur les traces de l’adolescente, il n’eut aucune difficulté à avancer sans savoir où aller. Il avait appris à la traquer avec le temps, reconnaissant les maigres traces de son passage. Il n’avait jamais échoué, même si parfois il la retrouvait en haut d’un arbre plutôt qu’au fond d’une grotte. Cela faisait plusieurs jours qu’il n’avait pas vu Noëlhyn. Il n’était pas inhabituel pour l’adolescente disparaisse plusieurs jours, mais avec la présence de ses gens sur la plage, Elior se méfiait. Il se faisait beaucoup de soucis pour la jeune femme, même s’il ne doutait pas une seconde de ses capacités. Elle savait se débrouiller seule. Elle savait chasser et se battre : il n’y avait aucun doute là-dessus puisqu’il l’avait formé - peut-être un peu trop durement d’ailleurs. Au fil du temps il s’était attachée à elle. Il se sentait responsable d’elle. Il veillait sur elle au plus grand dam de cette dernière. Les rares fois où il s’était imaginé avoir une soeur, c’était sous les traits de l’adolescente. Alors oui, il jouait de temps en temps les grand frère sans en être vraiment un, c’était plus fort que lui. C’était surtout l’intérêt qu’elle pourrait porter aux nouveaux venus qui poussa Elior à partir à sa recherche.

Il s’approchait, il le sentait. Et elle devait certainement le savoir. Cela ne l’empêcha pas de continuer sa route comme si de rien n’était, il ne la voyait toujours pas. Puis, entre deux feuilles, une mèche de cheveux couleur des blés lui apparut. Elle était juste devant lui, de dos. Il fit deux pas de plus avant qu’elle ne se retourne vivement, sa dague se retrouvant contre la peau de son cou. Un sourire naquit sur les lèvres de l’homme quand il distingua l’étonnement dans les prunelles de la native. - Tu t’attendais à qui ? le demanda-t-il. Elle rangea sa dague et lui tourna le dos pour reprendre sa route. L’homme entreprit de la suivre, l’écoutant râler. - Arrête donc de te plaindre No. Tu sais bien que si c’était le cas, je serais déjà en train de te ramener par la peau des fesses. Et qu’on ne le mette pas au défi, il le ferait sans hésitation. Elle continuait d’avancer à travers la végétation, lui sur ses talons. - Cela fait plusieurs jours que je ne t’avais pas vu, dit-il en posant les yeux sur elle. La jeune femme n’avait pas l’intention de s’arrêter pour bavasser avec lui, ce qui lui fit lever les yeux au ciel. Qu’est-ce qu’elle pouvait être caractérielle cette petite ! Il continua de la suivre, constatant qu'à mesure qu’ils avançaient la luminosité se réduisait. De là où il était, Elior n’arrivait plus à distinguer le ciel. La cime des arbres étaient bien trop dense pour lui laisser une chance de voir les premières étoiles apparaitrent dans le ciel sombre de la nuit. - Ta chasse a été bonne, dit-il en remarquant les animaux à sa ceinture. Ce n’était pas du gros gibier mais au moins ça lui remplissait le ventre ce qui rassurait d’une certaine façon l’homme. Ne supportant de voir son dos, Elior tendit la main jusqu’à attraper le bras de Noëlhyn, l’obligeant à lui faire face. - T’es pressée ? Tu peux m’accorder un peu de temps, non ? Et arrête de me regarde comme ça. Il n’était pas venu pour repartir aussitôt l'avoir vu. Il avait besoin de passer un peu de temps avec elle. Il voulait savoir quelles étaient les raisons de son éloignement et surtout se rassurer sur une chose : qu’elle reste à bonne distance des rescapés qui avaient atterri sur l’île.


Elior : #00918F

Revenir en haut Aller en bas
ΛΣR
avatar
Noëlhyn Facëtiae
télépathie
Messages : 75 L'objet qui ne me quitte jamais : une dague fabriquée avec des débris trouvés sur l'île quand j'étais plus jeune Je suis nostalgique de : l'île avant l'arrivée des hommes du ciel


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: fight for your life (elior)   Jeu 8 Juin - 16:52

EXORDIUM.
Ce n'était pas toujours facile d'être une âme solitaire et forte, parfois elle aurait envie de redevenir une petite fille que l'on protège et que l'on aime. La gamine n'avait même aucun souvenir d'avoir un jour été cette petite fille, l'a-t-on aimé un jour comme elle aime sa petite soeur? Quelqu'un aurait-il donné sa vie pour sauver la sienne? Elle soutenait que ce genre de considérations en la touchait pas, mais au fond d'elle même quelque chose manquait. Peut-être qu'elle si trompait quand elle se persuadait n'avoir besoin de personne. Cette idée la révulsa et elle la chassa rapidement de son esprit, c'est une guerrière, elle n'a besoin de personne, elle suit les ordres, elle fait ce qu'on lui demande, c'est tout. Pas d'attache, pas de sentiment. Tu t’attendais à qui ? Elle n'avait pas reconnu Elior avant d'avoir placé sa dague sous son cou. Normalement, elle n'a aucun problème à reconnaître les personnes qui la suivent, comment ça avait pu lui échapper? Elle connait sa démarche par coeur, son odeur aussi. Son esprit était trop occupé, et elle avait baissé sa garder. La gamine était frustré de ne pas s'être rendu compte plus tôt qu'elle était suivie. Personne. Mais je préfère me méfier, les rescapés s'aventurent de plus en plus loin dans la forêt. Ce qui n'était pas tout à fait faux, elle en avait croisé dans la journée, ne sachant pas trop s'ils s'étaient égarés ou s'ils étaient totalement inconscient. Quelle idée de s'aventurer entre les arbres immenses de la jungle quand on ne sait même pas maîtriser un animal sauvage? Les hommes du ciel étaient soient complètement idiot soit complètement suicidaire et dans les deux cas leur survie sur l'île était compromise. Il faut se battre pour rester en vie ici. Arrête donc de te plaindre No. Tu sais bien que si c’était le cas, je serais déjà en train de te ramener par la peau des fesses. elle avait simplement balancé sa tête vers lui et lui avait servi une grimace. Elle courrait plus vite que lui de toute façon. Il continua de parler derrière elle mais la gamine n'écoutait plus, elle avait juste envie de retrouver sa grotte et de manger son gibier. Si elle s'isolait, c'était aussi à cause de ses cauchemars de plus en plus récurrent, elle se réveillait dans la nuit, agonisant, hurlant, pleurant. Personne ne devait voir ça, personne ne devait savoir qu'elle pouvait être faible, qu'à l'intérieur il y avait des failles. Plongée dans ses pensées elle ne sentit pas la main d'elior lui attraper le bras, et sans qu'elle ne comprenne ce qui lui arrivait elle se trouva face au guerrier. Il était bien plus grand qu'elle, et ses muscles étaient bien plus imposants, elle avait l'air d'être une petite fille en train de se faire gronder, et cette vision l'agaçait. T’es pressée ? Tu peux m’accorder un peu de temps, non ? Et arrête de me regarde comme ça. elle le fusilla du regard et dégagea son bras violemment, signe de son mécontentement. C'est bon, ça va, je pensais juste que l'endroit n'était pas adapté pour des retrouvailles. Maintenant si tu veux bien me laisser avancer pour pouvoir manger et bavarder autour d'un feu je serais ravi de partager ma chasse avec toi. elle lui lança un petit sourire exaspéré avant de reprendre sa marche. Elle sentait les yeux d'elior se lever au ciel, comme souvent, mais elle aimait bien l'agacer. Elle ne voulait pas qu'il pense qu'il lui était indispensable. Ils arrivèrent enfin devant un monticule de rochers, elle en escalada une partie pour arriver au niveau d'une cavité creusé dans la roche par l'érosion. Quelques unes de ses affaires étaient encore là, ainsi que des braises encore rouges. Elle ranima le feu avec quelques brindilles sèches avant de le nourrir de buches plus épaisse, et s'installa à côté. Viens, installe-toi. proposa-t-elle à son ami en détachant soigneusement les petits animaux attachés à sa ceinture pour les empiler entre eux. Alors dis-moi, qu'est-ce qui t'as poussé à me retrouver? Je serais revenue, je reviens toujours tu le sais bien. En effet, sa loyauté envers la tribu était sans faille, bien que souvent absente elle ne manquait pas à ses obligations.





Revenir en haut Aller en bas
ΛΣTHΣR
avatar
Elior Vitalïs
psychokinésie
Messages : 27 L'objet qui ne me quitte jamais : Une dague et une gourde Je suis nostalgique de : La vie d'avant les rescapés


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: fight for your life (elior)   Mar 13 Juin - 19:37


fight for your life

Noëlhyn & Elior

Le guerrier ne fit pas particulièrement surpris de la réaction de la jeune adolescente à son approche. Il sourit simplement face à la surprise de cette dernière plutôt que de s’inquiéter du fait que pour une fois elle n’avait pas deviné son identité avant de le voir en face d’elle. La réponse que lui offrit la blonde le fit froncer les sourcils. C’est bien ce qu’il l’inquiétait en ce moment. Bien plus encore, étant donné que la jeune femme avait l’air distraite pour se laisser approcher de la sorte par un potentiel inconnu. - Des rescapés dans la forêt ? Si ce qu’elle venait de lui dire était vrai cela voulait dire qu’ils s'aventuraient de plus en plus au coeur de l’île. Ce qui était une mauvaise chose. Et une chose très stupide et dangereuse aussi. Elior n’avait aucune envie de voir ses étrangers s’approcher des siens et encore moins du village. Il n’était pas particulièrement content qu’ils s’aventurent dans la forêt et se mettent à piller tout ce qui leur semble utile à leurs petites personnes. Ces étrangers sont irrespectueux de l’île et des Dieux et l’homme se demande bien pourquoi ils n’ont pas encore attiré d’autre fureur sur eux. Bon sang, qu’avaient fait les natifs pour mériter ça ? La jeune femme avance toujours à travers la forêt sans se soucier de sa présence derrière elle. Ou juste pour lui balancer une grimace à laquelle Elior ne peut s’empêcher de sourire une fois que la tête blonde devant c’est de nouveau retournée. Cette gamine est têtue, mais le guerrier l’aime bien. Inconsciemment il cherche à la protéger ce qui est bien loin d’amuser ou de plaire à l’ado. Celle-ci se montre toujours farouche quand les instincts protecteurs du jeune homme se mettent en marche. Chose d’ailleur qu’Elior n’arrive pas très bien à comprendre. Il est loin de la mépriser ou de la croire incapable de se défendre. Il juge simplement inutile qu’elle subisse plus qu’elle ne le devrait. S’il devait arriver malheur à Noëlhyn, il en serait fortement affecté et se sentirait forcément coupable.

Perdant légèrement patience devant le silence de la jeune femme, il l’arrête en pleine marche pour qu’elle lui fasse face. - C'est bon, ça va, je pensais juste que l'endroit n'était pas adapté pour des retrouvailles. Maintenant si tu veux bien me laisser avancer pour pouvoir manger et bavarder autour d'un feu je serais ravi de partager ma chasse avec toi. Maudite enfant. Ce n’était pas une insulte, plutôt un constat car elle n’avait pas si tord. S’arrêter au milieu de la végétation n’était pas l’idée du siècle. Il voulait juste être certain que la chasseuse allait bien lui accorder un peu de son temps pour rassurer le guerrier. Levant les yeux au ciel, il lui emboîta le pas sans piper mot, il avait lui aussi sa fierté et Noë venait de lui clouer le bec. Ce qui l’agaçait un peu. La suite du chemin ne fut pas très longue. Au bout de quelques minutes seulement l’homme aperçoit un amas de roches, montant à quelques mètres tout juste. L’adolescente était déjà entrain d'escalader l’ensemble lorsqu’il arriva au pied du monticule. Il jette un rapide coup d’oeil aux environs pour être sûr que personne ne les a suivi, bien que les deux guerriers l’auraient certainement remarqué dans le cas contraire. Puis, ne distinguant aucune anomalie, il se met lui aussi à grimper sur les morceaux de roches. Il découvrit alors l’endroit où la blonde s’était réfugié ces derniers jours. Une ouverture était creusée dans la roche offrant un abri idéal. Les affaires de la jeune femme étaient déposés méthodiquement et au centre se tenait un feu de camp qu’elle était en train de raviver. Le brun était toujours en pleine observation quand elle l’invita à s'asseoir près du feu. Ce qu’il fit sagement.

Lorsqu’il la voit s’occuper de sa récente chasse, il tend la main vers elle pour qu’elle lui donne une partie de son butin. Hors de question que ce soit la jeune femme qui prépare le repas - du moins pas toute seule - sachant que c’était aussi elle qui l’avait chassé. - Je sais que tu reviens toujours, dit-il simplement sortant la dague qu’il a à la ceinture. Il s’occupe de dépecer la première petite bestiole devant lui. - Seulement, les circonstances sont différentes aujourd’hui. Il fixe la jeune femme s’attendant à la voir réagir vivement. Il poursuivit rapidement : - Tu as dit qu’ils s'aventurent plus loin qu’avant, en as-tu croisé beaucoup ? Il baisse les yeux sur leur futur repas qu’il a pratiquement terminé de préparer pour le faire griller au-dessus des flammes. D’un geste habituel, il lui tend la viande découpée pour qu’elle puisse l’embrocher sans plus attendre et la mettre à cuir. La nuit venait de s’installer doucement et la pénombre était seulement perturbée par les flammes vacillantes du feu de la jeune Noëlhyn. Il sort de sa ceinture sa gourde et une petite bourse dans laquelle se trouvait un mélange de différentes baies comestibles de l’île. Il les place entre eux. - Prends-en. C’est des baies qu’Eneko m’a ramené. Il ensuite son regard sur la jeune femme et voyant son visage il se décide à lui dire la vérité. - Je suis venu car je n’aime pas te savoir seule dans la forêt avec ces étrangers qui traînent sur l’île. J’espère que tu ne cherches pas à les approcher. Il avait assez à surveiller de ce côté-là, il n’avait pas besoin qu’elle cherche, elle aussi, à s’approcher de ces gens.


Elior : #00918F

Revenir en haut Aller en bas
 
fight for your life (elior)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cho Su Nah + If we're talking body, we fight for life
» When nobody want you, rise your head and fight for your life fini
» Jamaica struggles to fight crime
» — bring me to life
» Bite fight...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: