AccueilAccueil  Évènements  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
INSCRIPTIONFIRST EVENT.
venez vite vous inscrire à la
première mini-intrigue
aahhh
LES ZALAS1ER TOUR.
premiers awards de l'île
votez pour vos favoris
I love you
LES CLUBSTEAM UP.
créez ou rejoignez des clubs
ça va flooder en #teams
Skiip
ANIMATIONSAT.
envie d'une soirée à thème ?
viens jouer un héros
youhou

Partagez | 
 

 sethreen. all i wanna do is come runnin' home to you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TΣRRΛ
avatar
Seth A. Lightfellow
habilité
Messages : 57 L'objet qui ne me quitte jamais : mes tags de l'armée (ils sont importants pour moi à défaut d'être utiles). Je suis nostalgique de : ma vie ?


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: sethreen. all i wanna do is come runnin' home to you.   Ven 14 Avr - 23:36


come runnin' home to you
noreen & seth
i am meant to be wherever you are next to me.

Parfois, la vie était mal faite sans même que qui que ce soit puisse y changer quoi que ce soit. Les derniers événements faisait partie de ces moments. On ne pouvait pas vraiment expliquer le manque de chance total qui avait bouleversé la vie de Seth jusqu’à le mener sur une île déserte. Déjà un crash d’avion était une malchance sans nom - après tout les avions n’étaient-ils pas supposés être des modes de transport on ne peut plus surs ? - mais que ce crash se soit produit au moment où on l’avait enfin convaincu de réparer les pots cassés avec sa jumelle était presque une tragédie en soit. Après près de dix ans à ne pas parler à cette personne dont l’importance de sa vie ne pouvait être mise en doute, quelqu’un l’avait enfin poussé à faire le premier pas, à prendre les grands moyens pour ne pas risquer de perdre tout lien avec Wendy. Ce n’était pas rien en soit, c’était même un véritable miracle vu l’entêtement dont le jeune homme avait fait preuve pendant près d’une décennie auparavant. Sauf que ce miracle n’avait pas pu se produire complètement, il avait abruptement pris fin lorsque l’avion avait piqué du nez. Lorsqu’un long vol s’était terminé bien avant l’heure avec un plongeon vers l’inconnu. La mort ne l’avait pourtant pas trouvé, signe que son heure n’était pas encore venue, mais ce n’en était pas loin. Sur l’île, c’était retrouver les conditions de l’armée, mais en compagnie de gens qui n’étaient pas en mesure de les supporter. Ce n’était rien pour faire plaisir ou même pour rendre les choses soutenables. Cela dit, ce n’était pas comme si un choix lui était ouvert pour faire autrement. C’était un retour à la case départ, comme si c’était une nouvelle mission, un nouveau déploiement. Sauf que cette fois ce n’était ni voulu, ni rechercher.

La priorité était évidemment d’explorer l’île. Seth n’avait rien d’une personne sociable, les foules ne lui plaisaient guère, si bien qu’en explorant, il pouvait s’éloigner de tous les autres rescapés. Certes, le sens du devoir aurait du l’intimer de s’occuper de ceux qui ne savaient pas survivre par eux-mêmes. L’envie n’était pourtant pas là. C’était peut-être la peur de s’attacher ou simplement le dédain pour les autres. Quoi qu’il en soit, il s’éloigna rapidement du campement des rescapés pour s’aventurer un peu plus profondément dans la jungle. Peut-être cherchait-il une façon de s’enfuir ? Il ne saurait vraiment le dire, de toute façon il s’en fichait bien au fond, la seule chose dont il avait envie c’était de partir un peu plus loin et de se trouver seul avec lui-même.
C’était du moins l’intention qui l’avait animé alors qu’il traçait son chemin dans la jungle. Son intention fut rapidement perturbée lorsqu’un cri se fit entendre non loin de lui. Sa première réaction fut évidemment d’ignorer le tout. Les gens devaient apprendre à s’occuper d’eux-même. Ils allaient apprendre à la dure et ils allaient peut-être réussir à survivre. Comptant rester dans cette mentalité, il était décidé à ne pas bouger de la place qu’il s’était fait sur une roche. Cette motivation ne resta que brièvement. Seth sentit rapidement la pression familière de sa conscience qui l’intima de se bouger. Peut-être que cette personne était réellement en danger. Si c’était le cas, elle ne serait tout bonnement pas en mesure d’apprendre à se défendre, encore moins sur le tas. C’est donc rapidement que le jeune homme quitta sa roche pour se précipiter en direction de l’endroit d’où provenait le cri.

Il s’arrêta, couteau à la main. « Qu’est-ce qui se passe ? » Voix inquiète, trahissant qu’il lui arrivait de se préoccuper sincèrement de ce qui se passait dans la vie des autres. Il regarda rapidement aux alentours, sans vraiment prêter attention à la silhouette de la jeune femme. Ne voyant rien de bien dangereux, il baissa son arme et posa enfin son regard sur la jeune femme qui se tenait non loin de lui. C’est alors que la surprise l’envahit, le choc lui assénant un coup sur le visage. « Noreen ? » Non, ce n’était pas possible, elle ne pouvait pas être là. Il avait pris place dans l’avion avec la certitude de la laisser derrière lui, de l’avoir perdu en quelque sorte. Mais qu’est-ce qu’elle faisait là ?
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
ΛQUΛ
avatar
Noreen Blodwyn
sans aptitude ☆ ADMIN
Messages : 46 L'objet qui ne me quitte jamais : un rouleau de sparadrap. Je suis nostalgique de : ceux que j'ai laissé là-bas.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: sethreen. all i wanna do is come runnin' home to you.   Lun 17 Avr - 20:45



❝all i wanna do is come
runnin' home to you. ❞
Il ne pouvait pas l’avoir reconnu de dos. C’était impossible car, outre l’état déjà bien délabré de ses vêtements, Noreen s’était coupé les cheveux. Vraiment. Elle avait fait avec les moyens du bord, parce qu’elle n’avait absolument pas eu le choix. Comme toute cette situation, finalement. Elle n’avait eu le choix de rien – personne ne l’avait. Un coup, si violent, s’était abattu contre son crâne et l’avait fait sombrer dans un profond sommeil, au moment du crash. Elle avait ouvert les yeux sous un soleil de plomb, le cœur battant à une vitesse effrayante, au milieu du chao ambiant. Il lui avait fallu plusieurs longues minutes pour comprendre ce qui lui était sûrement arrivé – mais il lui avait fallu bien des heures avant de réaliser tout ça. L’accepter, elle n’y était pas encore. Mais, contrairement à beaucoup d’autres, Noreen semblait encline à prendre cette situation comme elle était – et, quelque part, à ne pas vraiment considérer tout ça comme une fatalité.
Comme tous les autres, elle s’était rapidement mise à refaire le monde, à l’imaginer sans cet accident. Tout était bien confus dans la tête de l’irlandaise car, dans son cas, le départ n’avait pas été préparé des mois durant ; ce n’était pas un voyage de longue date. C’était même plutôt l’inverse, à vrai dire – si elle avait suivi le cours de son existence, c’était évident qu’elle n’aurait jamais atterri ça. En fait, à ce moment précis, dans l’autre monde cohérent qu’elle avait préféré quitter prématurément, elle profitait d’une douce lune de miel avec son mari fraichement épousé. Sauf que Noreen, elle n’était pas comme ça. Ne pas écouter son cœur, ça, elle ne savait définitivement pas.
La vie était faite d’épreuves, et elle le savait. Oh oui, Noreen avait eu son lot, comme la plupart des êtres humains. Sauf qu’elle possédait une qualité plutôt incroyable : elle savait prendre du recul. Un seul œil jeté sur cette nouvelle situation lui permettait de prendre conscience de certaines choses. Déjà, elle était en vie et ça, c’était probablement la chose la plus inespérée. Ensuite, si cette île était hostile et sauvage, il ne fallait pas oublier qu’elle semblait grande et possédait de nombreuses ressources. En somme, la demoiselle avait pris le parti d’en rire, plutôt que d’en pleurer. Dans certaine façon, c’était très honorable de sa part. D’une autre, ça lui ressemblait énormément : cette naïveté, presque enfantine, de quelqu’un qui y croit encore alors qu’il ne reste plus qu’un reflet d’espoir.

Alors elle courrait, à droite puis à gauche, s’assurant que tout le monde était vivant. Blessés, mais en vie. Elle distribuait quelques ressources retrouvées dans l’avion, elle pansait les plaies avec les dernières compresses, et il arrivait même qu’elle parte récolter quelques fruits dans la forêt. Elle se perdait, souvent – mais toujours elle retrouvait son chemin. Au milieu de tous ces inconnus, une question tambourinait dans sa tête, du matin au soir et du soir au matin – et ce n’était pas « quand les secours vont-ils arriver ? » Noreen, elle pensait avec le cœur avant de le faire avec la tête ; tout naturellement, donc, elle passa les premiers jours de sa survie à se demander où est-ce qu’il est ?
Parce qu’il ne pouvait pas être mort. Non, ça ça pouvait pas arriver, parce qu’il était trop bien pour mourir dans des circonstances aussi nulles et qu’elle refusait d’avoir fait tout ça pour rien. Parce qu’elle ne pouvait pas non plus imaginer qu’il ait pris un autre avion. Il était forcément là, quelque part – et elle le trouverait. Souvent, Noreen nourrissait des espoirs louables mais franchement vains. Elle priait tous les soirs pour qu’il soit en vie, quelque part. Le reste du temps, elle aidait les autres.

C’est ainsi qu’elle était encore partie en expédition, chercher de la nourriture et de quoi remplacer des compresses lorsqu’elle tomba sur la chose. Horrible, immense, velue… Bien-sûr, la demoiselle hurla de toutes ses forces, le cœur au bord de l’explosion. Elle n’en avait jamais vu de telles. Elle en avait déjà croisé, des araignées – mais celle-là, il lui semblait qu’elle n’avait qu’à se jeter sur elle pour l’achever. Elle sursauta de plus belle en entendant cette voix, que le choc l’empêcha de reconnaitre immédiatement. Ce n’est que lorsqu’elle entendit son prénom qu’elle réalisa que son regard était planté dans celui de Seth. Elle aurait pu hurler de joie, lui sauter au cou jusqu’à le faire manquer d’oxygène, garder le silence pendant de longues minutes… Seulement, aucune de ces possibilités ne pouvait la satisfaire, tant que cette chose affreuse se tenait encore devant elle. ❝ Seth, il faut que tu… Bute cette araignée, j’t’en supplie. ❞ Elle en tremblait tant – transie de peur, elle ne réalisa même pas le plaisir que ça lui procurait, de prononcer son prénom à haute voix.


Revenir en haut Aller en bas
TΣRRΛ
avatar
Seth A. Lightfellow
habilité
Messages : 57 L'objet qui ne me quitte jamais : mes tags de l'armée (ils sont importants pour moi à défaut d'être utiles). Je suis nostalgique de : ma vie ?


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: sethreen. all i wanna do is come runnin' home to you.   Dim 23 Avr - 22:28


come runnin' home to you
noreen & seth
i am meant to be wherever you are next to me.

En accourant dans la forêt, tel le chevalier blanc qu’il était au fond, Seth s’était attendu à trouver un pauvre rescapé perdu aux prises avec une bestiole dangereuse. Il n’avait aucune idée de ce qui se trouvait sur cette île à savoir si un loup pouvait soudainement arriver et mordre de la chair tendre. Il espérait que non, histoire de ne pas voir le campement se faire décimer par une créature quelconque. C’était une autre chose, de toute façon, la situation qu’il découvrit était à des milles de ce qu’il avait bien pu s’imaginer. Déjà parce que ce n’était pas un rescapé perdu ou du moins pas n’importe lequel. Non, c’était une personne en particulier, quelqu’un qui n’avait pas à être là en vérité. Ce n’est pourtant pas cela qu’il réalisa en premier, mais bien l’absence de menace directe. Pas de créature féroces aux crocs acérés, pas même un vague ennemi en perspective. C’est à ce moment là que la réalisation le frappa et qu’il reconnut celle qui se tenait devant lui. Tout le reste devint alors si peu important. Il était on ne peut plus troublé. Au-delà du choc initial, celui de découvrir sa présence, il y avait toute la question des sentiments que cela faisait renaitre en lui. Regard planté dans le sien, il ne put réagir pendant un moment. C’était bien trop difficile de comprendre ce qui s’était passé, parce qu’elle ne devait pas être là. Elle était supposée être saine et sauve pendant que lui était dans un trou perdu dangereux.
Ce n’est que lorsqu’elle prit la parole qu’il se secoua un peu. « Une araignée ? » C’était pour ça qu’elle tremblait ? À nouveau choqué parce qui se passait devant lui, Seth la dévisagea pendant un court moment. Puis, sa réaction vint alors qu’il s’approcha de la bestiole pour mettre fin à ses jours d’un coup de couteau bien placé. Le sang de la créature éclaboussa sa main et il regretta pendant un moment le geste, mais au moins elle était morte (et avec de la chance il n’y aurait pas de poison à quelque part). Ce n’était pas un exploit, même s’il fallait admettre que les araignées de l’île étaient nettement plus imposantes que celles qu’il avait pu voir. Ça ne l’empêcha pas pour autant de faire remarquer. « On ne t’a jamais dit que les petites bestioles ne mangent pas les grosses ? » Peut-être que l’embêter de cette façon n’était pas la chose à faire, c’était même un brin ridicule vu la situation, mais c’était difficile de faire autrement. C’était une façon de se donner du temps, de réfléchir d’une manière ou d’une autre.

La chose n’était pourtant pas aisée et il eut sans doute eu l’air du pire idiot à la dévisager alors qu’il essuyait son couteau sur son pantalon. Ce n’est qu’après un long moment de silence qu’il reprit la parole. « Qu’est-ce que tu fais là ? » À la fois heureux et complètement désemparé, il n’avait aucune idée de ce qui se passait devant lui. Elle n’était pas supposée être là, c’était cette simple réalité qui lui revenait encore et toujours. Au moins elle était visiblement saine et sauve ce qui était un point rassurant, mais pas suffisant pour faire taire la petite pointe de colère qui montait à lui. Non pas qu’il était vraiment en colère, bien au contraire, mais l’inquiétude faisait son travail de façon merveilleuse (peut-être trop même). « Tu n’étais pas dans l’avion ? T’es supposée être ailleurs… pas ici. » Elle devrait être à New York ou quelque part comme ça. Cela dit il faisait preuve d’une capacité d’observation fabuleuse, digne de celle d’un capitaine de l’évidence. C’était ridicule à vrai dire, mais pour sa défense, Seth avait trop de mal à accepter la réalité, celle où Noreen serait en sécurité. Elle aurait peut-être été loin de lui, ce qui était un deuil qu’il s’était préparé à faire (ou pas), mais au moins elle n’aurait pas vécu un crash d’avion. Il n’avait aucune idée de ce qui le dérangeait le plus au fond. Le fait qu’elle était là en danger ? Ou le fait qu’il ne avais même pas su ce détail avant de la découvrir à ce moment précis ?
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
ΛQUΛ
avatar
Noreen Blodwyn
sans aptitude ☆ ADMIN
Messages : 46 L'objet qui ne me quitte jamais : un rouleau de sparadrap. Je suis nostalgique de : ceux que j'ai laissé là-bas.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: sethreen. all i wanna do is come runnin' home to you.   Mar 25 Avr - 18:34



❝all i wanna do is come
runnin' home to you. ❞
Noreen, elle en faisait toujours un peu trop, mais simplement parce que sa sensibilité et son cœur étaient un peu trop grands. Ce dernier loupa d’ailleurs un battement, au moment où elle réalisa qu’enfin, cette rencontre, autant inespérée qu’attendue, était sur le point d’avoir lieu. Probablement qu’une part d’elle avait pensé qu’il était mort, écrasé sous des débris ou bien dans des conditions encore plus mauvaises. Mais Noreen ne savait pas cesser d’espérer, alors elle avait continué à y croire, qu’il était bien en vie quelque part. Elle n’avait aucun moyen de savoir qu’ils avaient pris le même avion mais, à cette possibilité, son esprit avait refusé de croire. C’est important l’espoir – particulièrement quand on a tout misé sur un voyage qui s’est achevé par un crash.

Sa question vint claquer contre le silence qui s’était installé, et à son tour, elle ne put s’empêcher de le dévisager pendant un instant qui lui sembla durer des heures. Elle n’avait pas spécialement envie de se lancer dans de grandes explications, là, maintenant. Ce qu’elle voulait, c’était surtout profiter de l’avoir enfin retrouvé, et de pouvoir l’admirer sain et sauf. Parce que oui, il avait l’air moins amoché que certains autres et ça, c’était une nouvelle non négligeable – toujours voir les points positifs, même et surtout lorsque la situation s’annonce difficile à gérer. Mais feindre l’ignorance ne suffirait pas à la faire échapper aux questions, face à un Seth qui semblait bien déterminé à obtenir des réponses. Sans vraiment s’en rendre compte, elle esquissa un léger sourire attendri – alors qu’elle se demandait déjà comment elle pouvait bien se sortir de tout ça. ❝ On est tous censés être ailleurs, tu crois pas ? ❞ C’était débile, mais tellement vrai finalement. Absolument personne n’avait prévu d’atterrir sur cette île, probablement même pas le plus torturé de tous les rescapés. Alors c’était bien vain, de lui demander pourquoi elle était là – un vol, un crash, de la survie. Schéma classique, en somme.

Bien-sûr qu’il cherchait surtout à comprendre pourquoi elle avait pris cet avion alors que rien ne le prédestinait ; mais c’était une explication que Noreen n’était pas véritablement prête à donner. Le serait-elle un jour ? Probablement pas. Pour le moment, tout ce qu’elle voulait, c’était un contact, un moment pour remercier on ne sait quel dieu de les avoir réuni, parfaitement en vie et pas trop déglingués. Elle s’approcha alors doucement de lui, sans jamais le quitter du regard. Comme si, si elle se risquait à cligner des yeux, il allait disparaitre et l’oasis se révélerait de lui-même. Ça avait quelque-chose de beaucoup trop surréaliste pour qu’elle y croit pleinement ; un peu comme ce qu’elle lui lança alors. ❝ Je te serrerai bien la main, mais…❞ Elle jeta un regard amusé sur sa main tâchée du sang de l’araignée qui, clairement, la répugnait affreusement. Oh non, pas la peine d’imaginer Noreen trembler à la vue du sang – elle avait bien assez de craintes comme ça pour en supporter une nouvelle. Mais c’était quand même un peu dégueulasse et, très franchement, c’était pas exactement le genre de contact, cordial mais froid, qu’elle voulait avec Seth. Elle s’approchait, toujours très lentement, de peur que son image ne s’évapore d’un coup. Elle s’arrêta finalement à un bon mètre de lui, l’observant comme si c’était la première fois qu’elle le voyait. Son sourire trahissait la compréhension – c’était bien lui, pas vrai ? Il n’allait pas disparaitre, c’était pas possible. Alors, d’une manière parfaitement naturelle, elle avala le dernier mètre qui les séparait et se lova au creux de ses bras. Elle se laissa même prendre au jeu et ferma les yeux pendant plusieurs secondes, pour pleinement profiter de ce contact dont elle avait bien dû rêver une dizaine de fois depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus. Elle aurait presque voulu pouvoir arrêter le temps, pour pouvoir profiter de cette tendresse réconfortante, de la chaleur de son corps et des battements de son cœur ; mais, déjà, une douleur fulgurante vint lui déchirer le crane en deux.
Elle enfonça profondément ses dents dans sa lèvre inférieure, pour faire taire et passer la douleur. Elle força ses paupières à se refermer au maximum, parce qu’elle ne supportait déjà plus la lumière ; mais elle savait parfaitement que ça ne suffirait pas. Alors, elle mit un terme à son étreinte et s’éloigna, assez rapidement. Elle s’installa finalement contre le tronc d’un arbre et, les yeux fermés, tenta de reprendre ses esprits. Elle pensait ne pas avoir agi si étrangement mais, comme pour promettre qu’elle allait bien, elle reprit ses esprits, ouvrit ses yeux sur Seth et lui lança son sourire le plus assuré. ❝ C’était pas prévu du tout. J’me suis réveillée un matin, j’ai bouclé mes valises et j’ai atterri ici. Tout bêtement. ❞ Y’avait pas de grande histoire derrière tout ça, c’était exactement comme elle le disait. D’accord, peut-être qu’elle oubliait un détail assez essentiel – le fait qu’elle était censée se marier, précisément le lendemain du départ de l’avion. Mais, est-ce qu’il avait vraiment besoin de savoir qu’elle avait fui, parce qu’elle avait eu trop peur de ses sentiments, et surtout de la vérité, pour pouvoir rester ? Elle se sentait toujours aussi mal mais, en fait, c’était moins pire que toutes les autres fois, parce qu’il était là et que, quelque part, ça rendait le tout un peu moins douloureux. ❝ Je suppose que j’avais juste besoin d’air, en fait. ❞ Et, au fond de ses pupilles qui le fixaient, cette petite étincelle s’était rallumée.


Revenir en haut Aller en bas
TΣRRΛ
avatar
Seth A. Lightfellow
habilité
Messages : 57 L'objet qui ne me quitte jamais : mes tags de l'armée (ils sont importants pour moi à défaut d'être utiles). Je suis nostalgique de : ma vie ?


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: sethreen. all i wanna do is come runnin' home to you.   Mer 10 Mai - 19:56


come runnin' home to you
noreen & seth
i am meant to be wherever you are next to me.

Une fois morte, l’araignée fut rapidement mise au second rang dans l’esprit de Seth. Elle n’avait pas vraiment eu d’importance à la base, si ce n’était de la nécessité qu’elle périsse à la demande de la jeune femme. Après ce mince détail, il n’y avait plus grand chose qui importait face à la présence de Noreen sur cette île. Il fallait admettre que c’était une surprise de taille, en partant de New York, il l’avait laissé derrière lui. Bien sur, son voyage en Australie n’aurait pas du avoir un caractère permanent, il y avait donc toujours eu cette possibilité de la retrouver. Cette possibilité avait pourtant disparu lorsque l’avion avait piqué du nez ou du moins c’était bien ce que le soldat avait cru. En s’écrasant, il s’était retrouvé perdu. Le crash en lui-même était bien sur la cause principale de cette sensation, mais il y avait aussi le fait qu’en atterrissant sur une île déserte il fallait dire au revoir à tout ce qui était sur le continent. C’était tourner la page et oublier une quelconque réconciliation avec Wendy, mais c’était aussi devoir faire une croix sur Noreen. C’était du moins la réalisation qu’avait eu Seth jusqu’à présent. Une réalisation bien plus difficile qu’il n’aurait pu croire en premier lieu.
Et puis elle était là, devant lui. Comment pouvait-il seulement savoir ce qu’il ressentait ? La voir était un bonheur qu’il ne pouvait nier, mais c’était destiné à être de courte durée. Il ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter, de se questionner. Le tout menant à une pointe de colère qu’il connaissait que trop bien. Il se décida donc à la questionner elle, ne serait-ce que pour avoir une réponse à la question la plus importante : pourquoi elle était là. Parce que normalement, elle était loin de cet enfer. Devoir faire une croix sur elle avait été dur (et surtout il ne l’avait pas encore fait), mais la savoir en danger sur cette île était encore plus douloureux. Si elle avait été hors de portée à New York, elle aurait au moins été saine et sauve. Pour autant, au lieu d’avoir une réponse qui aurait pu taire ses inquiétudes, il eu droit à quelque chose qui, sans être faux, ne l’aidait pas vraiment. « J’imagine oui… » La preuve, il aurait du être à Sydney en train de réparer les pots cassés avec Wendy plutôt que sur cette ile perdue. Noreen aurait du être saine et sauve à New York. Il devait donc approuver ce qu’elle avait dit, mais au fond, ça ne changeait strictement rien.

Il ne put donc qu’attendre qu’elle daigne lui offrir une meilleure explication ou du moins c’était l’intention qu’il avait pour l’instant. C’était la seule façon pour lui de ne pas trop se laisser aller. Maintenant que le choc initial était passé, il pouvait laisser place à d’autres sentiments plus complexes à appréhender. Il n’y avait donc aucun doute à ses yeux qu’il préférait les tenir à distance. Il ne savait pas trop à quoi s’attendre, que ce soit d’elle ou de lui-même. Comment savoir lequel des deux était le plus imprévisible. Noreen le tira hors de ses pensées et il ne put réprimer un mince sourire en entendant son commentaire. « Je pense qu’il vaut mieux éviter en effet. » Ta main couverte de sang n’invitait en rien la sienne, ce qui était, par ailleurs bien dommage. Ce sentiment de déception, bien enfoui, fut de coute durée puisqu’après un moment de silence, la jeune femme franchit l’espace qui les séparait alors jusque là. Il ne s’y était pas attendu, mais ça ne l’empêcha pas de passer son bras autour de la jeune femme, non sans une légère hésitation. Il éloigna pourtant sa main ensanglantée histoire de ne pas gâcher le moment. Bien plus qu’il ne voulait l’admettre, il avait rêvé de ce contact.
Contact qui fut plus court qu’il ne l’aurait voulu. Il n’eut pourtant pas l’occasion d’être à nouveau déçu, le comportement de Noreen ayant tôt fait de l’inquiéter. Était-ce parce qu’il avait passé son bras ? Avait-il fait quelque chose de mal ? Les questions restèrent sans réponse puisque l’instant d’après elle lui souriait avant d’enfin donner une explication en réponse à sa première question. Explication qui ne fit que le laisser plus perplexe. « Juste comme ça ? » Peut-être aurait-il voulu qu’elle lui dise qu’elle avait pris l’avion pour lui, mais c’était rêver en couleur. C’était aussi un espoir idiot, espoir qui fut rapidement relégué au second rang. Il s’agissait évidemment d’une coïncidence bien particulière qu’elle se soit retrouvé dans le même avion que lui. Peut-être était-ce le destin qui se jouait d’eux, mais espérer davantage était une bien mauvaise idée. Ce que la jeune femme ajoutait alors le perturba légèrement. « C’est sur que tu ne manques pas d’air ici. » L’ironie n’était sans doute pas nécessaire, mais il fallait dire que la raison derrière la présence de Noreen paraissait faible pour ce qu’elle devait subir à présent. Ça énervait Seth au fond, parce qu’il aurait préféré la savoir saine et sauve. Toujours ce regret de la savoir en danger, goût amer qui lui resterait sans doute plus longtemps qu’il ne le voudrait. « Mais ça va ? Tu n’as pas été blessée ? » Demander si ça allait paraissait tellement idiot au fond, surtout après un crash, mais il voulait s’assurer qu’elle n’était pas blessée. Peut-être qu’en réfléchissant sur son état, il n’aurait pas à faire face à ses sentiments. Puis, il fallait dire qu’oublier son comportement bizarre était difficile à faire. « Et pourquoi tu vas dans la jungle ? » En soit, Seth n’avait pas son mot à dire sur ce qu’elle faisait, mais sa présence dans la jungle semblait une bien mauvaise idée considérant qu’elle avait considérant qu’elle avait eu peur d’une araignée.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
ΛQUΛ
avatar
Noreen Blodwyn
sans aptitude ☆ ADMIN
Messages : 46 L'objet qui ne me quitte jamais : un rouleau de sparadrap. Je suis nostalgique de : ceux que j'ai laissé là-bas.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: sethreen. all i wanna do is come runnin' home to you.   Dim 21 Mai - 23:25



❝all i wanna do is come
runnin' home to you. ❞
Quelque-chose venait de se passer, à l’intérieur de son être. Un poids, lourd, pesant et presque écrasant, venait de quitter son cœur. Bien-sûr qu’elle l’avait remarqué, cette petite pensée qui allait pour lui à chaque réveil, le matin ; exactement comme elle s’était rendue compte que ça lui faisait quand même un peu mal, à l’intérieur, de penser à lui. Mais elle n’avait pris la mesure de cette douleur, de cette peine que maintenant qu’elle le sentait disparaitre. Inspirant une grande goulée d’air, elle fixa le ciel, le temps d’un instant. Et, tandis qu’un sourire inconscient se dessinait sur ses lèvres, elle remercia, inconsciemment, cette drôle de force qui les avait très certainement aidé à se retrouver. Elle n’avait par contre pas conscience de la peine qu’elle avait pu infliger au soldat, au moment où il avait réalisé qu’elle était elle aussi prisonnière de cette île. A vrai dire, elle se fichait pas mal d’être en sécurité ou non – elle était même l’une des rares survivantes à se sentir plutôt bien, dans cet endroit. Elle avait toujours apprécié la nature et sa quiétude puis, même si elle avait perdu son travail, elle avait de quoi s’occuper aux vues du nombre de blessés. Non, décidément, pour elle tout allait pour le mieux à cet instant. Ils étaient déjà très différents, mais comment pouvaient-ils le savoir quand, au fond de leurs yeux, on pouvait surtout lire la joie de se retrouver enfin ?

Chaque seconde loin de Seth lui semblait durer une éternité et, si Noreen ne savait pas expliquer pour quelle raison, la plupart du temps elle se contentait de profiter du temps qu’ils passaient ensemble. Sauf que, cette fois, leur contact avait dû être avorté par sa faute, à cause d’une douleur qu’elle préférait bien garder pour elle. Elle ne savait pas vraiment pour quelle raison elle n’escomptait pas en parler à Seth – la plupart du temps, elle préférait juste s’inquiéter pour les autres mais ne supportait pas la situation inverse. Quelque chose qui ressemblait étrangement à sa voix intérieure lui chuchotait qu’il s’inquiéterait, s’il savait – et probablement qu’en fait, c’est ce qu’il risquait de faire. Elle se contenta de ressortir ses plus grands talents de comédienne du placard et, étonnamment, le tout sembla plutôt bien fonctionner. ❝ Juste comme ça, ❞ répéta la jeune femme avec le même sourire accolé aux lèvres. Elle n’avait pas juré de lui dire toute la vérité et rien que ça – mais Noreen était le genre de femme à ne pas supporter le mensonge, peu importe par quelle bouche il pouvait bien s’échapper. ❝ Tout était en train de devenir un peu trop compliqué à New-York alors.. Ouais, j’ai bouclé ma valise et j’ai pris le premier avion. Sydney, ça m’a toujours tenté, au fond. ❞ Et, ça, c’était vrai. Elle esquissa un nouveau sourire en entendant ses mots – c’était l’endroit parfait, ici. Puis, ses questions lui demandèrent quelques secondes de réflexion – parce qu’elle ne pouvait que dire la vérité. ❝ J’ai été blessée mais… J’ai survécu. Tout le monde n’a pas eu cette chance. ❞ Non, définitivement, Noreen n’était pas la plus à plaindre. Peu importe que la roue dans sa tête ait commencé à tourner dans l’autre sens depuis le crash – elle respirait encore et, peu importe les séquelles invisibles qui grandissaient en elle, au moins, elle était toujours là.

Quelque chose dans son cœur s’était brisé, au moment où elle avait ouvert les yeux sur ce nouveau monde qui devenait le sien. Le regard plongé dans le vide, elle chercha ses mots un instant, tandis que la douleur brulait encore sous son crâne. ❝ J’ai vu des tas de choses, quand j’étais pompier, mais ça… ❞ Elle prit une grande inspiration afin de pouvoir continuer. ❝ C’était horrible. Ces cris, ces pleurs et… Et tout ces gens qui ont laissé quelque chose dans le crash. Ils me parlent et, au fond de leurs yeux, je peux voir qu’il n’y a plus que du vide en eux. ❞ Elle s’en sortait mieux que tous les autres – parce qu’elle n’avait ni laissé une grande vie sur le continent, ni perdu un être cher dans le crash. Mais, parfois, la douleur que dégageait les autres survivants lui coupait le souffle à l’en empêcher de respirer. Une lueur d’espoir au fond de ses yeux, qu’elle tourne finalement vers Seth. ❝ Je peux pas ressusciter ceux qui sont partis. Mais je peux garder en vie ceux qui le sont encore. C’est ça que je fais, dans la jungle. J’essaie de les sauver. ❞ Sûrement que ses épaules n’étaient pas assez larges pour supporter autant de responsabilités mais, au moins, elle voulait essayer. Elle voulait donner tout ce qu’elle avait, jusqu’à en épuiser ses ultimes ressources, pour que les plus amochés par la situation puissent, un jour, retrouver le sourire. ❝ Enfin, je cherche de quoi manger, boire et, parfois, de quoi faire des pansements, ce genre de choses quoi. ❞ Ses mots moururent dans un autre sourire, parce qu’elle s’était rendue compte que sauver des vies ne répondait pas exactement à la question que fais-tu ici. Peut-être bien qu’elle se laissait trop souvent aveugler par ses ressentis, qu’elle était beaucoup trop sentimentale, mais jamais elle ne saurait changer ça. ❝ Je lis la même chose dans leurs yeux que dans les tiens, quand tu parles de Wendy. ❞ Son intention n’était vraiment pas de faire remonter de mauvais souvenirs à la surface. Mais peut-être qu’elle voulait simplement lui dire qu’elle voyait bien quelque chose de plus, en lui, que ce qu’il voulait dévoiler.


Revenir en haut Aller en bas
TΣRRΛ
avatar
Seth A. Lightfellow
habilité
Messages : 57 L'objet qui ne me quitte jamais : mes tags de l'armée (ils sont importants pour moi à défaut d'être utiles). Je suis nostalgique de : ma vie ?


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: sethreen. all i wanna do is come runnin' home to you.   Lun 29 Mai - 20:27


come runnin' home to you
noreen & seth
i am meant to be wherever you are next to me.

Maintenant que le choc initial avait plus ou moins eu l’occasion de passer (même si le soldat n’était pas certain qu’il puisse réellement le quitter un jour), il pouvait se concentrer sur le positif de cette histoire. La certitude qu’il existe réellement ce point positif ne l’habitait pas, mais il faisait tout de même l’effort. Peut-être était-ce l’influence de Noreen ou peut-être était-ce le simple fait qu’elle était là. L’importance de la jeune femme n’était pas négligeable pour lui. C’était d’ailleurs à un point tel qu’il ne pouvait se permettre de l’admettre ouvertement. Sauf que cette importance se dévoilait d’autres façons, notamment par l’influence qu’elle avait. Sa seule présence faisait office de baume pour son coeur meurtri. C’était donc un point positif, il n’y avait pas de doute là-dessus, c’était pourtant plutôt difficile à voir sous la montagne d’inquiétude qui avait fait sa place dans l’esprit de Seth. Cette inquiétude n’était en rien aidée par le manque de précisions qu’elle offrait pour expliquer la présence sur cette île. Et pourtant, il se surprit à sourire lorsqu’elle répéta son explication toute simple. Il ne pouvait pas croire que sa présence se justifiait par un « juste comme ça », mais il n’avait pas de mal à deviner qu’elle ne dévoilerait sans doute pas davantage. Elle le contredit en offrant une explication à peine plus précise, mais qui encore une fois, laissa plus de questions qu’elle n’en répondit. « Compliqué ? Comment ça ? » La curiosité dont il faisait preuve était inhabituelle venant de lui, mais elle n’était que compréhensible considérant le flou dans lequel elle le laissait. Puis, peut-être qu’à quelque part, il espérait une autre raison. Peut-être qu’une partie de lui rêvait qu’elle lui dise qu’elle avait pris l’avion pour le rejoindre. C’était un espoir idiot, mais surtout, un espoir enterré bien profondément.

Restait qu’au final, la raison derrière sa présence importait peu. Ça ne changeait que peu de choses et surtout, il y avait plus important. Notamment la question qu’il posa par la suite, à savoir le fait de savoir si elle avait été blessée ou non. Seth ne fut que plus inquiété par le fait que c’était le cas. Il se fichait bien de savoir que d’autres avaient péris entre temps. Il ne tenait qu’à elle de base, même si certaines personnes avaient réussi à se frayer un chemin dans ses bonnes grâces. C’était une autre histoire et Seth préféra insister sur ce qu’elle venait de lui apprendre. « Blessée comment ? » Il était douteux qu’elle s’étendre sur la question, mais il ne perdait rien à essayer de lui soutirer un peu plus d’information. Un moyen comme un autre de taire l’inquiétude inexplicable ou l’envenimer davantage.
En revanche, elle semblait davantage ouverte pour s’étendre sur ce qu’elle avait vu lors du crash. Ses paroles résonnèrent en lui, signe qu’il comprenait tout de même son point de vue. Il se fermait à l’idée, s’efforçait de ne pas y penser pour éviter de faire naitre davantage de mauvais souvenir. Éviter de se remémorer la guerre devenait une obligation vu la dureté de la situation. « Je pense que tout le monde y a laissé quelque chose à quelque part, mais ce qui importe c’est comment ils avancent ensuite. » Il n’avait rien d’un philosophe, il n’aimait pas cogiter sur ce genre de question, mais c’était sa façon de ne pas s’attarder sur le passé. Il ne servait à rien de le faire puisque ce qui importait était de continuer, encore et toujours. C’était bien ce qu’on lui avait appris à l’armée. La mission avant tout et ici la mission était de survivre. Pourtant, il n’était pas du tout surpris par la position de Noreen. D’eux deux, elle était la meilleure personne et elle le démontrait par son soucis de vouloir sauver les autres. Lui, il s’était détourné de toute cette souffrance pour ne pas avoir à y penser davantage. Il n’était qu’un égoïste au fond, alors qu’elle cherchait à les sauver. Ce fut donc distrait qu’il hocha la tête à ses paroles. Le temps de penser, de trouver ce qu’il devait faire à présent. Une décision finit par s’imposer : « Je vais t’aider à chercher ça dans ce cas. » Non pas pour sauver qui que ce soit, mais pour s’assurer qu’elle ne se perdrait pas bêtement que ce soit dans la jungle ou dans ses efforts. Parce qu’encore une fois, elle était plus importante que les autres à ses yeux, quand bien même il ne pouvait ni l’expliquer, ni l’admettre.

Un mot vint néanmoins le stopper dans ce semblant de bonne volonté. Son regard se durcit en l’entendant prononcer un prénom : Wendy. C’état pour elle qui se trouvait là à la base. Pour la retrouver à Sydney et pouvoir enfin réparer des pots qui étaient cassés depuis bien trop longtemps. Sans doute que ses mots auraient du éveiller un quelconque parallèle en lui, ça aurait été une façon de le tirer de son apathie pour la grande majorité des rescapés, mais il sentit plutôt son coeur se serrer. « Peut-être… Ce n’est pas comme si je risquais d’en parler maintenant. » Ce n’était pas à cause d’elle, mais bien que l’idée d’avoir perdu sa chance de reconstruire des ponts avec sa jumelle qui le faisait se refermer ainsi. Ne plus parler de Wendy était la meilleure solution : celle qui ne risquait pas de lui faire mal. Comme il ignorait la souffrance des rescapés, il tâcherait de taire la sienne. Y penser davantage ne ferait que lui causer plus de mal. « C’est parce que tu les comprends que tu essaies de les sauver ? » La question tombait un peu comme un cheveu sur la soupe, mais tourner la chose vers elle lui paraissait une meilleure idée que de créer un lien entre les rescapés et lui.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
 
sethreen. all i wanna do is come runnin' home to you.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» [libre] I wanna be, the very best !!
» CBS wanna trade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: