AccueilAccueil  Évènements  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
INSCRIPTIONFIRST EVENT.
venez vite vous inscrire à la
première mini-intrigue
aahhh
LES ZALAS1ER TOUR.
premiers awards de l'île
votez pour vos favoris
I love you
LES CLUBSTEAM UP.
créez ou rejoignez des clubs
ça va flooder en #teams
Skiip
ANIMATIONSAT.
envie d'une soirée à thème ?
viens jouer un héros
youhou

Partagez | 
 

 if you want me to do something, tell me i can't do it. (roysen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
IGΠIS
avatar
Macsen J. Vance
télépathie
Messages : 26 L'objet qui ne me quitte jamais : tes chaussures, parce que ça t'évite de te massacrer les pieds en marchant. Je suis nostalgique de : tout. du confort de la vie moderne, d'internet, de la musique, des fêtes arrosées, de tes amis, de ces heures passées sur un terrain à jouer la gazelle pour un ballon ovale.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: if you want me to do something, tell me i can't do it. (roysen)   Dim 9 Avr - 19:33

if you want me to do something,
tell me i can't do it
macsen & roywan
i choose a lazy person to do a hard job. because a lazy person will find an easy way to do it.

T'es là avec les autres malheureux depuis le peu de temps qui vous sépare de cet accident aérien,. Pourtant, à te regarder on croirait que tu y vis depuis des années. La fatalité, tu l'as acceptée à peine quelques heures après avoir eu le désespoir de voir ton téléphone crever entre tes dix doigts, vide de sa batterie. Désormais, c'est toi et ta valise - que t'as réussi à sauver si ce n'est que quelques marques de brûlures - contre cette île. Certes, t'es pas seul au monde non plus malgré la présence de nombreux inconnus. La compagnie de ton frère et ta sœur est suffisante pour alimenter ton besoin de vie sociale au minimum, mais d'un autre côté, t'aurais voté en faveur pour que Mathilda se noie ou périe dans les flammes. Quelque chose comme ça. Va savoir ce qu'elle fichait dans le même avion que vous - faut croire que l'ironie aime juste se foutre de ta tronche en te rappelant cette fille que tu détestes silencieusement, depuis plusieurs années. Du coup, t'as décidé de l'ignorer pour l'instant, préférant ne pas te fatiguer à lui témoigner de l'attention. T'as mieux à faire. Par exemple, ne rien faire de productif. Un truc parfaitement dans ta palette, adorant surtout énerver Llew sans bonne raison si ce n'est que pour accomplir ton rôle de grand-frère. Aujourd'hui ne fait pas exception, pas même lorsque vous êtes loin de la vie moderne et de votre quotidien. Tu files avant qu'il s'énerve réellement, te réfugiant dans les basques de votre sœur en rejetant le blâme sur le cadet. T'as toujours fait ça. Assumer tes fautes c'est moins facile que de simplement la placer sagement sur les épaules de ta fratrie. Depuis le temps, tu te doutes qu'ils ont l'habitude et que toute la famille voit clair dans tes petits mensonges, mais ça ne t'empêche pas de continuer. T'en profites pour lui tenir compagnie, une tactique impeccable aussi pour éviter qu'on ne s'approche trop d'elle puisque tu parviens plutôt bien à convaincre toute tentative d'être abandonnée. Ce n'est que lorsque tu entends vaguement parler de la formation d'un groupe pour aller essayer de trouver de quoi calmer les estomacs que tu t'éclipses. Quelques pas de reculons et te voilà à fuir subtilement avant qu'on ne pose le regard sur ta pauvre personne sportive. T'as les critères parfaits pour partir dans ces quêtes sauf que tu ne tiens pas à aider autrui, pas comme ton aînée. T'as pas cette fibre altruiste en toi qui te pousse à te mêler à cette vie de groupe formée par obligation plus que par désir, préférant jouer la carte de la solitude au maximum. S'unir pour survire, c'est pas ton truc. Toi, c'est le mode chacun pour soi qui te fait vibrer, même si c'est principalement ta sœur qui trouve de quoi à te faire avaler afin d'éviter que la faim t'emporte - et franchement, t'aimerais mieux crever que de continuer à te nourrir des horreurs qu'elle ramène.

Au final, tu termines ta route le long de la plage noircie tout en évitant de poser les souliers sur le sable qui pourrait abîmer la seule chose qui offre protection à tes pieds. Tu préfères longer la section où elle ne se retrouve plus en majorité sur le sol, glissant les mains dans les poches de ton jean en t'éloignant volontairement le plus possible du reste des rescapés. La distance parcourue n'est pas bien grande avant que des bruits de pas te fasse jeter un regard par-dessus ton épaule. Celles-ci s'affaissent dans un soupire en reconnaissant ce visage que tu ne connais que depuis très peu de temps, mais c'est suffisant pour devenir ce qui se trame. Vu les circonstances, tout le monde a bien vite fait d'en savoir suffisamment sur les autres pour développer une vue d'ensemble sur le potentiel du groupe. Tu cesses ta petite fuite improvisée, te stoppant dans ta marche pour te retourner en fronçant les sourcils. « J'ai une vague idée du pourquoi t'es là. La réponse est non. » Il est hors de question que tu participes à ces stupides activités en communauté quand tu parviens déjà à tirer tout ce dont tu nécessites afin de combler tes besoins de base.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
ΛΣR
avatar
Roywan Creffield
habilité
Messages : 137 L'objet qui ne me quitte jamais : mon portefeuille avec la photo abimé de ma fille dedans. Je suis nostalgique de : l'infernal boucan new-yorkais.


Carnet de bord
Feuille de route des Rps :
Relations du personnage :
Activité : je suis bien disponible ✔
Message (#) Sujet: Re: if you want me to do something, tell me i can't do it. (roysen)   Ven 26 Mai - 10:01

Pour être tout à fait honnête, il ne sait toujours pas si il souhaite s’investir plus que cela dans la vie de leur camp de fortune. Il veut s’en sortir lui. Il veut voir arriver un hélicoptère, faire fonctionner une radio, savoir qu’on vient les sauver. Il veut pouvoir regagner l’Australie et serrer sa fille dans ses bras, avant que peut-être, elle ne disparaisse à tout jamais, ou pire, qu’elle pense qu’il ne s’intéresse absolument pas à elle et ne l’aime pas. Ca lui sert le coeur rien que de penser ça, surtout qu’il sait qu’il a pas été le meilleur père du monde . Pour une fois qu’il faisait le truc le plus dingue de toute sa vie, qu’il claquait toutes ses économies dans un billet d’avion pour aller la voir, voilà qu’il finissait sur une île paumée au milieu de l’océan - île qui avait d’ailleurs tendance à le rendre dingue. Il ne croyait pas spécialement au karma ou ce genre de choses, mais vraiment, il y avait des questions à se poser actuellement. Parfois, trop, c’était trop.

Mais être fataliste, cela n’avait jamais été son genre. Roywan il avait toujours été du côté des battants, ceux qui se débrouillent d’une manière ou d’une autre pour survivre, pour atteindre leurs objectifs et éviter de trop voir le verre à moitié vide. Il n’aimait pas spécialement se considérer comme optimiste, mais plutôt comme quelqu’un de débrouillard prêt à utiliser toutes les ressources à sa disposition pour s’en sortir. Et croyez-le ou non, mais il n’avait pas encore épuisé toutes ses ressources sur cette île. Et ces ressources comprenaient également les autres survivants, car il savait très bien qu’il ne pourrait pas s’en sortir uniquement tout seul - et il n’était pas égoïste non plus au point de n’avoir rien à faire du sort de tous les autres. Alors à ses yeux, tout le monde devait mettre la main à la patte. Si chaque personne s’y mettait, si tout le monde acceptait de se faire croiser leurs compétences et connaissances, leurs chances de survie ne pouvaient qu’augmenter. Et plus ils survivraient longtemps, plus ils auraient de temps pour trouver un moyen de s’en aller d’ici. A ses yeux, c’était d’une logique infaillible, et il avait vraiment du mal à comprendre pourquoi certaines personnes refusaient d’aider.

Alors même si c’était stupide, il avait pris le réflexe de pourchasser les fuyards et les flemmards, histoire de tenter de les ramener vers le camp pour exécuter les tâches qui avaient besoin d’eux. Il ne courrait pas non plus après tout le monde, il n’avait clairement pas que ça à faire et il n’était pas une baby-sitter - s’ils voulaient être de gros égoïstes et se faire détester par tout le monde, ce n’était pas son problème - mais parfois il repérait du coin de l’oeil un fuyard et se mettait subitement en tête de le ramener par la peau des fesses. L’un des problèmes de Roywan, c’était qu’il avait tendance à être un peu rentre-dedans. La délicatesse, c’était loin d’être son truc. Et c’était le gamin qui allait en faire les frais aujourd’hui.

Visiblement, il compris rapidement que cela ne servait à rien de fuir plus longtemps, vu qu’il s’arrêta en comprenant que Roywan ne comptait pas lâcher l’affaire. Il n’eut même pas le temps d’ouvrir la bouche que l’autre lui exposait déjà clairement son point de vue. « J'ai une vague idée du pourquoi t'es là. La réponse est non. » Roywan leva les mains en signe de paix, haussant un sourcil. “Hey, j’ai rien dis encore.” Il était relativement de bonne humeur, ce qui était assez rare ces derniers temps - et on pouvait facilement comprendre pourquoi. Il finit par baisser les mains, les glissant dans ses poches, et il continua de fixer son vis-à-vis. “T’aimes pas bien aider toi, je me trompe ? Je me demandais, c’est par pur flemme ou t’es juste égoïste de nature ?” Le ton était presque léger, tranchant avec les paroles quelque peu agressives.
Revenir en haut Aller en bas
 
if you want me to do something, tell me i can't do it. (roysen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: