AccueilAccueil  Évènements  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
INSCRIPTIONFIRST EVENT.
venez vite vous inscrire à la
première mini-intrigue
aahhh
LES ZALAS1ER TOUR.
premiers awards de l'île
votez pour vos favoris
I love you
LES CLUBSTEAM UP.
créez ou rejoignez des clubs
ça va flooder en #teams
Skiip
ANIMATIONSAT.
envie d'une soirée à thème ?
viens jouer un héros
youhou

Partagez | 
 

 ⊹ i've never felt the sunlight on my skin #milhema

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
IGΠIS
avatar
Anathema Aeternalïs
chronokinésie
Messages : 123 L'objet qui ne me quitte jamais : lame brillante, tranchante, mordante. Je suis nostalgique de : Du temps où il était encore présent.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: ⊹ i've never felt the sunlight on my skin #milhema   Jeu 20 Avr - 16:34

i've never felt the sunlight on my skin
miles ⊹ anathema
(flashback) #childhood

A playground with no kids on it, in the profound underground, after another reading night I sit on a bed and I begin to wonder why I'm half asleep why my head hurts so bad I wonder if I'm just a creep, trying not to be mad. It's like with everything we do, the beginning's so exciting, in the middle part I doubt, and in the end I'm disappointed with her

Elle court, elle court petite fille à travers les longs couloirs interminables de leur monde. Le seul monde qu'ils aient jamais connu. Le seul monde qui les entoure. Le seul qu'ils puissent imaginer avec précision. Ils ne sont jamais sortis de cet environnement tout de blanc et de gris. Cet univers de béton et d'acier, où la lumière du soleil jamais n’apparaît. La lumière des néons rend ces lieux encore plus fades et blafards qu'ils ne le sont déjà. Mais elle court Annabelle, alors elle s'en fiche de tout ça. Elle est en retard et elle le sait. Mais elle s'en fiche. Ça lui est bien égal tout ça. Elle devait trouver la preuve. Elle devait retrouver l'insecte qu'elle avait vu pour le montrer à Miles. Elle a trouvé un scarabée doré! Elle n'en avait jamais vu en vrai, seulement dans leur livres d'école. Essoufflée, excitée, enthousiaste et triomphale, les cheveux en bataille, toute débraillée, elle arrive devant la porte de la salle qui leur sert de classe. Cette salle où on leur a appris à lire, à écrire, à compter. Elle est en retard et grince des dents. Elle sait parfaitement qu'elle aurait pu l'éviter, mais le risque est trop grand, et l'enjeu trop peu important. Elle sait ce qui l'attend derrière cette porte. Des heures interminables où elle devra tenir en place sur sa chaise, sans bouger, pour ne pas la faire grincer. A écouter, seulement et simplement écouter. Quelle torture, quel supplice pour la petite demoiselle hyperactive, celle qui a besoin de bouger, gigoter, courir, s'exclamer, et rire à l'infini.

Alors elle ferme les yeux une brève seconde. Elle reprend sa respiration un court instant. Puis elle lève la main vers le battant de la porte, et frappe. Trois petits coups secs et répétés. La voix de leur professeur se fait entendre et lui donne l'ordre d'entrer. Elle actionne la poignée puis ouvre la porte. A peine entrée, elle aperçoit Miles et son regard fixé sur elle. Elle lui lance une petite grimace, comme pour s'excuser. Elle sait très bien ce qu'il va lui dire. Miles et ses cheveux toujours bien coiffés, ses vêtements toujours impeccables. Mais c'est la voix de leur professeur qui résonne dans la salle de classe, et attire son attention : « Mademoiselle Kendall! Merci de nous faire enfin l'honneur de votre présence. » Son regard à lui est clairement désapprobateur. Compréhensible. Ce n'est pas la première fois qu'elle est en retard, petite fille. Ça lui arrive très souvent pour dire toute la vérité. « Je suis désolée, Monsieur. » Mais elle n'a pas vraiment l'air navré. Des lèvres pincées, un regard sévère. Annabelle serre les dents. Elle sait ce qui va suivre. Il va encore lui faire la leçon. Alors elle baisse la tête et n'écoute plus que d'une oreille, plaçant ci et là, des 'oui monsieur', 'non monsieur'. Mais elle n'écoute pas vraiment. Elle connait son refrain. Ce n'est pas la première fois qu'elle entend son discours. Alors elle lui répond simplement ce qu'il veut entendre, sans réellement faire cas de ce qu'il dit. Elle ne pense qu'au scarabée dans sa petite boîte tout au fond de la poche de son sac d'école.

A la fin des réprimandes, elle va silencieusement mais précipitamment prendre sa place à côté de son frère jumeau. Et son excitation de reprendre le dessus. Ses lèvres de s'étirer en un sourire interminable et délicieusement malicieux. Alors à peine assise derrière son pupitre, elle lui souffle doucement, vérifiant d'un œil que leur professeur ne regarde pas : « Tu ne devineras jamais ce que j'ai trouvé! » Elle lève un sourcil, comme pour lui faire comprendre qu'il doit essayer de deviner quand même. Elle a tellement hâte de lui montrer le magnifique scarabée doré qui patiente gentiment au fond de son sac. Elle est tellement impatiente, elle. Elle aimerait pouvoir l'emmener ailleurs, là, maintenant, tout de suite, pour en discuter avec lui. Et pourquoi pas chercher l'endroit d'où il vient, la crevasse par laquelle il s'est infiltré!

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 717 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
ΛΣR
avatar
Miles Kendall
ubiquité
Messages : 35 Je suis nostalgique de : l'ambiance des nuits studieuses au laboratoire et du temps des rires simples.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: ⊹ i've never felt the sunlight on my skin #milhema   Sam 22 Avr - 1:01

i've never felt the sunlight on my skin
miles ⊹ anathema
(flashback) #childhood

A playground with no kids on it, in the profound underground, after another reading night I sit on a bed and I begin to wonder why I'm half asleep why my head hurts so bad I wonder if I'm just a creep, trying not to be mad. It's like with everything we do, the beginning's so exciting, in the middle part I doubt, and in the end I'm disappointed with her

Ils étaient des enfants d'un Dieu fait de béton et de lumières artificielles. Le bunker comptait d'innombrables enfants comme eux : de futurs engrenages d'un mécanisme complexe. Leurs genoux égratignés par les courses ratées devaient disparaître, six jours durant, sous le bleu d'uniformes austères mais fonctionnels. Si sur le continent, les enfants râlaient à l'idée de s'enfermer par un si beau temps, l'on pouvait croire que les petits hémithes n'aient rien à perdre - les lampes UV des serres et jardins s'allumaient et s'éteignaient à heure fixe, qu'il vente ou qu'il pleuve. Mais tout cela était faux. Le besoin de jeux était fort, peut-être plus fort encore que l'insatiable curiosité logée dans le cœur de Miles.

Assis au second rang - assez proche pour montrer son intérêt au professeur, pas assez pour passer pour l'intello qu'il était déjà - le blondinet tentait d'arracher son regard de la place vide à ses côtés. Annabelle était en retard d'une dizaine de minutes au moins. Exaspéré, il l'était d'autant plus qu'il anticipait déjà la réprimande si sa mère l'entendait. Miles n'aimait pas les conflits, et encore moins à table lorsque la petite famille se retrouvait. Bien souvent, c'était Anna le cible des remarques et reproches, et même si ça lui fendait le cœur de la voir attaquée - bien que ce ne soit rarement sans raison, il ne pouvait que rester neutre aux yeux de sa mère de peur de, lui aussi, la décevoir. Alors, les poings serrés sur ses jambes tendues, le garçonnet se crispait à mesure que les minutes défilaient. Privé de sa moitié, même le cours de sciences et vie de la terre lui semblait moins fantastique.

Lorsqu'il la vit enfin, crinière châtain en prime, entrer dans la classe, Miles réalisa à quel point il retenait son souffle lorsque son acolyte restait trop longtemps loin de lui. Elle devait subir la colère hautaine du vieil homme niché derrière ses montures en écailles. A voir la facilité avec laquelle elle parvenait à remplir tous les silences placés entre les sermons, Annabelle aurait été prêt pour n'importe quel examen pour peu qu'il porte sur les bonnes manières et les convenances. Cette idée avait eu le don de faire naître un sourire sincère sur le garçon, qui disparut sitôt le maître revenu à ses insipides rochers. La plupart du temps, Miles se passionnait pour à peu près n'importe quel cours pour peu que naisse l'étincelle de savoir. Il aurait sûrement été l'élève modèle type si son attention ne déviait pas régulièrement vers ce que les adultes appelaient depuis leur sacro-saint pragmatisme des "enfantillages". Mais qu'importe leurs dires, les éclats de joie ponctuels de la fratrie Kendall ne l'empêchaient jamais de décrocher les meilleurs résultats.

« Tu ne devineras jamais ce que j'ai trouvé ! » laisse-t-elle échapper, l'air mutin, alors que personne ne peut les surprendre. Elle sait qu'il ne peut résister à son appel malgré ses bonnes manières. Miles jette à son tour un regard vers le dinosaure devant le tableau, et, lui répond du bout de ses lèvres amusées : « Je ne sais pas... Dis-moi ? » Sa réponse ne semblait pas lui convenir, il le savait, il lisait sur son visage. Alors, il se ravisa, se hasarda à une proposition un peu moins loufoque que la centaine qui a germé dans son esprit survolté. « Oh. Non... Tu as trouvé la clé de la réserve des cuisines ?! » lui murmure-t-il. Les portions se faisaient modestes, et il leur arrivait souvent de rêver de choses aussi simples que du chocolat. Leurs yeux brillaient de milliers d'étoiles qu'il n'avaient jamais aperçus qu'en photo.

Cependant, leurs bavardages furent interrompus par le froid d'une interrogation glaçante. « [color:76a7=silver]Monsieur Kendall, quand vous aurez fini de bavarder, pourriez-vous répéter à tout le monde de quoi est composée la lithosphère océanique ?
» Il se voulait cassant, probablement fier de l'avoir acculé contre un mur. Mais le garçon avait appris depuis longtemps à diviser son attention, à laisser traîner ses oreilles quand ses pensées sont ailleurs. « Avec tout mon respect, professeur, il me semble que vous n'avez justement pas encore répondu à cette question. Cependant, si j'en crois la coupe en page cinq, je dirais qu'elle est composée de sédiments, de basaltes et de gabbros. Bien sûr je peux me tromper... » Le maître avait l'air contrarié, pris à son propre piège. Son regard furieux sauta de Anna à Miles plusieurs fois, dans un silence glaçant interrompu seulement par les ricanements de garnements du fond. Il se ravisa et finit par trancher. « C'est exact. Comme je disais... » Mais sa voix disparaissait déjà dans la fumée des souvenirs lointains. Miles ne se souviendrait plus des choses futiles de la géologie, quelques années plus tard. Il ne retiendra que l'aventure qui les avait attendus derrière la porte métallique de la salle de classe.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 855 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
IGΠIS
avatar
Anathema Aeternalïs
chronokinésie
Messages : 123 L'objet qui ne me quitte jamais : lame brillante, tranchante, mordante. Je suis nostalgique de : Du temps où il était encore présent.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: ⊹ i've never felt the sunlight on my skin #milhema   Sam 22 Avr - 18:47

i've never felt the sunlight on my skin
miles ⊹ anathema
(flashback) #childhood

A playground with no kids on it, in the profound underground, after another reading night I sit on a bed and I begin to wonder why I'm half asleep why my head hurts so bad I wonder if I'm just a creep, trying not to be mad. It's like with everything we do, the beginning's so exciting, in the middle part I doubt, and in the end I'm disappointed with her

Alors que son frangin lui pose directement la question sans réfléchir ne serait-ce qu'un instant, elle le regarde d'un air de dire : "nan mais t'es pas sérieux? t'as quand même pas cru que j'allais te donner la réponse comme ça?" Et il comprend Miles. Ils ont pas besoin de beaucoup de mots pour se comprendre tous les deux. Ils ont leur langage à eux, basé sur des expressions et des signaux corporels. Ils se comprennent, quoiqu'il arrive. Ça leur arrive très souvent d'échanger un regard qui se suffit à lui-même. Un coup d’œil de la part de Miles, et Annabelle se tait, arrête de protester face à leur mère. C'est souvent Miles qui lui fait signe quand elle risque d'aller trop loin, de dépasser les bornes. C'est en quelques sortes lui qui empêche les punitions les plus lourdes. Un sourcil qui se lève sur le visage d'Anna, et c'est son tour de comprendre, au petit garçon. Il suffit d'un sourcil, et il s'éclipse pour la rejoindre vers de nouvelles aventures souterraines. Ils n'ont pas besoin de plus. Un esprit pour deux corps séparés. Un esprit pour deux personnalités. Ça peut paraître étrange... C'est vrai que quand on les regarde, vite fait, en passant, on ne se douterait pas qu'ils sont frères et sœurs. Encore moins jumeaux. Ils ne se ressemblent en rien. Il est serein et propre sur lui, elle est agitée et débraillée. Il est blond aux yeux clairs, elle est brune aux yeux plus foncés. Mais pourtant, quand on les connait bien, on ne les imagine plus l'un sans l'autre. Ils sont complémentaires de A jusqu'à Z. Ils sont là pour se stimuler et se tempérer l'un l'autre, et leur duo fonctionne à merveille.

Alors il a du comprendre, là, son alter-ego, qu'elle ne lâcherait pas la réponse si facilement, puisqu'il émet sa propre hypothèse : « Oh. Non... Tu as trouvé la clé de la réserve des cuisines ?! » Elle ne peut pas s'empêcher Anna, elle pouffe de rire. ça aurait pu. Miles a visé juste dans son champ de compétences, c'est une idée qu'elle retiendra. Après tout, elle est assez petite pour se faufiler, et elle a un don pour gagner du temps. Puis Miles avec son air de petit enfant sage peut facilement détourner l'attention de quelqu'un. Il faut qu'elle manigance ça. Son frère vient d'avoir l'idée du siècle. C'en est déjà fini du cours de biologie ou géologie, ou choselogie, ou peut importe, elle s'en fiche, elle de tout ça! Annabelle va passer le reste de son temps de classe à concevoir son plan. Mais d'abord, il faut que Miles devine ce qui se trouve dans son sac!

Elle allait lui répondre, quand leur professeur les interrompt. Il ne peut pas les laisser tranquille, celui-là? Mais quel rabat-joie! A croire que les adultes existent pour caser leurs délires enfantins. On dirait leur mère, sans arrêt en train de réprimander Anna parce qu'elle est trop bruyante, trop joyeusement indisciplinée. Cet air austère, sérieux, sans joie qu'elle voit sur le visage de la figure maternelle, petite fille. Ça ne lui donne pas envie de grandir.. Être un adulte, c'est nul. Elle veut rester enfant toute sa vie Anna. Elle veut continuer de jouer et rire avec son jumeau.

Après la réponse presque impertinente de Miles à la question de leur professeur, Annabelle concentre toute son énergie sur la petite tâche sur la table, pour ne pas exploser de rire. Mais quiconque la connaissant ne serait-ce qu'un tout petit peu, percevrait les plis amusés au coin de ses yeux. Le vague étirement de ses lèvres. Elle est concentré petite fille, elle aimerait pouvoir éclater de rire. Il est trop fort son frangin. Il est capable d'être à la fois un élève modèle et insolent! Il a ce don pour provoquer en d'autres une sorte de réaction épidermique, sans même se montrer grossier, ni être insultant. Il a un don avec les mots. C'est peut-être un peu méchant, mais elle est ravie que la question soit tombée sur lui, elle aurait été bien incapable de répondre. Après tout, qu'est-ce qu'elle en a à foutre de la composition de la machinsphère? Mais ça l'intéresse Miles. Il adore les sciences, les bouquins! Si elle n'était pas là, il serait probablement enfermé dans leur chambre à lire des trucs scientifiques ennuyeux à mourir toute la journée! Quoique... lui aussi est joueur, et il est loin de se faire prier pour aller vagabonder dans les couloirs de leur habitat incongru, lorsque l'appel de sa sœur retentit.

Après la moue pincée, stricte et peu amusée de leur professeur qui finit par retourner à son cours, Anna fouille dans son sac à dos, et fini par en ressortir une petite boîte d'allumettes percées. Elle la glisse sous la table, et avec ses yeux pétillants d'excitation et d'enthousiasme elle tend, avec précautions, la boîte à sa moitié. « Ouvre! » qu'elle lui souffle du bout des lèvres toute bouillonnante d'impatience qu'elle est. Elle a hâte de voir ses yeux s'ouvrir comme des billes géantes. Parce qu'elle sait que Miles va être ravi par sa découverte. Après tout, c'est lui le scientifique des deux.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 717 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
ΛΣR
avatar
Miles Kendall
ubiquité
Messages : 35 Je suis nostalgique de : l'ambiance des nuits studieuses au laboratoire et du temps des rires simples.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: ⊹ i've never felt the sunlight on my skin #milhema   Dim 23 Avr - 16:11

i've never felt the sunlight on my skin
miles ⊹ anathema
(flashback) #childhood

A playground with no kids on it, in the profound underground, after another reading night I sit on a bed and I begin to wonder why I'm half asleep why my head hurts so bad I wonder if I'm just a creep, trying not to be mad. It's like with everything we do, the beginning's so exciting, in the middle part I doubt, and in the end I'm disappointed with her

La survie dans un environnement aussi confiné qu'un bunker requérait bien des règles. Parmi elle, celle qui était sûrement le plus pénible pour deux garnements comme les jumeaux Kendall, était l'interdiction de courir. Allez dire ça à des enfants, pris au piège dans des couloirs gris illuminés par le froid des néons, qu'il faut se limiter à la marche rapide. Les jeunes années étaient celles où on l'apprenait à marcher et très vite à courir. Courir non pas pour survivre, mais pour accélérer les choses. On croit vouloir grandir vite, devenir adulte pour gagner en liberté sans en subir la pression croissante des devoirs, alors on court sans envisager la vitesse à laquelle les murs s'approchent eux-aussi.

Miles voulait profiter du courant d'air sur sa nuque, dans son dos. Il voulait se la jouer tornade blonde et tornade brune, franchissant une à une les règles et interdictions. Bien sûr, il aimait apprendre. Mais comment pouvait-il résister à la décharge gratuite d'adrénaline, à la fugacité d'un rire mal venu. Les paroles échangées à l'improviste étaient les plus signifiantes, celles qui étaient le plus fidèles à leurs pensées communes. Anna arrivait avec une idée farfelue, et son frère avec un plan pour y parvenir. C'était comme ça, et bien souvent, comme ce jour-là, ils agaçaient leur entourage, à commencer par leurs camarades de classe. Miles et Annabelle n'était jamais fermé aux entre enfants, mais ceux-ci ne se risquaient que trop rarement à entre dans leur orbite qui paraissait si depuis l'extérieur. Faute de pouvoir les comprendre, eux aussi les jalousaient.

Le petit garçon sentait bien les autres se tendre à mesure que leurs rires discrets fusaient. Ça l'embêtait de devoir l'admettre, mais il sentait bien le mur s'approcher d'eux. Ils allaient devoir contenir leurs débordements quelques minutes encore. Il allait essayer de le faire comprendre à sa jumelle quand elle extirpa de son sac une boîte d'allumettes ordinaire. Pas une seconde Miles n'envisagea le possibilité qu'il ne s'agisse que d'un simple contenant en papier cartonné rempli de bâtonnets de bois et de chlorure de potassium. Il soupesa l'objet, trop léger pour contenir une clé. Le blondinet mima la déception à sa sœur. Pas de chocolat cette fois. Alors, il se met à secouer, et l'impact du mystère contre les parois ne l'éclaira pas plus. « Ouvre ! » L'impatience la minait, ça se voyait. Non, pour quelqu'un apte à déchiffrer ses traits, c'était plus fort que ça : elle mourrait d'impatience. Alors, cédant à la pression, il tira la partie supérieure de la boîte avec une lenteur maîtrisée. Il retint son souffle.

Carapace d'émeraude aux reflets topaze, il luisait face à lui comme l'une de ces broches qu'arborent les reines qui ornent les tableaux des archives. L'insecte, immobile, se laissait admirer, reflétant à son profit la lumière du plafonnier sur les motifs de ses côtes. Il était sublime, et par-dessus tout, extrêmement rare. Miles ferma la boîte rapidement, avant que l'idée ne vienne à la créature de déployer ses ailes. Il prétendit regarder le vert bien fade du tableau un instant, avant de souffler à sa voisine. « Cetania Aurata ! » Il marqua un silence hébété, peu soucieux du fait que sa moitié puisse connaître la dénomination scientifique de la bestiole. Ses yeux luisaient d'un furieux éclat, brillant de curiosité explosive. Miles se pencha vers elle, la boîte dans son poing pour la lui rendre. « Mais... Comment ?! C'est un insecte d'Europe alors comment tu as pu... » Son ton pressé s'interrompt brusquement quand le professeur se tourne enfin. Il finit alors, mimant les syllabes avec ses lèvres « OÙ-TU-L'AS-TROUVÉ?! »

Miles comprit qu'ils ne pouvaient plus discuter maintenant, alors il mit de côté son excitation du mieux qu'il put, en se focalisant sur la tirade scientifique du maître. Néanmoins, entre deux moments de dictée, il déchira un coin inférieur de sa feuille. De son écriture calligraphique d'un autre temps, il inscrivit : « On se retrouve après les cours et on enquête là où tu l'as trouvé. D'accord ? Jusque-là, gaffe. Prof furax à 12 heure. » Le mot savamment plié jusqu'à la taille d'une tête d'épingle, il le déposa sur le bureau d'Anna en prétextant s'étirer. Il attendit la réaction de sa comparse, et si tôt obtenue, il se replongea avec attention dans la leçon.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 765 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
 
⊹ i've never felt the sunlight on my skin #milhema
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINÉ] Sous le sunlight des tropiques ♫ [Alex]
» Edward Hopper, un américain à Paris...
» have you ever felt something evil lurking around ? (swain)
» Présentation d'Amber Felt [Validée]
» Pacôme ♔ i felt like destroying something beautiful

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: