AccueilAccueil  Évènements  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
INSCRIPTIONFIRST EVENT.
venez vite vous inscrire à la
première mini-intrigue
aahhh
LES ZALAS1ER TOUR.
premiers awards de l'île
votez pour vos favoris
I love you
LES CLUBSTEAM UP.
créez ou rejoignez des clubs
ça va flooder en #teams
Skiip
ANIMATIONSAT.
envie d'une soirée à thème ?
viens jouer un héros
youhou

Partagez | 
 

 strangers like me ; Haxiom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
IGΠIS
avatar
Jersey Rose
télépathie
Messages : 47 L'objet qui ne me quitte jamais : Son alliance. Je suis nostalgique de : L'eau courante.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: strangers like me ; Haxiom   Mar 25 Avr - 18:01

it's like in that Tarzan's scene
jersey & haxiom
i wanna know can you show me.

Jersey était peut-être un idiot, mais il était un idiot curieux et désireux de survivre dans ce Tartare terrestre. Il avait vu assez d’épisodes de LOST pour savoir que s’aventurer tout seul dans l’île était une idée merdique, mais la faim l’avait porté volontaire pour prendre ce genre de risque. Cela lui semblait faire des heures qu’il avait quitté le camp et laissé le site du crash derrière-lui. La plage sombre était immense, s’étalant à l’horizon comme un chemin de mauvais augure. Une véritable route aux enfers. Il était parvenu à avaler quelques crustacés, souvenirs de vacances familiales à la mer et de l’obsession de son père envers les coquillages. Il avait toujours trouvé le goût dégueulasse, même cuits et marinés, mais il ne pouvait pas se permettre de faire le difficile. Les quelques barres chocolatés qu’il avait acheté à l’aéroport et fourré dans sa poche ne lui avaient duré qu’un certain temps, et tout ce qu’il en restait à ce jour étaient des papiers froissés, abandonnés sans remord sur la plage.

Il n’osait pas se retourner, sachant que derrière lui, les fumées du camps avaient déjà disparues de l’horizon. Retrouver son chemin n’était pas ce qui l’inquiétait – tout droit, suivre le son des plaintes et des pleurs. Non, ce qui l’inquiétait était de ne pas pouvoir rentrer avant la tombée de la nuit. Le désir de rentrer en héro, rapportant ne serait-ce qu’une maigre pitance, était cependant plus fort que sa crainte, et il prit sur lui pour continuer son chemin. Il n’avait aucune intention de partager son butin, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer le regard plein d’envie et d’admiration des autres naufragés en constatant qu’il était un véritable survivant et un modèle, peut-être même leader, approprié. Peut-être même que cela les pousserait à se bouger le cul, au lieu de se plaindre et dessiner des SOS dans le sable. Il ne put retenir un ricanement moqueur en pensant à ces doux rêveurs qui s’amusaient à décorer la plage de signaux de détresse inutiles, comme si cela allait magiquement invoquer un hélicoptère de sauvetage.

Il continua sa randonnée, peu surpris en découvrant une silhouette à la bordure de la jungle. Avait-il déjà fait le tour de l’île ? Parce que si c’était le cas, ils allaient tous crever si aucun d’entre eux n’osait s’aventurer dans la forêt – Il s’approcha à grands pas, s’attendant à découvrir le camp de survivants derrière une dune, ou une connerie du genre. Mais alors qu’il s’avançait et que la silhouette se faisait plus distincte, il ne put retenir un « merde » de surprise. L’homme était massif, même pour lui, et ses vêtements n’indiquaient en rien qu’il s’agissait là d’un naufragé.

« Tu sais quoi, j’suis même plus surpris. » Se marmonna-t-il à lui-même.

Souhaitant soudainement garder un périmètre de sécurité entre eux, il se stoppa, prenant soin de ne pas laisser ses pieds s’enfoncer dans le sable noir au cas où une fuite rapide soit nécessaire. Il se racla la gorge, gratta son début de barbe presque pensivement, et plissa des yeux dans l’espoir inutile que sa vue s’améliore afin de saisir une image nette du visage de l’homme en face de lui. Il y avait un risque que ce dernier ne soit pas seul, mais il ne voulait pas laisser cette pensée le parasiter. Au mieux, l’un des deux s’en irait – Au pire … hey, peut-être qu’il n’avait pas perdu de ses années à tabasser ce pervers de Jimmy en prison.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
IGΠIS
avatar
Haxiom Ominatüs
prémonition
Messages : 129 L'objet qui ne me quitte jamais : une lame et des babioles


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: strangers like me ; Haxiom   Sam 13 Mai - 18:49


STRANGER LIKE ME
JERSEY & HAXIOM
Retour à la case départ.

Tu es de retour chez toi. Du moins, c’est ce qu’Anathema t’a expliqué quand elle t’a retrouvé. Tu vis dans la foret. Ce qui explique que tu n’es pas mort durant ton errance. C’est certainement une bonne chose. Tu n’aurais certainement pas survécu autrement. Tu dois avoir gardé une sorte de réflexe ou quelque chose comme ça. Peut-être même que c’est inné. Tout continue d’être un peu bizarre. Tu as l’impression d’être incapable de trouver ta place où que ce soit. T’as la sensation d’être une pièce rapportée. La sensation n’est pas très agréable. Tu as eu l’occasion de croiser plusieurs personnes, leurs témoignages rejoignent celui d’Anathema. Tu as toujours vécu ici, dans cette foret, au milieu de toute cette verdure. Apparemment, tu y as toujours été à l’aise. Tu ne te rappelles de rien. On t’a aussi dit que tu avais disparu, il y a de ça plusieurs mois, sans laisser de trace. Ça aussi c’est plutôt étrange, surtout que tu es incapable de te souvenir de quoique ce soit à ce sujet. Pourtant, l’île n’est pas si grande que ça, on ne peut pas disparaître comme ça. Le brouillard ne fait que s’obscurcir autour de toi et tu n’as aucun moyen de le faire disparaître, laissant naître en toi une certaine frustration. Tu as besoin de réponses.

Ce jour-là, tu as eu besoin de mouvement. On te force à rester au camps depuis ton retour et ça te rend tout simplement complètement dingue. Tu as profité d’un moment d’inattention pour t’échapper de ce carquois qui t’étouffe. Il est vrai que tu te trouves à l’aise dans cette environnement. Tu aimes le calme qui peut y régner. Contre tout bon sens, tu t’es éloigné de ta tribu pour prendre l’air. Tu es parti longtemps. À la recherche d’un souvenir que tu aurais laissé traîner. La quête aurait pu être longue et c’est vrai que tu aurais du en parler à quelqu’un. Ne serait-ce qu’à Anathema, elle a fait beaucoup pour toi, depuis qu’elle t’a retrouvé. Seulement, tu n’y as pas vraiment pensé. Tu as juste écouté cette voix qui hurle dans ton crâne depuis des jours, celle qui t’ordonne de retrouver qui tu es. Voix impérieuse que tu as été forcé de suivre. Si bien que tu as traversé cette forêt luxuriante pour te retrouver de l’autre côté de l’île. La terre a arrêté de tourner sous tes pieds depuis quelques jours. Peu à peu, la foret a commencé à s’éclaircir. De moins en moins d’arbres, le soleil se faisant plus présent au-dessus de toi. Preuve que tu quittes le milieu que tu connais le mieux, mais comme tu as oublié ce que tu étais, ce n’est peut-être pas plus mal comme ça.

Toujours à la recherche d’une bribe de ta mémoire, tu te retrouves au milieu de nul part. Quoi que « au milieu de nul part » c’est un peu toute cette île. Perdu dans tes pensées, tu n’as pas remarqué tout de suite que tu n’étais plus seul. Cette fois, ce n’était pas un animal ou une branche qui craque. Un autre être humain. Tu gardes tes distances. Il ne ressemble pas aux personnes que tu as eu l’occasion de rencontrer jusqu’à maintenant. Tu regardes autour de toi, pour t’assurer qu’il est seul. Tu ne tiens pas à tomber dans un traquenard. Même si tes mains ne tremblent plus, tu n’es pas sûr de savoir très bien te battre. Ouais, c’est le problème quand on a oublié qui on est. Tu observes l’étranger. Sa barbe est blanchie a plusieurs endroit, il ne doit pas être tout jeune, mais il est robuste. Tu t’approches avec prudence pour mieux l’observer, le pas méfiant. Tu pensais que cette partie de l’île était déserte. « Tes informations sont érodées mon vieux » que tu râles dans tes dents. « Chon yu bilaik ?* » que tu lâches finalement, intrigué par cet homme étrange.
code by bat'phanie


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
strangers like me ; Haxiom
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stranger in a strange land ♥ Raf && Tempy
» We must remain perfect strangers » Paradoxal Obsession
» [Aéroport] Luke & Kim | don't talk to strangers
» Strangers in the night [Livre 1 - Terminé]
» Strangers in Paradise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: