AccueilAccueil  Évènements  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
INSCRIPTIONFIRST EVENT.
venez vite vous inscrire à la
première mini-intrigue
aahhh
LES ZALAS1ER TOUR.
premiers awards de l'île
votez pour vos favoris
I love you
LES CLUBSTEAM UP.
créez ou rejoignez des clubs
ça va flooder en #teams
Skiip
ANIMATIONSAT.
envie d'une soirée à thème ?
viens jouer un héros
youhou

Partagez | 
 

 if you're going through hell. rory&sidney

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TΣRRΛ
avatar
Sidney-Rose Alvarez
psychokinésie
Messages : 95 L'objet qui ne me quitte jamais : mon pendentif. Je suis nostalgique de : d'une vie facile.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: if you're going through hell. rory&sidney   Mer 24 Mai - 19:05


Keep going
Rory &
Sidney-Rose


Insoutenable. Cette situation était un calvaire, un cauchemar, tout ce qu’elle aurait redouté si elle avait seulement cru que c’était possible. Elle ignorait depuis combien de temps elle était là, les secondes et les heures étant difficiles à différencier dans un endroit où la noirceur régnait sans contredit. Par contre, ça devait bien faire un moment, car ses poignets faisaient mal à force de se frapper contre cette chaine de métal qui la retenait au mur et ses bras lui semblaient engourdis dans cette position inconfortable. Si on lui avait dit qu’un jour elle se retrouverait telle une prisonnière digne d’un film d’Hollywood, capturée une bande de sauvage aux allures d’indiens anciens, elle aurait rigolé.
Eh bien, visiblement, la vie avait une ou deux leçons à lui faire.
Première leçon : ils n’étaient visiblement pas seuls sur cette île. Ils auraient peut-être dû explorer un peu plus, mais entre les bêtes qui cherchaient à les dévorer la nuit et la faim qui faisait ses ravages, ils n’étaient pas le groupe le plus en forme de l’île. De plus, à leurs défenses, ils n’étaient sur cette île que depuis trois semaines et ils avaient été bien occupés par le nettoyage et la construction d’un campement qui leur permettrait de survivre. Donc, c’était avec une surprise que l’on pouvait excuser que Sidney avait rencontré une personne qui ne faisait pas parti de son camps et qui ne débarquait probablement pas de l’avion non plus. Cette personne devait avoir trouvé qu’elle s’aventurait trop loin ou peut-être que Sidney avait dépassé une limite qu’elle ne connaissait pas. Tout ça pour dire qu’elle n’avait pas sût se défendre lorsqu’on lui avait sauté dessus et ce fut ainsi qu’elle se réveilla attachée dans ce qui ressemblait à une caverne.
Deuxième leçon : ceux qu’elle croyait mort ne l’était peut-être pas. Alors qu’elle était toujours attachée, ses poignets en sang, ses muscles douloureux, la porte de sa cage s’ouvrait, laissant la lumière l’aveugler. C’était le jour. Tout se passa très rapidement, et soudain la porte claquait à nouveau, mais elle ne se sentait plus seule dans sa prison. Une autre personne était à côté d’elle, dans une position semblable à la sienne. L’autre personne parla et tout de suite Sidney la reconnut.

Elle ne savait pas son nom, mais elle voyait ses grands yeux bruns, cette mine innocente qui ne l’avait pas convaincu. Cette journée où toute sa vie avait été chamboulée, où elle avait les sens engourdis et les émotions bien loin derrière elle, le grand décollage. Sidney attendait depuis quelques heures à l’aéroport, ne cherchant pas à rester plus longtemps dans cette grande ville qui ne voulait plus rien dire. Et alors qu’elle attendait, assise sur un siège pas si confortable, les yeux ne cherchant pas à se poser où que ce soit, cette femme, jeune, probablement d’un âge semblable au sien, gueulait presque au téléphone. Une journée normale, Sidney s’en serait complètement foutue. Mais elle avait les nerfs à vifs et cette conversation l’horripilait, elle rentrait dans cette bulle bien confortable qu’elle s’était créée autour d’elle depuis quelques jours. Son regard furieux n’avait pas manqué à l’autre et peut-être était-ce simplement une question de caractère, peut-être aussi y avait-il un peu simplement de mauvaises circonstances, mais elles s’étaient tout simplement engueulées. Une véritable scène au milieu d’un aéroport où elle s’était retrouvée à insulter une pure inconnue sur une conversation qui ne la concernait aucunement, car elle était tout simplement la goutte qui avait fait débordé ce vase déjà trop plein.
Et si elle croyait ne jamais la recroiser et qu’elle était probablement disparue dans ce crash d’avion, la voilà qui se tenait juste à côté d’elle, attachée à un mur dans une grotte on-ne-savait-où. Définitivement, il n’y avait plus aucun doute que la vie se moquait d’elle.
Peut-être qu’elle ne l’avouerait jamais, mais Sidney était terrifiée depuis le début. Effrayée de ce qu’ils voulaient faire d’elle. Peut-être allaient-ils la manger pour ce qu’elle en savait. Elle finirait enroulée autour d’une branche au-dessus d’un feu, une Sidney-Rose bien rôtie. Et elle ne pouvait s’expliquer pourquoi, mais elle avait l’impression d’avoir déjà vu un endroit semblable, comme si elle y avait déjà été. Cette peur qu’elle ressentait, elle lui semblait décuplée par ce qu’elle connaissait de cet endroit, comme si elle revenait se faire torturer à nouveau. Ça lui crevait l’estomac, tandis que ses jambes étaient fatiguées de la tenir le plus haut possible et que ses poignets commençaient à se déchirer contre le métal. Elle souffrait, Sidney.
Mais elle n’allait sûrement pas l’avouer et encore moins à cette fille. Elle ne la connaissait pas, mais elle savait qu’elle avait raison de la détester. Alors, bien sûr, la première chose qu’elle daigna finalement dire fut un très simple : « Toi. »
Et elle rigolait, malgré elle, elle rigolait d’un grand rire. « C’est une foutue blague, ma vie est un putain de film et on a oublié de me faire signer un contrat, c’est ça ? » Elle s’appuyait contre le mur derrière elle désespérément, cherchant à réduire le poids qu’elle devait tenir avec ses jambes. Ah, si seulement elle était un peu plus grande et pas une version miniature de ce qu’on appelait une femme. « Tu fais partie d’un complot ? C’est pour commencer la torture ? Ou tu vas te faire bouffer comme moi ? » termina-t'elle, sa voix trahissant sa haine malgré elle. Elles ne se voyaient pas suffisamment bien pour qu'elles puissent voir l'état de l'autre, alors ils ne leur restaient plus qu'à discuter.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
 
if you're going through hell. rory&sidney
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: