AccueilAccueil  Évènements  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
INSCRIPTIONFIRST EVENT.
venez vite vous inscrire à la
première mini-intrigue
aahhh
LES ZALAS1ER TOUR.
premiers awards de l'île
votez pour vos favoris
I love you
LES CLUBSTEAM UP.
créez ou rejoignez des clubs
ça va flooder en #teams
Skiip
ANIMATIONSAT.
envie d'une soirée à thème ?
viens jouer un héros
youhou

Partagez | 
 

 broken kids (charlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
IGΠIS
avatar
Mia Blake
ubiquité
Messages : 20 L'objet qui ne me quitte jamais : un couteau trouvé. un briquet. un collier avec une turquoise. Je suis nostalgique de : l'aube qui se lève entre les buildings.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: broken kids (charlie)   Mer 3 Mai - 22:27

falling feels like flying until you hit the ground ☾
la ferraille qui rugit. qui fait gronder ses tympans. vriller son crâne.
peut être qu'elle cri au milieu du vacarme. elle n'entend rien, si ce n'est ce bourdonnement continu. peut être que les gens crient. sûrement même. il lui semble cligner des yeux,
un instant. tout s'apaise. tout se calme. tout se revêt de noir. c'est apaisant. c'est doux comme du coton. de se sentir flotter. couler, plutôt. se noyer, lentement, dans ce noir.
suffoquer.
se réveiller. elle sent soudainement tous ses os craquer. se tordre. heurter une surface dure.
chaude. et la douleur, qui se réveille. en même temps que son esprit brumeux.
la douleur qui saisit son coeur et compresse son crâne.
elle veut pas. elle veut retourner dans le brouillard. dans le noir. s'y mêler. ne jamais plus ouvrir les yeux. elle veut pas. elle s'roule en boule, mia. elle essaie, du moins. mais la douleur, cette garce, revient à la charge. et cette fois, les cordes vocales tendues c'est un cri qui meurt contre ses lèvres. ses yeux qui daignent s'ouvrir, finalement. et puis.
le chaos. le monde qui s'écroule sur lui même. les gens qui hurlent. qui pleurent.
qui meurent.
la gueule dans le sable, il lui semble qu'elle aussi, elle meurt. lentement. sa tête se tourne.
son regard océan s'baisse, sur ses mains tremblantes. rouges. sang. rouge désespoir.
rouge fin. rouge, bien trop. y'a a un peu trop. autour de cet éclat, fiché dans l'haut de sa cuisse.
elle comprend lentement, mia. le sable. le feu. la douleur. le crash, hein ? c'qui n'arrive qu'aux autres. c'qui lui est tombé dessus. le palpitant qui s'agite qui semble vouloir s'échapper. fuir, loin. loin. loin.
il redouble d'efforts quand elle se redresse. faisant s'échouer un énième grondement de douleur contre ses lèvres sèches. elle sert sa cuisse, l'impuissante. voit le sang. de partout.
sur ses mains. à travers son jean. la tâche qui s'épaissit. l'adrénaline qui la terrasse tout autant que la peur. elle est paumée. et paniquée. mais ses traits sont durs. fermés. comme un rocher. comme toujours. enfin sauf, les petites perles qui s'écrasent contre ses joues.
enfin sauf, ses mains qui tremblent. enfin sauf, son coeur qui s'écrase toujours plus douloureusement dans sa cage thoracique.
sauf tout ça, mia, elle serre les dents. comme d'habitude, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
ΛΣTHΣR
avatar
Charlie Evans
télépathie
Messages : 193 L'objet qui ne me quitte jamais : la photo de sa famille Je suis nostalgique de : son départ de sa famille


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: broken kids (charlie)   Jeu 4 Mai - 20:43

Il était monté dans cet avion. Il était allé loin, il ne savait pas où mais il était allé loin. Il avait fugué encore et encore, histoire d'échapper à cette vie qui n'était pas la sienne. Il aurait pu remercier l'homme qui l'avait hébergé quand il était arrivé à New York. Ce voyage qui l'avait tant fatigué, moralement mais surtout physiquement. Mais il avait fui. Il avait fuit la drogue, le monde de débauche qui l'avait rendu si souvent malade. Il avait fuit tant de chose qu'il ne savait pas si ce qu'il avait vécu était réel ou simplement un cauchemar vivant. Charlie repensait parfois au passé. Il repensait à son frère Jake et il avait l'impression que ce n'était qu'un très lointain souvenir et que tout le monde le pensait mort. Peut être qu'il était mort en fait, peut être qu'il rêvait tout ça. Mais en fait non. C'était bien réel, il avait bien vécu tout ça avec Lilo, avec ces gens qu'il avait cru bienveillants. Il ferma les yeux et frissonna. Il savait pourquoi il fuguait en Australie. Charlie ouvrit les yeux et il se vit à l'aéroport. Il avait peur, il tremblait même que son plan échoue. Qu'il reste le gamin misérable qui finirait sdf à New York.

Le voilà en train de marcher, il cherchait le vol pour Sydney. Il partirait loin, très loin d'ici et personne ne le retrouvait sauf s'il appelait son frère. Mais il n'avait pas voulu l'appeler alors qu'il traînait dans le monde illégal de la drogue. Jake n'aurait pas supporté de le voir se droguer et livrer des clients, il n'aurait pas supporter l'air renfermé de Charlie. Il n'aurait rien supporter de tout ça. Il entendit alors l'appel pour le vol de Sydney et il se faufila vers les autres passagers. Il repéra un couple qui pourrait être ses parents et il resta vers eux. Et quand ils embarquèrent, il les suivit tout naturellement. Bien sûr il se fit stopper à l'embarquement et il mentit tout simplement en disant que la femme qu'elle avait laissé passé et qui était sa mère, avait gardé son billet et son passeport dans son sac parce qu'il était atteint d'une maladie mondialement connu, la rêverie. Et il oubliait tout. Il prit même une tête d'adolescent triste et elle eut pitié de lui. Elle l'avait laissé monté dans l'avion. Son plan avait marché. Il était maintenant tant de se trouver un siège vide dans l'avion. Aussitôt dit, aussitôt fait, il avait trouvé ce qu'il voulait.

Pourtant quelques heures plus tard, un drame eut lieu, l'avion se secouait dans tous les sens, les gens criaient. Charlie ne criait pas, mais il était apeuré. S'il mourait dans l'avion, il n'aurait pas eu le temps de dire à Jake qu'il était désolé de tout ça. Qu'il n'aurait pas du fuir. Il ferma les yeux et espéra qu'un miracle arrive. Puis d'un coup, tout devint flou et Charlie perdit connaissance. Lorsqu'il ouvrit les yeux, il se croyait en enfer. Mais non, il était à côté d'un débri d'avion, il y avait beaucoup d'affaires autour de lui. Un cri le réveilla tout à fait et il se leva pour aller jusqu'à la fille qui criait. Il vit du sang autour de sa cuisse. Il s'approcha d'elle et sans rien dire, il retira l'éclat qui devait être douloureux. Il ferma les yeux en même temps et trembla même jusqu'à retirer cet éclat. Lorsqu'il eut finit, Charlie enleva sa chemise et le serra autour de la cuisse de la fille. Comme un souvenir du collège qui était très loin désormais. Enfin, il lança d'un air paniqué:

"Je suis désolé... j'espère que ça ira mieux..."

Il n'osa pas croiser son regard, il préféra regarder ailleurs, comme gêné.
Revenir en haut Aller en bas
IGΠIS
avatar
Mia Blake
ubiquité
Messages : 20 L'objet qui ne me quitte jamais : un couteau trouvé. un briquet. un collier avec une turquoise. Je suis nostalgique de : l'aube qui se lève entre les buildings.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: broken kids (charlie)   Ven 5 Mai - 21:15

falling feels like flying until you hit the ground ☾
elle pleure, à l'intérieur. comme elle l'a déjà fait avant.
comme lorsque son père déconnait. buvait trop. rentrait ivre. et en colère contre la terre entière. alors mia pleure, dedans. elle se retient, sans trop savoir pourquoi. parce qu'elle est comme ça. putain de fierté. incompréhensible. elle serre les dents. regard impuissante l'éclat dans sa cuisse. faut qu'elle se lève. qu'elle bouge. qu'elle trouve une solution.
mais elle a pas l'temps. y'a un mec qui arrive. jeune. surement de son âge, d'ailleurs. elle le regarde. elle comprend pas. son cerveau est en pause. il s'est éteint. elle ne sent que la douleur qui frappe son coeur. la peur qui bat ses flancs. elle comprend pas. sauf quand il pose ses mains sur l'éclat. elle comprend. ses sourcils se froncent. elle veut faire quelque chose. mais elle peut pas. l'anesthésie de la douleur. ...no..non putain...
il retire le métal. elle a l'impression de crever. cette fois, elle n'peut se cacher derrière son regard dur. cri perçant. couinement de douleur. chaton blessé. loin de la louve qu'elle pense être. qu'elle veut être. loin de la fille forte, celle qu'elle veut montrer au monde entier.
avant qu'elle ne réalise totalement, elle a la chemise du garçon autour d'la cuisse. elle reste là, hébétée. indignée. parce que le naturel revient au galop. elle gronde. se lève. tant bien que mal. tente de s'évanouir ou d'se casser la gueule tant le sol bouge et sa tête tourne.
mais nan. son caractère de merde la fait tenir debout. elle retire la ceinture de son jean pour la nouer autour de sa cuisse. et balance la chemise dans la gueule du brun. regard perçant. regard noir, un peu. merci superman mais j'avais rien demandé. jpeux me débrouiller toute seule, va sauver l'reste du monde. elle est méchante. sans vraiment s'en rendre compte. parce que c'est naturel, hein ? elle n'a besoin de personne, mia.
elle aurait pû le faire toute seule, retirer cet éclat. se sauver la vie, elle est capable de le faire. alors elle le regarde mal. avec son regard hautain. son regard d'louve. son regard de solitaire. celle qui crache à la gueule du monde entier, en permanence. la sale gosse.
elle fait un pas. bancal. elle veut faire la grande, la forte, mia. celle qui ne craint rien.
pas la peine. pas la douleur. le monde peut s'écrouler sur elle, qu'importe.
c'est ce qu'elle croit. elle fait un pas. un autre. tente de bousculer le brun pour appuyer sa révolte. pitoyable. elle s'y heurte. tente de contrebalancer avec sa jambe. mais elle est fragile, mia.
affaiblie. blessée. loin de la rebelle qu'elle veut afficher. loin de réussir son coup. elle trébuche. s'étale dans le sable. grondement de frustration sonore. l'souffle court, les mains sur sa jambe ensanglantée. la tête qui tourne. elle s'dit qu'elle préférait s'évanouir. mais non, handicapée comme une tortue sur l'dos. elle bouge pas. plus. une larme roule.
la douleur. la peur.
Revenir en haut Aller en bas
 
broken kids (charlie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon w.e. Masters-Kids, Hamont , Bastogne !.
» CHARLIE X)
» Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken
» Charlie-Swan (pas fini!!!)
» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: