AccueilAccueil  Évènements  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
INSCRIPTIONFIRST EVENT.
venez vite vous inscrire à la
première mini-intrigue
aahhh
LES ZALAS1ER TOUR.
premiers awards de l'île
votez pour vos favoris
I love you
LES CLUBSTEAM UP.
créez ou rejoignez des clubs
ça va flooder en #teams
Skiip
ANIMATIONSAT.
envie d'une soirée à thème ?
viens jouer un héros
youhou
RECRUTMENTTEAM TI.
TI recrute
on a besoin de toi
cookies
RECENSEMENT 5 MOISCOME ON.
le cinquième recensement
est là ! Let's go !
wiii

Partagez | 
 

 it's quiet uptown (loevann)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ΛQUΛ
avatar
Noah Jensen
prémonition
Messages : 466 L'objet qui ne me quitte jamais : un sourire aux lèvres. Je suis nostalgique de : coussins bien moelleux. standing in front of you, stronger.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: it's quiet uptown (loevann)   Lun 10 Avr - 13:49

Le soleil brillait encore sur l'île, illuminant l'océan de mille reflets lumineux, et Noah profitait tant qu'il le pouvait de ces quelques rayons, se lézardant au soleil avant que la nuit ne tombe. À New York, il n'avait pas l'habitude de profiter de ces quelques moments de douceur. Il fallait se dépêcher de rentrer pour éviter l'heure de pointe, sans oublier les risques inutiles du métro une fois la nuit tombée ou les voisins qui râlaient si l'ascenseur fonctionnait après vingt-trois heures... En somme, sa vie dans la Grande Pomme était tout simplement un concentré de stress et contraintes qui faisaient qu'il devait courir à droite et gauche, sans pouvoir forcément profiter de petites choses comme le coucher du soleil. Du coup, quitte à rester sur l'île jusqu'à l'arrivée des secours, il essayait d'en profiter comme il le pouvait. Il soupirait, observant le récif corallien qui s'étendait devant lui. Il était assis sur les rochers qui plongeaient ensuite dans l'océan, là où la vie suivait son cours comme si de rien n'était, comme si les rescapés qui étaient arrivés n'étaient que des moucherons de passage, qu'on oublierait bien vite avec l'arrivée de l'hiver. Y'avait-il un hiver dans ce coin du Pacifique, même? Si la réponse à cette question était probablement ''non'' – du moins, pas un hiver comme on en connaissait à New York – ce n'était pas pour autant que leur survie était garantie sur le long terme. Noah n'étant pas un expert en survie, il laissait cette dure tâche aux autres, notamment à Noham; il n'avait pas très envie de donner un avis dont il n'était pas sûr, surtout si ça concernait la survie d'autres personnes. Encore une fois, il suivait la masse, en espérant qu'elle avait raison. Et si ce n'était pas le cas... au moins, ils ne couleraient pas à cause du jeune Jensen.

Sa main, quant à elle, tournoyait dans l'eau, dessinant un parcours au-dessus du corail. Contrairement à ce qu'on aurait pu croire, il y avait tant de choses à étudier sur la mer, et le corail n'était qu'une infime partie des secrets qu'elle conservait précieusement. Et pourtant, même après des années d'études, c'était l'une des choses qui l'intéressait le plus. Ils en avaient étudiés les familles, les formes et les besoins, qui différaient énormément pour des animaux qu'on fourrait tous allègrement dans une même catégorie. Et d'une certaine manière, ça l'aidait maintenant à garder la tête froide dans une île qui n'avait rien de rassurant. Tout le monde avait sa propre façon de gérer la tragédie; certains prenaient les rênes pour s'assurer que tout se passe bien, alors que d'autres s'enfermaient dans un mutisme total. Quant à lui, il avait besoin de se raccrocher à ce qu'il savait, et il ne connaissait rien mieux que l'océan qui les entourait. Autrement, il plongeait tout bêtement dans les doutes et les questions qui n'amenaient nulle part. Noah était le premier à avouer que c'était bien bête – après tout, connaître les différentes familles de corail n'allait pas remplir leurs estomacs. De l'autre... ça lui empêchait de penser à tout ce qu'il ne connaissait pas. Par exemple, si son père savait qu'il était dans l'avion. Ou même si quelqu'un était à leur recherche. Après tout, qui irait gâcher son argent pour chercher un avion au beau milieu du Pacifique? Exactement.

Un son de pas vint interrompre sa course au corail. Noah se tourna alors, arrachant sa main de la froide torpeur de l'océan, et vit un deuxième homme s'approcher de lui, à quelques mètres de là où il était toujours assis. Il ne se releva pas pour autant, se contant de le suivre de ses prunelles bleutées. Loevann n'était pas exactement le genre de personne qu'on s'attendait à voir dans une île perdue au beau milieu de l'océan. Il se serait plutôt attendu à l'opéra, ou dans un restaurant bien trop cher pour lui. « Toujours un plaisir de te revoir, Loevann. » Le jeune Jensen ne savait pas vraiment comment il était censé s'y prendre, mais toujours était-il que sa voix avait la chaleur de quelqu'un qui retrouvait un ancien ami, le sourire dans la voix. Ne sachant pas vraiment sur quel pied danser avec l'autre brun, il préférait être trop gentil que pas assez. Il prit son sac à dos sur ses genoux et tapota la place qui s'était libérée à côté de lui, lui laissant le choix entre l'accepter ou la refuser. Il avait récupéré ce sac à dos d'entre les débris, après s'être rendu compte que personne n'allait le réclamer. Il ne voulait pas savoir pourquoi c'en était ainsi; toujours était-il qu'il avait un sac à dos. Se promener avec sa valise serait vite devenu extrêmement casse-pieds, ne serait-ce qu'à cause du sable. Elle était plus ou moins intacte, contrairement à son pauvre ordinateur qui n'avait pas supporté le choc. Mais il fallait faire une croix sur le passé et les quatre chiffres qui étaient passées dans cet achat. De toute façon, à quoi bon pleurer pour ça quand ils avaient des soucis bien plus importants? « Avant que j'oublie... » Il fouilla rapidement dans son sac – qui n'était pas bien rempli de toute façon – et en sortit deux petits sachets de cacahuètes d'avion, le genre qu'on mange dans le désespoir d'un vol intercontinental, avant de le tendre à Loevann. « Deux pour les prix d'un. Ce serait bête de ne pas profiter des soldes. » Surtout en sachant que le pauvre Noah avait demandé à droite et à gauche avant de se résigner à chercher dans les débris de l'avion, histoire de voir si on y avait pas oublié de petits trésors comme ceux-là. Or, le crash était encore bien trop récent dans ses souvenirs pour qu'il s'agisse d'une promenade de santé. Mais ça, Loevann n'était pas obligé de le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
IGΠIS
avatar
Loevann Winterbottom
télépathie ☆ ADMIN
Messages : 392 Je suis nostalgique de : mon petit confort, le luxe et la civilisation.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: it's quiet uptown (loevann)   Sam 15 Avr - 22:31


it's quiet uptown (Noah & Loevann)

Loevann n'avait jamais espéré vivre sur une île déserte. Il aimait bien partir en vacances sur une île, mais avec de la civilisation et son petit confort comme son téléphone, son ordinateur et un lit. Depuis quelques jours, le jeune homme vivait un véritable enfer. Il espérait tant bien que mal que les secours débarquent. Cependant, pas un seul avion était passé au-dessus de l'île, pas même un hélicoptère. Il avait observé également des heures et des heures l'horizon sans même voir tanguer l'ombre d'un bateau. Cette île était déserte, rien ne semblait être chaleureux, tout était si hostile. Loevann se disait qu'il allait finir par craquer, qu'il allait exploser comme une bombe à retardement tellement il ne tenait plus en place. Il dormait très mal, il ne voulait pas réaliser des tâches subalternes ayant vécu avec une cuillère en argent dans la bouche puis il subissait les blessures à répétitions sans oublier la faim qui le rongeait de l'intérieur. Loevann n'avait jamais autant rêvé de pouvoir dévorer un hamburger ou de savourer une glace. Le jeune homme n'avait pas envie de faire ami-ami avec les autres survivants, il n'aurait jamais parlé à l'un d'entre eux avant le crash ne partageant pas le même monde financier et les mêmes centres d'intérêts. S'il venait à obtenir un dialogue avec l'un d'entre eux, c'était tout simplement par pur intérêt de survie. Winterbottom avait même eu pour idée de troquer des objets issus du crash pour les négocier avec d'autres rescapés afin de s'assurer ses arrières et manipuler à sa guise les personnes les plus enclin à lui obéir pour exercer ses moindres désirs. Noah était l'un d'entre eux, mais Loevann arrivait à lui trouver un petit inexplicable qui fait qu'il l'appréciait, mais ça il était bien trop fier pour l'avouer à qui que ce soit. Loevann avait passé une partie de sa matinée dans sa cabane, il broyait du noir et le vivait mal d'être sur cette île, mais il évita de le montrer, préférant refléter l'image d'un homme fort et sans scrupule. Après tout pour survivre, il ne fallait pas se montrer faible. Winterbottom sortit donc de sa cabane pour se diriger à la plage peu paradisiaque de l'île et plus précisément au récif corallien. Là-bas, alors qu'il marchait sans but précis, les mains dans ses poches, il aperçu Noah assis au bord de l'eau. Il s'approcha de lui et ce dernier le salua. Loevann se contenta d'un mince salut de la tête, car il n'était pas d'humeur comme depuis qu'ils avaient atterrit ici. Noah l'invita également à s'asseoir à ses côtés. Il hésita un instant, préférant rester dans sa solitude du jour, mais il se résigna pour finalement accepter la proposition. Après tout passer un peu de temps avec Jensen lui permettrait de se changer les idées. En silence, Loevann observa la mer à perte de vue dans l'espoir de voir apparaître un navire. Le beau brun capta son attention en sortant de son sac à dos deux sachets de cacahuètes. Le fils de riche se mordilla discrètement la lèvre inférieure, il pouvait sentir son ventre lui crier famine et ne tenait plus en place. Il évita de trop le montrer afin d'éviter toute dépendance à l'égard de Jensen. Il les accepta comme si cette donation était tout à fait normale.

« Je vois que tu tiens toujours tes engagements. »

Il joua avec le sachet, regarda la provenance avant de finalement en ouvrir un sous les yeux de son donateur et en goûter une. Il savoura la cacahuète, ce fichu goût lui avait tant manqué. Il en mangea une seconde sous les yeux de Noah avant de soupirer et lui balancer dessus le second sachet remplit.

« Considère mon offrande comme si c'était un jour de fête. »
C'était le monde à l'envers, il se montrait bon seigneur alors qu'il n'avait rien fait en tout cas pour ce sachet. « Tu les as volés dans la réserve improvisée des gentils petits rescapés unis ou tu les as trouvé par toi-même ? »

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
ΛQUΛ
avatar
Noah Jensen
prémonition
Messages : 466 L'objet qui ne me quitte jamais : un sourire aux lèvres. Je suis nostalgique de : coussins bien moelleux. standing in front of you, stronger.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: it's quiet uptown (loevann)   Lun 17 Avr - 15:09

Sentant l'autre s'asseoir à ses côtés, Noah ne put s'empêcher de sentir ses épaules se détendre. S'il n'avait pas besoin de son approbation pour survivre, ce n'était jamais agréable d'énerver les autres – surtout quand on était coincés dans une île perdue au beau milieu de l'océan. Et puis...

« Tu t'y attendais pas? »

Il ne pouvait pas prétendre connaître le jeune Winterbottom, tout comme celui-ci ne savait pas grand-chose à son sujet non plus. Les quelques brèves discussions qu'ils avaient pu échanger depuis les crash étaient loin d'être suffisantes pour cela. Il releva alors ses jambes, se mettant en tailleur, les coudes encore humides posés sur ses genoux.

« On va dire que c'est mon cadeau d'anniversaire en avance. »

Il osait espérer fêter ses 28 ans ailleurs que dans l'île – et il osait espérer avoir un cadeau un poil plus intéressant qu'un paquet de cacahuètes qu'il avait lui-même déniché dans le sable. Mais après tout, c'était l'intention qui comptait.
Noah prit une mine faussement indignée face à l'accusation de Loevann. Même si l'idée du vol ne l'avait pas dérangé, il préférait ne pas s'attiser la colère des autres rescapés, histoire qu'ils ne le noient pas dans son sommeil. Ce serait vraiment le comble de survivre à l'accident mais pas à ce qui venait juste après.

« J'ai l'air d'être un dangereux criminel, par hasard? »

Après tout, il en avait déjà assez sur son plateau pour en rajouter la haine de ses camarades de malheur. Et s'il avait pu voler ces deux pauvres paquets de cacahuètes sans que personne ne le sache... l'aurait-il fait? En aurait-il pris aux autres pour son simple plaisir – pour remplir son ventre et arracher un sourire à Loevann? Il avait peut-être un joli minois, mais était-ce pour autant une raison de jeter en l'air le peu de valeurs qui lui restaient? Probablement pas. Avalant une première poignée de cacahuètes, il centra son regard sur l'océan, là où l'horizon n'était que pâles tons bleutés. Tout ce qu'il y avait autour d'eux, c'était de l'eau. Et en regardant par les hublots de l'avion, on ne voyait que ça, à tel point que Noah s'était demandé comment ils pouvaient voler aussi longtemps sans croiser de continent. Et quand ils s'étaient crashés... c'était pareil. De l'eau à perte de vue. Comment pouvait-on espérer être vus par le ciel?

« Tu penses qu'il y a... quelqu'un qui nous cherche, de l'autre côté? »

Il ne savait pas vraiment qui était de l'autre côté. Les Etats-Unis? L'Australie? Le néant? Y avait-il ne serait-ce qu'une seule personne qui voulait les retrouver? Noah était justement parti pour faire table rase du passé. Son propre père ne savait pas qu'il était dans l'avion. Il lui avait envoyé un message juste avant de partir, lui disant qu'il allait sûrement quitter New York à la rentrée – rien de plus précis. Il n'avait pas eu de réponse. Il ne savait pas vraiment comment se passaient les opérations de recherche d'un avion disparu. Mais il était presque sûr qu'on n'allait pas les chercher pendant des années et des années. À un moment, ils allaient les déclarer disparus – soient-ils morts dans la nature de cette île, ou bien encore vivants. Il se tourna alors vers Loevann, le fixant de ses prunelles bleues.

« Que je sache s'il faut que je me prépare à finir au tribunal pour ces deux pauvres sachets de cacahuètes volées à la compagnie. »

Il pouffa doucement de rire, espérant que sa blague ne tombe pas à l'eau – pun intended. Et même si c'était le cas... il se faisait rire, et c'était bien assez pour lui. Après tout, on n'était jamais mieux servis que par soi-même parfois. Et s'il n'avait plus d'humour maintenant qu'il était perdu au milieu du Pacifique, que pouvait-il bien lui rester?
Revenir en haut Aller en bas
IGΠIS
avatar
Loevann Winterbottom
télépathie ☆ ADMIN
Messages : 392 Je suis nostalgique de : mon petit confort, le luxe et la civilisation.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: it's quiet uptown (loevann)   Sam 22 Avr - 0:31


it's quiet uptown (Noah & Loevann)

Loevann haussa les épaules lorsqu'il l'interrogea sur son doute. Le jeune homme ne voyait pas Noah capable de grandes choses, son mépris envers les autres lui mettaient des œillères sur les capacités des personnes qui l'entourent. Winterbottom avait été élevé à la dure, à être toujours le meilleur et supérieur aux autres. Pourtant, la gentillesse de son interlocuteur ne le rendait pas différent, Noah était l'un des seuls à lui accorder de l'importance, beaucoup auraient renoncé à lui adresser la parole avec toutes ses attaques constantes dénigrantes.

« Pour être honnête aucunement. Je n'attends rien de personne. »


Pas même de son frère. Il n'avait confiance qu'en lui-même et il pensait que c'était la meilleure chose faire dans des conditions de survie. Tout le monde ne pensait être solidaire et fraternel surtout lorsque les ressources sont faibles et que la vie hostile rend égoïste.

« Quelle générosité vraiment. »
Dit-il ironiquement avant de sourire amusé avant d'ajouter pour tenter d'être un peu sympathique face à Noah qui y mettait du sien :

« Je tâcherais de te trouver une bougie pour mettre sur une de tes cacahuètes. »

Loevann n'était pas sûr de trouver une bougie sur cette île déserte et il ne risquait pas de chercher, c'était comme chercher une aiguille dans une meule de foin. Le jeune homme accusa son camarade de vol. A vrai dire, il aimait bien l'idée, que Noah pouvait être un petit rebelle et ne pas suivre comme un petit toutou les rescapés, ils abusaient de sa gentillesse tout comme Winterbottom le faisait. Le fils de riche arqua un sourcils avant de répondre à sa fausse question puisqu'il en avait déjà la réponse.

« Non tu as raison, tu es plus le genre enfant de cœur qui va tous les dimanches à la messe ou qui est toujours tout propre sur lui, aucune bavure, une petite vie rangée et monotone. Le fils modèle par excellence. » Il sourit amusé : « Je me trompe ou en fais tu es un sérial killer introverti qui cache bien son jeu ? »

Loevann le taquina avant de déguster les cacahuètes. Au fond, Winterbottom l'enviait, il avait dû avoir des parents aimants, faire un métier qui lui plaisait sans devoir suivre les ordres d'un père violent et sans scrupule. Noah pouvait avoir une vie monotone, elle était peut-être mille fois mieux que celle du jeune homme. Soudain, son compagnon de fortune l'extirpa de sa dégustation pour évoquer les secours. Loevann ne perdait pas espoir, il pensait aux nombreux crash d'avions comme celui du vol MH370 qui avait disparu sans laisser aucune trace. Il avait vu plusieurs fois que dans les informations, les recherches ne s'étaient pas arrêtés, cela prenait du temps, beaucoup de temps, mais il se disait qu'ils trouveraient un jour la réponse à cette énigme, il ne voulait pas penser qu'il s'agissait une fois de plus d'un mystère à la triangle des Bermudes. Winterbottom ne souhaitait pas que les secours mettent autant de temps, mais il y avait de l'espoir, après tout ils étaient ici depuis une semaine et quelques jours. Théoriquement les secours devaient intervenir rapidement, mais il se disait que s'ils étaient perdus au milieu de nulle-part ils mettaient du temps.

« ...Je ne sais pas... »
Il ravala sa salive et tenta de se montrer fort : « Ils vont arriver, ce n'est qu'une question de temps. » Un silence : « Ils ne doivent pas chercher au bon endroit, mais ils retrouveront les débris et ils nous trouveront lorsqu'ils chercheront dans la bonne direction... »

Son frère aîné lui avait dit de ne pas se leurrer, qu'ils allaient pourrir ici et qu'il était stupide de croire ça. Il ne souhaitait pas broyer du noir et voir cette île comme une fatalité. Noah justifia sa question pour savoir si la compagnie aérienne allait lui mettre un procès aux fesses si jamais ils s'en sortaient. Loevann avait conscience qu'il s'agissait d'un petit trait d'humour de son camarade. Sur le moment il le dévisagea car il n'avait pas pour habitude de rire avec lui. Néanmoins, il se mit à rire en voyant sa tête parce qu'il avait peur de faire un bide.

« Décidément tu es pleines de surprises Jensen aujourd'hui. » Il rit de plus belle.

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
ΛQUΛ
avatar
Noah Jensen
prémonition
Messages : 466 L'objet qui ne me quitte jamais : un sourire aux lèvres. Je suis nostalgique de : coussins bien moelleux. standing in front of you, stronger.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: it's quiet uptown (loevann)   Dim 30 Avr - 20:55

Noah ne savait pas exactement comment répondre à son premier commentaire. S'il aurait pu s'offusquer quand au fait qu'il n'avait pas confiance dans le jeune homme, il se doutait que cela allait bien plus loin que son simple ego. Dans le doute, il ne dit et il ne fit rien, se contentant de hocher doucement la tête, le regard perdu dans l'océan. Encore une fois, il ne savait pas vraiment sur quel pied danser avec Loevann. Mais pour une fois, l'idée d'improviser ne le dérangeait pas outre mesure. Il ne put s'empêcher de rire après la petite pique du jeune homme – et ce rire n'avait rien de faux ou de forcé.

« J'apprécie le geste. Je te trouverai un cadeau digne de ce nom pour ton anniversaire, du coup. »

Allaient-ils être toujours sur cette île pour l'anniversaire du jeune Winterbottom? Il n'avait aucune idée de la date à laquelle celui-ci avait lieu, et il n'était pas assez doué en astrologie pour avoir ne serait-ce qu'une vague idée. Malheureusement, il n'y avait pas Vogue sur l'île – et Noah ne pouvait même pas lui demander ce que son horoscope lui disait. Si ses souvenirs étaient bons, le sien lui disait de profiter de toute aventure que la monotonie de ses journées lui proposait. ''Une surprise explosive secouera votre quotidien!''. Au moins, pour une fois ils s'étaient pas trompés.
Il répondit au tac au tac à Loevann, ne voulant pas lui donner la possibilité de lui couper la parole.

« Peut-être que c'est moi qui ait crashé l'avion pour coincer mes victimes au milieu de l'océan. Pas bête, hein? »

Il sourit doucement à sa plaisanterie, comme s'il y croyait vraiment. Et si Loevann se trompait, il se voyait mal raconter sa vie et ses soucis à quelqu'un qu'il ne connaissait au final pas vraiment. L'autre brun était-il ne serait-ce qu'un brin intéressait par celle-ci? Il n'en était pas sûr – et ça aurait été dommage d'alourdir l'atmosphère de la sorte et de transformer la paisible soirée en un concours de malheurs. Potentiellement remuer le couteau dans les plaies d'autrui? Not today, Satan.

« Pour ton info, ça fait environ dix ans que j'ai pas mis le pied dans une église. Je suis presque sûr qu'on se reverra en enfer. »

À entendre son pasteur, tout le monde finirait en enfer de toute façon. Il n'était que question de temps avant que l'un d'entre eux ne commette un quelconque pêché capital – et Noah était pratiquement sûr que c'était déjà bien trop tard pour son âme désespérée. Quant à celle de Loevann... il en avait aucune idée. Peut-être qu'au fond de son être c'était une bien meilleure personne que lui, qui sait? Toujours d'après son pasteur – ainsi que son père – ne jamais juger un livre par sa couverture.

« T'es quand-même bien optimiste, Winterbottom. Et si on finit par pourrir sur ce trou isolé? » Au fond de lui, Noah était terrifié par l'idée qu'on ne les retrouve pas. Et garder de l'optimisme l'aidait à tenir le coup. Mais quand il n'en aurait plus assez... Il ne voulait pas savoir ce qui se passerait. Quoi qu'il en soit, le jeune canadien était rassuré par le rire de Loevann – peut-être que sa blague n'était pas si nulle que ça – et il ne put s'empêcher de rire à sa remarque.
.
« En règle générale, on me dit pas ça aussi tôt que ça. Mais je vais prendre ça pour un compliment. » Il tourna son regard vers la mer, se demandant si c'en était un. L'amitié de Loevann s’achetait et s'arrêtait-elle avec des cacahuètes? Il l'espérait pas – il ne pouvait pas creuser indéfiniment le sable. « J'aimerais dire la même chose pour toi, mais... » Il se tourna vers lui une nouvelle fois. « T'es plus un mystère qu'une surprise pour l'instant, Loevann. »
Revenir en haut Aller en bas
IGΠIS
avatar
Loevann Winterbottom
télépathie ☆ ADMIN
Messages : 392 Je suis nostalgique de : mon petit confort, le luxe et la civilisation.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: it's quiet uptown (loevann)   Ven 2 Juin - 21:53


it's quiet uptown (Noah & Loevann)

« Si tu veux vraiment m'offrir quelque chose pour mon anniversaire offre moi un paquet de bonbons, à défaut d'avoir une belle montre de luxe ou encore de nouveaux accessoires itech. »

Loevann était nostalgique concernant sa vie d'avant le crash. L'argent coulait à flots et il ne lui manquait strictement de rien. Il suffisait qu'il claque des doigts pour obtenir tout ce dont il souhaite. Cette vie de luxe lui manquait terriblement, c'était même dans ce genre de moment qu'il remarquait qu'auparavant il n'avait pas su savourer ce qu'il avait à portée de main et maintenant il en venait presque à le regretter. Noah semblait plus détendu en sa compagnie, il était l'un des seuls à ne pas lui tourner le dos parce qu'il était invivable. Noah était même fort puisqu'il arrivait à lui décrocher un sourire avec ses blagues. Ce dernier s'amusa à dire qu'il avait fait crasher l'avion. Bien évidemment cela était totalement faux, mais Winterbottom ne pu s'empêcher de le taquiner, il faut dire qu'il lui avait lancé une perche :

« Hum...si c'est quand même bête pour un serial killer parce qu'au final tu te retrouves au même statut de victime en ne pouvant pas quitter cette fichue île. » il sourit amusé : « Tu es décidément un débutant. » Dit-il toujours en référence à sa taquinerie. Noah se mit à rebondir ensuite sur la vision qu'avait Loevann concernant sa petite personne. Le fils de riche le stéréotypait, le prenant pour une personne lisse et irréprochable même si au fond de lui Loe' savait que Noah était plus que ça, sinon il ne perdrait pas son temps à discuter avec ce dernier.

« Donc j'avais presque raison, tu allais à l'église. » Il sourit amusé : « Nous sommes déjà en enfer. » Cette île du point de vue nordique était loin d'être l'île paradisiaque que l'on voit dans les catalogues de voyages. Il n'y avait pratiquement aucune ressource, même la plage n'était pas agréable. L'enfer était une fois de plus ici, parce qu'ils risquaient de pourrir ici au fur et à mesure si aucun secours n'arrivaient. Loevann espérait du fond du cœur qu'ils allaient s'en sortir, il ne souhaitait pas perdre espoir, car la réalité serait encore plus dure à affronter qu'à présent. Loevann mettait l'absence des secours sur le fait qu'ils ne cherchaient pas dans la bonne direction. Cependant, il avait confiance en eux, il savait que les familles ne lâcheraient pas l'affaire tant qu'ils n'auraient rien trouvés, il y aura toujours aussi des chercheurs fous, des personnes fascinées par la disparition du vol 819 qui feraient des recherches pour découvrir la vérité. Winterbottom dans son élan d'espoir avait même envoyé une bouteille à la mer pour que celle-ci aille à la rencontre du continent.

« Si on venait par finir dans ce trou pourri ? » Loevann était pensif, il avait tellement du mal à se projeter dans une telle situation. Un long silence s'installa entre les deux hommes, le temps qu'un ange passe. Il racla sa gorge avant d'ajouter : « ...et bien...je pense qu'il ne resterait que nos squelettes pour témoigner de notre présence. On finira par mourir de faim, de soif, de maladies ou à cause des bêtes sauvages....tu penses que nous tiendrons combien de temps ici ? Nos jours sont donc comptés. » Loevann s'enferma encore une fois dans son mutisme, il n'aimait pas penser à ça parce qu'il se sentait tellement impuissant et cette situation le faisait terriblement flippé. Fort heureusement l'humour de Noah réussit à lui changer les idées, à ne pas s'attarder sur leur potentielle mort. Le fils de riche admit même qu'il le trouvait plein de surprise. Ce dernier lui avoua qu'il le trouvait mystérieux plutôt que d'être une surprise. Il sourit en coin, il se sentait flatté :

« Je le prends comme un compliment. » Il le regarda : « Je vais donc rester un mystère sinon je ne serai plus intéressant à tes yeux. » Il sourit amusé avant de savourer ses dernières cacahuètes.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
ΛQUΛ
avatar
Noah Jensen
prémonition
Messages : 466 L'objet qui ne me quitte jamais : un sourire aux lèvres. Je suis nostalgique de : coussins bien moelleux. standing in front of you, stronger.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: it's quiet uptown (loevann)   Lun 19 Juin - 19:48

« Je ferai de mon mieux, mais je ne sais pas si j'aurai le temps de creuser suffisamment d'ici-là. » Il savait très bien que les probabilités de trouver un sachet de bonbon dans les débris de l'avion ou au beau milieu de la plage sans que personne ne les ait ramassés avant lui étaient très faibles, pour ne pas dire nulles. Il piocha dans son propre sachet de cacahuètes, se demandant s'il aurait le temps de trouver un cadeau passable avant son anniversaire – anniversaire dont il ignorait la date, par ailleurs. « J'ai jusqu'à quel jour pour trouver ces bonbons? Que je sache s'il faut que je vende mon âme au Diable demain matin. » Il espérait juste que ce ne soit pas ce jour-là. Quoi de plus gênant que parler à quelqu'un avant de découvrir que c'était son anniversaire le jour même?

Noah ne pouvait s'empêcher de rire à l'idée qu'il soit un dangereux criminel en quête de victimes. Il y en avait bien assez à New York pour ne pas avoir à crasher un avion pour en trouver. Et surtout, avait-il vraiment l'étoffe d'un tueur en série? La réponse était bien entendu négative. « Au moins personne ne risque de me jeter en taule. Il faut savoir choisir ses priorités dans la vie, Winterbottom. Certains préfèrent vivre, d'autres préfèrent la liberté. Chacun son choix. » Il devait avouer que Loevann était bien plus doué que lui à ce petit jeu – cachait-il un passé de meurtrier sans pitié? Il en doutait quelque peu, entre autres parce qu'il le voyait mal se salir les mains d'une telle façon, mais c'était tout de même une idée à considérer. « J'achèterai ton silence à coups de cacahuètes, promis. »

« Touché et coulé. Mais la maison du Seigneur accueille tous ses enfants, Loevann. Il n'est jamais trop tard pour se remettre sur le droit chemin. » Noah avait depuis longtemps perdu toute foi et allégeance pour l'église dans laquelle sa famille semblait compter autant. Il ne savait pas vraiment quand ou comment cette séparation s'était faite, à vrai dire. Il savait juste qu'un beau jour, les murs qui semblaient auparavant accueillants ne l'étaient plus, et qu'il ne pouvait tout simplement plus les voir. Son père avait été déçu, mais il avait pu rattraper le sommeil et le petit-déjeuner du dimanche matin, et toute victoire était bonne à prendre dans ces situations-là.

L'atmosphère s'alourdit doucement au sujet de leur éventuelle mort sur l'île. C'était certes un sujet important – qui ne se demandait pas qu'est-ce qu'il allait leur arriver, franchement? – mais il regrettait quelque peu d'en avoir parlé. Avaient-ils vraiment besoin de toucher le sujet alors que le désespoir était tout autour d'eux? « Je ne sais vraiment pas. Ça dépend de plein de facteurs... et de notre chance. Je ne sais pas toi, mais je ne suis pas vraiment du genre très chanceux – encore moins ces temps-ci. » Il ne put s'empêcher de rire à l'ironie de la situation – à ce rythme là, un ouragan allait balayer l'île et tout détruire, dont le corps du jeune Jensen. L'autodérision, ou la solution à tout sujet sensible!

Il se tourna vers lui, un sourire au coin des lèvres qui n'avait rien d'artificiel. « Pourquoi ça ne le serait pas? » Il n'avait absolument pas pour but de l'insulter, bien au contraire. Il ne savait pas vraiment ce qu'il était censé penser de Loevann, mais c'était peut-être mieux comme ça – il espérait juste que le sentiment était réciproque. Ou bien était-il un livre ouvert, sans même s'en rendre compte? Dans tous les cas, il ne put s'empêcher de répondre au tac-au-tac à ses propos. « Ça veut dire que j'essayerai de démêler ça à coups de cacahuètes. Reste plus qu'à trouver un distributeur sur l'île. Ou autre chose avec quoi te soudoyer. » Il espérait bien trouver autre chose des cacahuètes – creuser autant de terre pour deux maigres paquets était franchement insultant pour le pauvre canadien.
Revenir en haut Aller en bas
IGΠIS
avatar
Loevann Winterbottom
télépathie ☆ ADMIN
Messages : 392 Je suis nostalgique de : mon petit confort, le luxe et la civilisation.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: it's quiet uptown (loevann)   Mer 21 Juin - 18:58


it's quiet uptown (Noah & Loevann)

« Pourquoi ça ? Tu auras tout le temps devant toi mais disons que c'est comme chercher une aiguille dans une meule de foin. »

Il grimaça rien qu'à l'idée de songer à son dernier bonbon. Loevann avait été à une soirée organisée par l'une de ses amies. C'était le genre de soirée où il était impossible de connaître toutes les personnes présentes, ce genre de soirée où il faut avoir de l'argent pour pouvoir y mettre les pieds. Pour l'occasion son amie avait organisée sa soirée d'anniversaire sur le thème de l'album de Katy Perry : Teenage dream. Il y avait des sucreries à profusion et même la chanteuse y avait fait une brève apparition pour chanter des titres de son album. Il pouvait presque sentir encore l'odeur de la barbe à papa et le goût des dragibus dans sa bouche. Loevann en était nostalgique.

« Tu as jusqu'à février...le vingt pour être plus précis. » Il le regarda dans les yeux : « Tu as le temps...enfin j'espère. » Imaginer qu'ils resteraient sur cette île encore des mois lui donna le cafard. Il avait l'angoisse, l'appréhension de la suite. Il essaya de se ressaisir en demandant à son tour : « Et toi ? Quand est-ce le tien ? Après tout il faut que je t'en offre également un pour te rendre l'appareil. Une envie particulière ? » Loevann le disait avec son petit air hautain et je m'en foutiste bien qu'il devait admettre qu'il ferait en sorte de lui trouver un petit cadeau digne de ce nom. A ce moment-là Loevann se rendait compte qu'il ignorait encore énormément de choses sur Noah, à vrai dire il ne connaissait rien de lui si ce n'est sa gentillesse et fidélité dont il abusait. La conversation dévia ensuite sur leur petite histoire de crash réinventée à leur manière.

« Dois-je donc en conclure que tu préfères la liberté ? Si on peut appeler ça une liberté, enfin tout est une question de point de vue après tout. » Il haussa les épaules. Loevann préférait vivre sa vie parce qu'au fond il n'avait jamais eu de liberté. Winterbottom n'avait pas à se plaindre, il avait vécu dans le luxe, mais son père était son pire cauchemar. Ce dernier lui avait imposé ses choix, ses décisions et même sa femme alors que le jeune homme aimait secrètement les hommes. Il lui était dévoué comme jamais, mais ce dernier ne voyait qu'une piètre déception à côté de River, son frère aîné et adulé de leur paternel. Leopold avait survécu à l'accident et Loevann ne pouvait pas se le leurrer, il continuerait d'être un pion sur l'échiquier de son père. Le fils de riche eut un petit sourire, Noah l'amusait beaucoup, il arrivait à lui changer les idées.

« Il me faudra un autre paquet alors, il est déjà presque vide. »
Il fit une petite moue en sentant le paquet de cacahuètes être plus léger qu'auparavant. Loevann avoua ensuite à Noah qu'il le soupçonnait d'être un petit enfant de chœur. Celui-ci lui avoua avoir été autrefois à la messe avant d'arrêter d'y aller. Noah parla ensuite comme un prêtre et l'incita à se remettre sur le droit chemin. Winterbottom s'empressa de lui donner un petit coup sur le torse en signe de rébellion :

« Tu es vraiment flippant quand tu t'y mets! On dirait un jésuite ou la mort qui vient t'offrir une nouvelle chance ! »

Loevann ne comptait pas rentrer dans le droit chemin, il voyait cette démarche comme impossible à réaliser parce que les Winterbottom n'avaient rien fait de bon dans leur vie. Pourrir sur cette île était un purgatoire avant l'heure. Il avait peur de mourir ici, être dans l'attente de la mort sans savoir quand est-ce qu'elle allait frapper. Loevann préférait espérer que les secours arrivent, que ça prend juste du temps comme c'est le cas dans des enquêtes de disparition d'avion. Il ne souhaitait pas imaginer une fin apocalyptique. Noah lui avoua alors en guise de réponse qu'il n'avait pas de chance en ce moment, sous-entendant qu'à ce rythme-là il risquait de facilement mourir. Sans plus attendre Winterbottom répondit :

« Ce n'est pas parce que tu n'as pas de chance que tu vas mourir en premier. » Loevann se risqua de le dire : « Tu es une personne attachante et gentille, ton bon karma reviendra, la roue tourne. » Il ajouta également : « La seule chose qui te tuera est ta gentillesse, tu ne peux pas être gentil tout le temps. Lorsque nous aurons plus aucunes ressources sur cette île, plus personne ne sera humain, les rescapés ne vont penser qu'à leur propre survis, ils n'en auront rien à faire de la tienne, peu importe si tu avais sympathisé avec l'un d'entre eux, tôt ou tard tu seras une cible facile. »

Loevann le lui disait très sérieusement. Ils n'étaient pas sur l'île des bisounours. Le jeune homme se percevait comme l'un de ces hommes, il le faisait déjà en ne pensant qu'à sa petite personne. C'est pourquoi il ne se voyait pas intéressant comparé à Jensen. Celui-ci lui demanda pourquoi il ne le serait pas. Le fils de riche se contenta de hausser les épaules avant de sourire amusé à sa remarque : « Je te laisse carte blanche, je sais que tu me surprendras toujours comme ce paquet de cacahuètes. » Il lui fit un clin d'œil avant de manger les dernières de son paquet.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
ΛQUΛ
avatar
Noah Jensen
prémonition
Messages : 466 L'objet qui ne me quitte jamais : un sourire aux lèvres. Je suis nostalgique de : coussins bien moelleux. standing in front of you, stronger.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: it's quiet uptown (loevann)   Jeu 22 Juin - 14:58

« Hmm… bonne question. Mais quitte à rien faire, autant s’occuper autrement qu’en comptant les gouttes d’eau dans l’océan. » En réalité, comme le reste du campement, il avait une sorte de job qui était censé profiter à tout le monde – dans son cas, c’était la pêche. C’était le choix le plus naturel pour lui – non seulement il connaissait très bien la mer et ses habitants, mais en plus de ça il n’avait pas le courage ou la force requises pour surveiller et protéger les alentours. S’il avait d’abord eu du mal à se remettre dans le bain (pun intended), il retrouvait peu à peu les réflexes que son père lui avait appris, même s’il fallait bien évidemment les adapter à d’autres outils et d’autres poissons. Après tout, c’était en pêchant que l’on devenait pêcheur.

« Noté. Je ferai en sorte de pas l’oublier, promis. » D’ici-là, ils avaient le temps d’être retrouvés. Et si ce n’étais pas le cas, ils auraient probablement perdu le compte des jours. L’alternative était la mort, et Noah voyait très bien dans son regard que Loevann n’avait pas envie d’y penser non plus. Quoi qu’il advienne, il allait se souvenir de cette date. « Premier jour des Poissons, hein? J’aurais pas parié sur ça, mais la vie est toujours pleine de surprises. » S’il ne vivait pas pour les horoscopes – quoique… – il trouvait quand-même que c’était quelque chose d’intéressant, et que ça valait la peine de voir jusqu’à quel point c’était utile pour connaître quelqu’un. Parfois ça l’était, parfois… un peu moins. « Le mien c’est le 17 août. » Il s’étira doucement, faisant craquer avec plaisir les os de son dos. Mine de rien, survivre était épuisant. Il se tourna alors vers Loevann, le sourire aux lèvres. « J’espère que d’ici-là on sera de retour sur la terre-ferme. J’ai cru comprendre que personne ne livre... quoi que ce soit au beau milieu de l’océan. »

Noah ne put s’empêcher de s’arrêter deux secondes pour réfléchir, le mention dans une main et le regard céruléen perdu dans l’horizon. Bien évidemment, ce n’était pas un assassin qui avait dû choisir entre sa liberté et son occupation, mais la question se posait tout de même – aurait-il préféré la liberté, coûte que coûte? « Je pense que oui. J’aurais pas forcément envie de pourrir dans une prison – et qui sait, peut-être qu’il y a de quoi survivre sur l’île. » Si c’était le cas, ils n’étaient pas tombés du bon côté. Il osait espérer que toute l’île ne leur était pas hostile, et qu’il y avait bien quelque chose pour les aider. « Sinon, je serais obligé de manger mes victimes. » Il prit une petite pause, fit mine de faussement réfléchir, avant de retourner son regard vers Loevann. «Je te garderais sûrement comme dessert, histoire qu’on ait le temps de papoter avant que je t’avale. Reste plus qu’à trouver assez de cacahuètes pour te faire survivre jusque-là. » En réalité, la situation était bien plus glauque qu’elle ne le paraissait dans sa bouche – s’il n’y avait vraiment rien d’autre que ce qu’ils avaient emmené dans l’avion, ils auraient très bientôt faim. Et il savait très bien que certains étaient prêts à faire l’impossible pour calmer leur appétit – or, il préférait rester loin de toute assiette. Quitte à mourir dans une île éloignée de tout, il préférait que ce soit autrement qu’au petit-déjeuner.

Jensen ne put s’empêcher de rire – le jour où il allait devenir prêtre et prêcher autour de lui n’était pas encore arrivé. Il se retourna alors vers le deuxième homme, un sourire aux lèvres et le rire dans la voix. « Mon oncle l'était – l’est. Je te dis pas le malaise aux repas de famille. » En réalité, ce n’était pas gênant quand il était enfant. Ce n’était qu’après – quand il avait commencé à s’éloigner de la religion – que les repas étaient devenus très silencieux. « Pour ma défense, toute ma famille ne fait pas dans le religieux. On n’est pas une secte de fanatiques, promis. » On aurait pu croire le contraire à l’entendre parler, mais… sa famille n’avait rien de bien étrange. Ils avaient leurs défauts, mais il avait avec le temps compris que c’était des défauts que tout le monde partageait, croyant ou non, et que leur foi n’avait rien à voir avec tout cela. Et au fond… non, ils n’avaient rien de bien étrange. Ils cohabitaient juste avec leurs croyances – à tel point qu’un jeune Noah avait été surpris d’apprendre qu’aller à l’église n’était pas obligatoire – mais c’était tout, rien de plus extravaguant que ça. Il ne savait pas si Loevann connaissait ce même quotidien, mais ça ne l’aurait pas choqué d’entendre que non au vu de sa réaction choqué. Ou du moins, son oncle n’avait jamais essayé de le reconvertir vers le droit chemin.

Il ne put s’empêcher d’écouter Loevann parler, scotché comme il l’était par ses mots. Et même s’ils ne se connaissaient que depuis l’accident… il devait avouer qu’il avait raison, qu’il le veuille ou non. Ses lèvres s’étirèrent dans un pâle sourire, attristé par l’idée que sa plus grande qualité n’était qu’un défaut. « En plein dans le mille, Loevann. » Il se mordilla doucement la lèvre d’en bas, avant de s’arrêter au moment où il le réalisa. Il se retourna alors vers le jeune Winterbottom, toujours ce même sourire étiré sur ses lèvres. « Peut-être que je devrais apprendre à être moins Noah et plus… toi. Le minimum syndical, histoire de ne pas me retrouver trois mètres sous terre plus tôt que nécessaire. » Peut-être qu’il avait raison, mais il ne savait pas vraiment s’il pouvait apprendre à ne pas être lui-même. D’un côté, il avait l’habitude de cacher les parties de lui que les autres ne seraient pas prêts à accepter. En revanche, il y avait quand-même une sacrée différence entre cacher et changer. Toujours le regard pointé sur lui, Noah l’interrogea au sujet de sa survie à lui. « Tu penses que tu seras capable de survivre le moment venu? Quand ce sera chacun pour sa gueule? » Si vraiment l’île devenait l’enfer sur terre, il espérait juste que quelqu’un s’en sorte. Et il devait avouer qu’il voyait bien Loevann en faire partie, ne serait-ce que par sa lucidité face à toute la situation.

Quant à ce qu’il pouvait trouver pour surprendre Loevann… Il soupira doucement, se demandant ce qu’il allait bien pouvoir trouver pour continuer de titiller son attention maintenant qu'il avait fini ses cacahuètes. « Promis, je trouverai quelque chose d’encore plus surprenant – en espérant que ce soit une bonne surprise. » Il enfila alors le bout de son paquet dans sa bouche, avant de faire tomber l’intégralité de son contenu. Quitte à tout manger, autant qu'il s'agisse d'une bouchée satisfaisante maintenant que des bons repas bien remplis n'étaient plus à l'ordre du jour.
Revenir en haut Aller en bas
IGΠIS
avatar
Loevann Winterbottom
télépathie ☆ ADMIN
Messages : 392 Je suis nostalgique de : mon petit confort, le luxe et la civilisation.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: it's quiet uptown (loevann)   Mer 5 Juil - 10:51


it's quiet uptown (Noah & Loevann)

« Je te l'accorde. Ceci dit ça ne m'étonne pas je te verrais bien le faire. »

Loevann sourit amusé, il était loin de s'imaginer le métier et la passion de son ami. Le jeune homme était d'ailleurs ignorant tout ce qui concerne la mer, il était loin de se douter que de nombreux trésors se cachaient sous celle-ci. Peut-être qu'un beau jour Noah lui apprendrait à écouter le son de l'océan lorsqu'ils n'auront plus rien à se dire ou à chercher. Jensen lui promis de ne pas oublier son anniversaire, il savait qu'il risquait à tout moment de le faire dans la mesure où ils allaient perdre la notion du temps, les smartphones, les ordinateurs ayant survécu ou encore les montres allaient peu à peu s'éteindre à tout jamais. C'était déjà le cas, Loevann avait utilisé toute sa batterie en cherchant désespérément du réseau, son ordinateur quant à lui avait du se casser lors de l'impact, il ne l'avait jamais retrouvé. Noah remarqua que Loevann était un poisson, il sourit amusé et ajouta instinctivement :

« La vie est toujours pleine de surprise ne le sais-tu pas depuis le temps Jensen ? » Un petit rictus apparu sur ses lèvres : « Ne me dis pas que tu crois à toutes ses conneries d'horoscope ? Le tien t'avait annoncé que tu échouerais sur une île déserte ? » Ce fut au tour du beau brun d'annoncer sa date, Loevann ne pu s'empêcher de faire un constat : « Ce n'est dans pas longtemps. » Il fut perdu dans ses pensées, si à cette date ils étaient encore sur l'île, ils étaient fichus. Son cœur se resserra, mais il tenta de faire bonne figure surtout avec ses pensées sombres. « Et tu es donc cancer ou un truc du genre ? » Loevann ne s'y connaissait pas en horoscope dans la mesure où il s'en moquait, Noah pouvait le constater. Un petit rire lui échappa lorsque son acolyte fit de l'humour concernant la livraison sur l'île. « Oh tu sais, tu peux espérer qu'un pigeon voyageur ou une bouteille à la mer passe le message. » Il resta silencieux avant de reprendre : « ça serait une bonne idée, on devrait faire cette bouteille à la mer, peut-être qu'une personne la lira. » Loevann savait que c'était naïf de penser ça, mais il avait déjà vu des fais divers où des personnes retrouvaient des bouteilles avec un message à l'intérieur tandis qu'ils se promenaient en bord de mer. Winterbottom désespérait toujours , il commençait à perdre espoir et envisageait même une possible mort. Néanmoins, Noah semblait tenter de prendre leur sort à la légère, il était de nature rayonnante et le fils de riche l'admirait pour ça secrètement.

« Il y a des chances que nous le fassions. C'est après tout ce qui est arrivé aux passagers du vol 571Montevideo-Sandiago en 1972. » Winterbottom ne serait pas étonné qu'ils en arrivent là, l'anarchie finirait par s'installer tôt ou tard. Un frisson lui parcouru le dos, mais le second degré de Noah le ramena à la réalité : « Je suis honoré de voir que tu me garderais en dernier, je jouerai sur les sentiments pour t'inciter à ne pas me tuer. » Il sourit en coin et ajouta : « Je suis très persuasif. » Jensen était issue d'une famille qui semblait catholique, une famille bien éloignée de celle de Loevann. Le jeune homme rit de plus belle « J'essaie de te croire. » Il rit avant de reprendre son sérieux en savourant ses dernières cacahuètes qui étaient précieuses. Il espérait secrètement en manger de nouveau un jour. Loevann avoua ensuite que Noah était bien trop gentil pour survivre, il était le gars trop gentil dans les films qui est le premier à mourir pour avoir eu foi en l'humanité. Jensen semblait d'accord avec lui avant de se mordiller la lèvre inférieure et de supposer qu'il devait être un peu comme lui. Winterbottom sourit en coin en le voyant mordiller la lèvre, il le trouvait mignon, chou et il voyait encore son côté trop gentil.

« Peut-être mais y arriveras-tu ? »


Concernant sa survie, Loevann avait un ego démesuré, il pensait y arriver où en tout cas une grande partie. Le jeune homme savait vivre avec les loups, son père l'avait éduqué pour gagner, survivre, être meilleur que quiconque. Il ne savait pas pêcher ni même chasser, mais il savait s'entourer des bonnes personnes, il savait comment négocier ou faire chanter. « Je pense oui, je le dois. » Il ne voulait pas être une énième déception de son père. « Qui sait ? Peut-être que j'aurais pitié de toi et que je ferai en sorte que tu vives. » Il lui fit un clin d'oeil. Noah envisageait de lui trouver toujours des choses pour le satisfaire. Loevann n'en doutait pas, il avait vu le fana de la mer lui être fidèle et attentionné. Il se contenta de sourire bêtement avant d'observer la mer à perte de vue.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
ΛQUΛ
avatar
Noah Jensen
prémonition
Messages : 466 L'objet qui ne me quitte jamais : un sourire aux lèvres. Je suis nostalgique de : coussins bien moelleux. standing in front of you, stronger.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: it's quiet uptown (loevann)   Ven 14 Juil - 13:04

Noah ne put s’empêcher de ricaner aux mots de l’américain – il ne savait même pas à quel point il avait raison à son égard. Il ne lui en voulait pas, ça le faisait juste rire. « Je suis presque sûr qu’on a vu ça en cours. Mais j’ai oublié le chiffre depuis le temps – je peux juste te dire que c’est un numéro très grand. » Il avait emmagasiné bon nombre de données et faits plutôt utiles au cours de ses années d’études, mais il n’avait jamais trouvé l’intérêt d’apprendre ce chiffre-là. Après tout, qui pouvait bien s’intéresser au nombre de gouttes dans l’océan? Même lui, qui n’avait plus rien à faire à part pêcher, n’était pas désespéré à ce point. Peut-être que c’était d’un intérêt ou une utilité particulière pour l’avancée de la recherche ou des études en biologie marine, mais si c’était le cas, il était complètement à côté de la plaque. De toute façon, l’opinion des universitaires n’était pas à l’ordre du jour dans une île perdue au milieu de nulle part.

« Je pars juste du principe qu’on ne sait jamais. Ça fait toujours un truc de plus dans ton bagage – même quand t’échoues dans une île déserte. » Il fallait bien faire avec ce que l’on avait, n’est-ce pas? « Mais oui, je crois que niveau surprises, j’ai vu bien pire ces temps-ci. » Oh que oui. Il commençait presque à regretter les vacances passées dans le Saskatchewan, quand la chose la plus choquante qui pouvait se passer était l’absence d’un voisin à l’église, ou bien de se tromper de poubelle pour les déchets recyclables. C’était bien vrai que l’on apprenait la valeur de ce qu’on avait qu’une fois qu’on les perdait. Allait-il jamais retrouver sa terre natale? Il espérait que oui. Mais l’espoir était bien trop souvent vain, malheureusement. « Et c’est raté, je suis lion. On cherche à être admirés, on est orgeuilleux, autoritaires, égocentriques... De très charmantes personnes. » Exactement le contraire de ce qu’il était – du moins à ses yeux. Le jeune Winterbottom mentionna le fait de peut-être jeter une bouteille à la mer, dans l’espoir que quelqu’un la trouve – et le canadien dut se forcer de garder une mine neutre, histoire de pas le décourager. « On sait que les courants nous éloignent du récif, donc qui sait… » À vrai dire, Noah ne misait pas beaucoup sur l’aide d’une bouteille à la mer. Ils n’avaient ni coordonnées ni indices à donner. Et même si, par le plus grand des miracles, quelqu’un parvenait à la lire… qui le croirait? N’aurait-on pas plutôt pensé à un cruel canular qui se moquait des disparus? Il n’avait pas très envie d’exposer ces doutes à Loevann – ils avaient déjà assez de soucis et de peines sans qu’il rajoute son petit tas sur leurs plateaux. Alors, il se contenta de soupirer, le regard fixé vers l’horizon où le ciel et la mer ne faisaient qu’un.

Ensuite, ils se mirent à parler de cannibalisme. Charmant sujet de discussion, n’est-ce pas? Faut croire que l’isolement dans une île perdue rendait les discussions bien plus macabres que d’habitude. « Et bien, heureusement qu’on est pas végétariens, hein. » Petit, il s’en voulait de manger des animaux alors qu’il en voyait grandir dans les fermes autour de lui. Il avait fièrement proclamé qu’il allait arrêté de manger de la viande, mais son père s’était contenté de rouler des yeux – à raison, parce que cette poussée d’altruisme n’avait pas duré bien longtemps. Aurait-il plus de remords à manger des humains? Rien que l’idée lui tordait le ventre de dégoût. « On grillera joyeusement des marshmallows avant de s’entre-tuer, c’est beau. » S’ils en arrivaient jusque-là… il doutait fortement de ses chances de survie – il se voyait très mal tuer quelqu’un, surtout s’il s’agissait de quelqu’un avec qui il avait déjà parlé. Mais surtout, il doutait de trouver un bon paquet bien rempli de marshmallows d’ici-là. Et quant aux pouvoirs de persuasion de Loevann… Noah était bien placé pour les connaître – donc il ne put s’empêcher de rire quand il les évoqua. « J’en doute pas une seconde – sinon je n’en serais pas ici avec mes cacahuètes, tu crois pas? » Si personne ne l’avait forcé à lui en ramener, il savait que c’était très facile de le manipuler à sa guise – mais il se consolait en se disant que pour l’instant, ce n’était pas encore le cas. Du moins, il l’espérait.

D’un côté, parler de sa famille lui faisait du mal – il ne savait pas vraiment s’ils allaient se revoir un jour, et il s’en voulait d’avoir pas essayé de soigner d’anciennes blessures avant de monter sur ce fichu avion. Mais d’un autre… c’était rassurant de donner ces petits bouts de son être à quelqu’un d’autre. S’il perdait sa vie avant l’arrivée des secours, peut-être que Loevann pourrait les retrouver à sa place. « Je pense que là mon oncle prie pour la survie de nos âmes, essaye d’en être reconnaissant. » Il en était tout aussi incapable que Loevann, à vrai dire. « M’enfin, il aurait déjà dû savoir que j’étais dans l’avion. J’ai plus trop de contacts avec, donc… j’espère que t’aimes bien la chaleur, j’ai cru comprendre que l’enfer c’était chaud cacao. » L’île était déjà bien trop chaude pour le pauvre canadien, donc il espérait que l’au-delà soit un tantinet plus doux que cela. Avec un peu de chance, il ne le verrait pas de sitôt. Malheureusement, la chance n’était pas trop de son côté depuis quelques temps.

Si les deux bruns ne s’étaient rencontrés qu’après le crash, Loevann l’avait déjà cerné plus que d’autres ne l’avaient fait. La preuve, il savait très bien qu’il n’allait pas réussir à l’imiter dans l’espoir de survivre. Alors, il se mit à rire bruyamment avant de répondre: « Sûrement pas. » Il soupira doucement avant de reprendre son raisonnement – ils n’étaient pas pressés de toute façon, l’île n’avait rien du mouvement constant de la Grande Pomme. « Mais faut bien qu’il y ait des victimes plus simples à tuer que d’autres, n’est-ce pas? » Si Noah en riait beaucoup avec le jeune Winterbottom, c’était bien moins drôle pour lui. Donc, il essayait d’en rigoler pour dédramatiser tout cela, mais quand la nuit tombait, il se retournait dans les débris qui lui servaient de lit en essayant de penser à tout, sauf à la mort qui incombait de plus en plus lourdement sur lui.

« D’un côté, tu me diras, est-ce qu’on doit... quoi que ce soit? » Noah prit quelques secondes pour écouter le bruit de la mer qui s’écrasait contre les pierres. « On a pas trop de manuel de survie, donc… on a pas trop de protocole à suivre. On a survécu à ce putain de crash, c’est déjà pas mal. » Malheureusement, il ne savait pas vraiment que tout cela n’était pas ce que Loevann avait besoin d’entendre. « Et c’est très gentil de ta part – j’ai l’habitude d’inspirer la pitié, donc je pense pas creuser ma tombe de sitôt. » Si seulement c’était suffisant pour survivre, il n’aurait pas de soucis à se faire.
Revenir en haut Aller en bas
 
it's quiet uptown (loevann)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Uptown funk.
» the quiet ones are usually the most dangerous
» UPTOWN FUNK ◄ FOUDRE
» It's oh so quiet [pv Ethan ♥]
» You can keep as quiet as you like, but one of these days somebody is going to find you

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: